Marchés Financiers

-A +A

Perspectives 2011 : six raisons de tabler sur une hausse des actions des marchés émergents

par Maarten-Jan Bakkum, Stratégiste Senior Marchés Emergents chez ING IM

En 2010, la patience a été récompensée. Entre octobre 2009 et mai 2010, les actions des marchés émergents n’ont pas fait mieux que les actions des pays développés malgré la détérioration du profil de risque aux États-Unis et en Europe et la solide croissance du monde émergent. Ce n’est qu’à la fin mai que les actions émergentes ont renoué avec leur tendance de surperformance à long terme vis-à-vis des marchés développés. Depuis lors, les actions émergentes ont rapporté 12 points de pourcentage de plus que les actions des pays développés.

Marchés Financiers: 

Vers « l’assouplissement quantitatif » et au delà !

par Frédéric Buzaré, responsable de la gestion actions de Dexia Asset Management

Les statistiques économiques meilleures que prévu et la détermination sans faille de la FED créent certes des conditions financières plus favorables, mais les investisseurs ont tendance à beaucoup trop considérer la deuxième phase d’assouplissement quantitatif (« QE2 ») comme un avantage sans aucune contrepartie pour les actifs risqués. Certains parlent même d’une nouvelle situation économique satisfaisante généralisée (« sweet spot ») pour les actions dans la mesure où le ralentissement de l’activité n’a été rien d’autre qu’une simple pause dans le cycle durable de la reprise et où des taux d’intérêt réels négatifs sont particulièrement de bon augure pour les actions.

Marchés Financiers: 

L’économie mondiale en surliquidité

par Florian Roger, stratégiste chez Amundi Asset Management

En considérant les taux d’intérêt directeurs pratiqués par l’ensemble des banques centrales dans le monde, le loyer moyen de l’argent, pondéré selon le poids des économies, ressort à +2,4%. Au regard des prévisions de croissance nominale mondiale du FMI (+7,1% en 2010 et +5,6% en 2011), les termes d’une règle de Taylor sous-entendent un caractère globalement accommodant des politiques monétaires, d’autant qu’elles s’accompagnent de mesures non conventionnelles d’injection de liquidité ou d’achat d’actifs. Une situation de surliquidité mondiale tend ainsi à se créer, jouant un rôle d’amortisseur du deleveraging dans les pays développés et de catalyseur de croissance dans les économies émergentes.

Marchés Financiers: 

Le match Amérique Latine/Asie émergente sur les marchés actions

par Vincent Ganne, analyste chez IG Markets

Les grands pays émergés n’ont pas les mêmes problématiques économiques que nous et le cas du Brésil est à nouveau très symptomatique de cette situation. La Banque Centrale du Brésil n’est pas indépendante car elle est liée au ministère de l’économie. La politique monétaire brésilienne peut donc être la volonté de la présidence brésilienne seule, hors il peut y avoir conflit avec les autorités monétaires.

Marchés Financiers: 

Une croissance plus solide et la deuxième vague de mesures quantitatives tirent les actifs risqués vers le haut

par Léon Cornelissen, Lukas Daalder et Ronald Doeswijk, stratégistes chez Robeco

La Réserve fédérale a lancé un deuxième plan d’assouplissement quantitatif (QE2), légèrement supérieur aux 500 milliards de dollars attendus. Ce programme, qui pousse déjà les actions et les prix des matières premières à la hausse, et qui tire le dollar vers le bas, a coïncidé avec les signes d’accélération de la croissance dans le monde entier. Par exemple, les derniers indices PMI chinois et américain ont tous les deux dépassé les prévisions.

Marchés Financiers: 

La prudence reste de mise

par Patricia Kaveh, directeur du développement France de Henderson Global Investors

« Octobre est l’un des mois les plus dangereux pour spéculer en bourse.... outre les mois de juillet, janvier, septembre, avril, novembre, mai, mars, juin, décembre, août et février. »*

L’appréciation de Mark Twain sur les risques inhérents à l’investissement en actions trouve un écho singulier dans un monde qui peine à se remettre d’une crise financière sans précédent. Même pour des professionnels chevronnés « investissant » quotidiennement sur les marchés – « spéculer » n’est jamais recommandé – pourtant cette volatilité particulière est en passe de devenir la nouvelle norme. La forte progression des actions au cours du mois de septembre (MSCI World +6.7%) offre un contraste saisissant avec les ternes performances du mois d’août et nous rappelle que le chemin vers la stabilisation n’est pas un long fleuve tranquille.

Marchés Financiers: 

Paradoxes de la liquidité

par Patrick de Fraguier, stratégiste chez Amundi Asset Management

Une fois passé l’effet d’annonce du 2ème volet de Quantitative Easing (assouplissement quantitatif) détaillé la semaine dernière par la Fed, l’analyse de la situation actuelle et les perspectives que l’on peut tirer sont assez différentes selon le point d’observation (marché ou macro) que l’on prend. Quelle sera la variable d’ajustement avec un momentum macro plutôt positif, voire meilleur qu’anticipé et un regain de tensions sur quelques dettes souveraines. Quoi qu’il en soit, au moins l’un des deux devra réviser sa position.

Marchés Financiers: 

Les actions restent bon marché

par Bogdan Popescu, Directeur Régional de Skandia Global Funds

Les marchés d’actions ont encore progressé en octobre dernier, dopés par les propos de plusieurs responsables de la Fed se déclarant favorables à une reprise du "Quantitative Easing Program" de l'autorité monétaire américaine. La décision prise par cette dernière, début novembre, de racheter 600 milliards de dollars de titres du Trésor supplémentaires d'ici à juin 2011 était donc très largement anticipée. Bien que peu d'observateurs estiment que cette mesure aura un effet significatif sur la croissance, la plupart considèrent en revanche qu'elle démontre la volonté d'intervention de la Fed qui devrait donc de nouveau tout mettre en oeuvre pour éviter un retour de la récession.

Marchés Financiers: 

L’expansionnisme monétaire au secours de l’expansionnisme budgétaire

Par Vincent Ganne, analyste chez IG Markets France

En politique monétaire, il convient d’utiliser des qualificatifs précis pour bien situer les différences entre grandes zones monétaires. En Europe, il s’agit d’une politique monétaire accommodante, caractérisée par des taux faibles mais qui ne tendent pas vers 0. Aux Etats-Unis, la politique monétaire est expansionniste et conjugue des taux courts à 0 et une augmentation significative du bilan de la FED, une phase de création monétaire avec une part importante de fausse monnaie.

Le « stock » de Bons du Trésor détenus par la FED s’élève à près de 800 milliards de $ au début du mois de novembre 2010. Lors des huit prochains mois, la FED déclare vouloir acheter 600 milliards supplémentaires, soit une augmentation historique de sa part dans la dette fédérale américaine.

Marchés Financiers: 

Perspectives pour 2011 : mesures expérimentales et rendements élevés !

par Ad van Tiggelen Stratégiste Senior chez ING IM

En 2011, les marchés financiers seront à nouveau confrontés à de vieux problèmes et de nouveaux défis. Les vieux problèmes sont connus : demande des consommateurs en berne dans les pays développés, dette souveraine élevée et désinflation. Cette situation est en partie compensée par la forte croissance dans les pays émergents, mais le chemin de l'équilibre entre le bloc mené par les États-Unis et celui mené par la Chine demeure semé d'embûches, avec des risques de guerre des monnaies et de repli protectionniste. Le principal défi en 2011 consistera à relancer la consommation en Occident sans mettre en péril le processus de rééquilibrage mondial déjà très fragile.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS