Marchés Financiers

-A +A

Bourse : les raisons d’être optimistes ne manquent pas

par Jens Moestrup Rasmussen, Lead Portfolio Manager chez Sparinvest

Les deux dernières années ont été très mouvementées avec des conditions économiques et de marchés tumultueuses. À l’heure à laquelle nous écrivons cette lettre, c’est-à-dire en janvier 2010, le contexte s’est nettement amélioré par rapport à celui d’il y a un an. Nous n’avons pas pour habitude de prédire les creux du marché ou de spéculer quant à son évolution dans les mois à venir, mais nous identifions clairement des signes encourageants du contexte économique. Plus important encore, nous sommes convaincus que les perspectives de nos fonds sont très prometteuses, une conviction qui repose, comme toujours, uniquement sur les fondamentaux des sociétés en portefeuille.

Marchés Financiers: 

Immobilier commercial aux Etats-Unis : le risque d’une nouvelle chute

par Inna Mufteeva et Thomas Julien, économistes chez Natixis

Avec la baisse continue des prix de l’immobilier commercial et en corollaire de la valeur des collatéraux, ce secteur ne cesse de se dégrader. De plus, les difficultés liées au refinancement et à la forte hausse des arriérés de paiement et des défauts contribuent également à déprimer les prix.

Dans ce contexte une seule stratégie est disponible pour les banques, qui, n’étant pas obligées de revaloriser les collatéraux et de réestimer les risques, gardent leur pratique de «extend and pretend ». Cela ne peut pas se poursuivre indéfiniment et il est très probable que les banques subiront à nouveau des pertes sur ces dettes en 2010.

Marchés Financiers: 

Dette émergente : un enthousiasme non dissimulé

par Blaise Antin, économiste chez Amundi Asset Management

Le relèvement de la note souveraine de la Turquie à Ba2 par Moody’s restera un événement historique pour la dette des marchés émergents. Et l’un des principaux indices de référence utilisés par les investisseurs (le JP Morgan Emerging Markets Bond Index - Global Diversified) appartient désormais à la catégorie investment grade (Baa3). Ces dernières années, les investisseurs ont de plus en plus considéré la dette des marchés émergents comme une classe d’actifs de qualité, l’écart de crédit moyen par rapport aux bons du Trésor américain étant désormais beaucoup plus proche du crédit aux entreprises de qualité (investment grade) que des obligations à haut rendement (high yield).

Marchés Financiers: 

Les “Small caps européennes” bénéficient de l’appétit pour le risque

par Franz Wenzel, stratégiste chez Axa IM

Alors que l’Europe se relève à peine de sa plus grave crise économique depuis des décennies (nous prévoyons une croissance du PIB de l’ordre de 0,5%(T) au 4T09 après 0,3%(T) au 3T), les marchés d’actions, anticipant la reprise, ont fortement rebondi bénéficiant également d’une politique monétaire ultra-accommodante. De façon plus surprenante, les small caps (SC) européennes ont commencé à surperformer les grandes capitalisations pendant la période la plus critique (fin 2008/début 2009), alors que le contexte économique restait déprimé, et ont continué sur leur lancée tout au long de l’année 2009. 

Marchés Financiers: 

Bourse : progression attendue en 2010 mais inférieure à celle de 2009

par Bogdan Popescu, directeur régional de Skandia Global Funds

Les marchés d’actions terminent l’année (2009) sur une note fermement positive, soutenus par des taux d’intérêt toujours aussi faibles, des niveaux de valorisation raisonnables, et des perspectives de reprise économique de plus en plus tangibles.

Les banques centrales continuent par ailleurs à affirmer qu’elles maintiendront leur taux à des niveaux très bas un certain temps encore, alors même que la reprise économique se confirme dans plusieurs pays. Ceci est particulièrement frappant aux Etats-Unis, où les derniers indicateurs permettent d’espérer un taux de croissance supérieur à 4% au 4T 2009. La reprise se profile également sur le front de l’emploi, avec un flux de bonnes nouvelles, tant aux Etats-Unis qu’au Royaume-Uni. Dans les deux pays, la chute du chômage est bien enrayée.

Marchés Financiers: 

Une nouvelle décennie commence

par Frédéric Buzaré, responsable de la Gestion Actions chez Dexia AM

Il y a dix ans, la crainte du bug de l’an 2000 était devenue une obsession générale. Au moment où retentirent les douze coups de minuit concrétisant le passage au nouveau millénaire, les avions étaient supposés tomber du ciel, les supermarchés se trouver en rupture de stock et le système bancaire s’effondrer. Dieu merci, rien de tout cela ne s’est produit même si hélas un autre effondrement était en gestation : les gens auraient été mieux inspirés de ne pas investir dans les actions car la décennie à venir allait se révéler redoutable pour les investissements en actions.

Marchés Financiers: 

2010 marquera-t-elle le rebond de l’immobilier américain ?

par Aurore Wannesson-Raynaud, stratégiste chez Axa IM

Il y a tout juste quatre ans, alors qu’il atteignait des sommets, il était difficile de prévoir que l’immobilier américain allait connaître la pire correction de son histoire. Certes, les excès nés de la combinaison d’une politique monétaire très accommodante, d’une innovation financière particulièrement dynamique et d’une régulation inadaptée, avaient propulsé la construction et les prix à des nivaux sans précédents. Pour autant, la correction du secteur a été bien au-delà d’un simple ajustement, la construction par exemple atteignant un point bas jamais enregistré au cours des cinquante dernières années. 

Alors que la plupart des indicateurs du secteur se sont aujourd’hui retournés, nous analysons ici quelles sont les perspectives du secteur immobilier américain pour 2010.

Marchés Financiers: 

Fin d’année agitée sur le marché des changes

par Caroline Newhouse-Cohen et Eric Vergnaud, économistes chez BNP Paribas

Aux Etats-Unis, la réunion du FOMC des 15 et 16 décembre a donné l’occasion à la Fed de mettre en avant le lien entre mesures non conventionnelles et conditions sur les marchés financiers d’une part, politique conventionnelle (niveau des taux d’intérêt directeurs) et perspectives macroéconomiques d’autre part. La Réserve fédérale a ainsi décidé de laisser inchangé son objectif sur le taux des Fed funds, indiquant par ailleurs qu’il pourrait rester à un niveau exceptionnellement bas pendant une « période prolongée ».

En effet, si l’amélioration en cours, en particulier sur le marché du travail, est signalée dans le communiqué publié à l’issue de la réunion du FOMC, il est également souligné que l’inflation devrait rester faible pour un moment (voir BNP Paribas EcoFlash 09-518).

Marchés Financiers: 

La croissance des résultats devra prendre le relais

par Delphine Georges et Ibra Wane, stratégistes chez Crédit Agricole AM

Depuis le 1er janvier, le MSCI World a progressé de 21%. A l'exception du Japon (-5%), les marchés occidentaux ont rebondi en ligne alors que les marchés émergents (+50%), tirés par les pays du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), caracolaient.

Toutefois, quelle que soit la région, cette envolée s’est tarie depuis mi-octobre - avec -2% pour le Monde, -1% pour les USA, -2% pour l’Europe, -3% pour les émergents et même jusqu’à -10%pour le Japon - alors que l’économie et les résultats ont été globalement conformes voire meilleurs qu’attendu.

Marchés Financiers: 

Marchés : Résolument optimistes

par Bogdan Popescu, Directeur Régional de Skandia Global Funds

Le consensus est peu optimiste quant à la vigueur de la reprise, une majorité de gérants anticipent une croissance relativement faible au cours des prochains trimestres. Nous croyons, chez Skandia Global Funds, que cette croissance sera supérieure au rythme actuel. Notre position sur les obligations est également plus positive, même si nous n’excluons pas, si la hausse se confirmait, de ramener notre allocation à neutre. Dernière différence avec le consensus : notre sur-exposition au secteur financier.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS