Mondialisation

-A +A

Italie : progression continue des dépôts des ménages

par Carla Russo, économiste à la Banca Nazionale del Lavoro (BNP Paribas)

En décembre 2008, la croissance annuelle des prêts des Institutions financières et monétaires (IFM) italiennes a atteint 4,9 % (contre 3,9 % en novembre), soutenue essentiellement par la hausse des prêts accordés aux sociétés non financières (+6,6 %) et, quoique dans une moindre mesure, par celle des prêts aux ménages (+1,4 %). Le ralentissement de la croissance des prêts aux ménages a conduit à une stabilisation du niveau d’endettement total du secteur qui, au T3 2008, en pourcentage du PIB, était équivalent à 60 %.

Au cours de 2008, les actifs financiers des ménages italiens se sont de nouveau contractés pour atteindre 3,410 milliards d’euros (-7,3% en g.a.), un niveau comparable à celui de juin 2005. En septembre 2008, les dépôts représentaient 30 % du total des actifs, un niveau inégalé depuis dix ans.

Mondialisation: 

Le bon, la brute et le truand

par Frédéric Buzaré, responsable de la gestion actions chez Dexia AM

Une lutte sans merci se poursuit entre le processus de désendettement et la réponse politique. Les espoirs d’un rebond durable ont été réduits à néant par la dégradation de la situation du système bancaire et l’impact visible de la récession économique. La récession bât désormais son plein et la contraction de l’économie est proche de son rythme maximum.

Mondialisation: 

Une récession historique (1ère partie)

 

par Philippe d’Arvisenet, directeur des études économiques de BNP Paribas

La récession, qui touche les pays de l’OCDE depuis plusieurs trimestres, s’est aggravée à la fin de l’été 2008, à la fois par son intensité et par son étendue, montrant bien que l’idée d’un découplage n’était qu’un rêve.

Mondialisation: 

Economies développées : un cas de figure historique

par Sylvain Broyer et Costa Brunner, économistes chez Natixis

Bien après la crise financière, la crise économique a atteint une dimension globale au quatrième trimestre. Non seulement les PIB se contractent dans l’ensemble des économies développées, mais les symptômes y sont les mêmes : toutes les composantes de la demande évoluent de façon comparable. Un tel cas de figure est, à n’en pas douter, historique. 

Observons d’abord les composantes de la demande aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni et en zone euro au quatrième trimestre 2008(1). Nous verrons ensuite, en guise d’explication, que ces économies ont subi un « arrêt soudain » dont les implications à moyen terme ne sont pas optimistes.

Au quatrième trimestre 2008, les ménages américains, japonais, européens et britanniques ont réduit leurs dépenses de consommation.

Mondialisation: 

Pays développés : sombres perspectives 2009

par les économistes OCDE de BNP Paribas

Le monde connaît aujourd’hui une récession sans précédent. Il est urgent de prendre des mesures à l’échelle internationale pour endiguer la spirale baissière d’incertitude et de réduction des crédits et de la consommation.

Aux Etats-Unis, le Gouvernement et la Réserve Fédérale ont adopté des mesures radicales (plan de soutien budgétaire, nouveau plan de soutien financier, “credit easing”). Ces mesures devraient limiter l’impact de la récession et le risque de déflation et améliorer le momentum au cours du second semestre.

Dans la zone euro, les autorités monétaires et budgétaires ont déployé un arsenal de mesures très accommodantes qui devraient limiter la dynamique de baisse de l’activité.

Mondialisation: 

Nouveau Plan de Stabilité Financière : TARP repetita ?

par Hélène Baudchon et Estelle Honthaas, économistes au Crédit Agricole

• Le nouveau plan de soutien au système financier s’inscrit dans la continuité du TARP tout en lui ajoutant deux éléments novateurs : la conditionnalité des injections de capital à la réalisation de stress tests et la création d’un partenariat public-privé pour le rachat des actifs toxiques.
• Le plan se veut une réponse complète à la crise, à la mesure de l’ampleur des problèmes.
• Cependant, l’absence de détails rend difficile l’évaluation de son potentiel de réussite.

Mondialisation: 

Inde : vers une croissance plus modérée

par Edgardo Torija-Zane, économiste chez Natixis

L’Inde est frappée par la crise économique mondiale et les sorties de capitaux. A l’approche des élections parlementaires générales d’avril 2009, le pays fait face à de nombreux défis qui menacent la croissance.

L'Inde est durement frappée par la crise mondiale. Après cinq ans consécutifs d’une croissance vigoureuse de l’ordre de 8-9%, un rythme d’expansion sans précédent dans l’histoire récente du pays, l’Inde connaît un ralentissement marqué. La croissance, qui avait dépassé les 9% au cours l'année 2006-2007 atteignant 10% au quatrième trimestre de l’année 2006/07 (janvier-mars 2007), est retombée à 7,6 % au premier semestre de l’année 2008-2009(1) et devrait continuer de décélérer.

Mondialisation: 

Marchés actions : tout est question de timing

par Ad van Tiggelen, Stratégiste Senior d’ING IM

Lorsqu’il s’agit de faire leur introspection, les Néerlandais évoquent souvent leur héritage calviniste. Beaucoup de leurs traits de caractère s’inscrivent en effet dans la droite ligne de cette doctrine élaborée par le théologien français Jean Calvin (1509–1564), à commencer par la modération. Ils sont supposés être des gens sobres et travailleurs incapables de jouir des bienfaits de la vie sans un sentiment de culpabilité. En réalité, ils ont comme tout autre profité de l’essor économique de ces dernières années. Calvin prêchait la prédestination. Et 500 ans après sa mort, il semble que les marchés étaient prédestinés à payer le prix fort après des années de surconsommation et un train de vie en totale contradiction avec les préceptes de Calvin, du moins sur le plan financier.

Mondialisation: 

Australie : contraction de l’activité et baisse des taux

par Caroline Newhouse-Cohen, économiste chez BNP Paribas

Depuis septembre dernier, la banque centrale australienne RBA s’est associée au mouvement international de baisse des taux et a ramené son taux directeur à 3,25%, son niveau le plus bas en 45 ans, en cinq décisions entre septembre 2008 et février 2009 (respectivement -25 points de base en septembre, -100 pb en octobre, -75 pb en novembre, -100 pb en décembre et 100 pb en février), après avoir culminé à 7,25% l’été dernier, son niveau le plus haut depuis douze ans.

Le dernier communiqué du 3 février (la banque centrale se réunit tous les premiers mardis du mois, sauf en janvier) souligne que les perspectives à court terme de l’économie mondiale n’ont jamais été aussi médiocres depuis plusieurs années. La RBA dispose encore d’importantes marges de manœuvre et opterait pour une pause monétaire après avoir ramené le cash rate (son principal taux directeur) à 2% à la fin du deuxième trimestre.

Mondialisation: 

Le Mexique bascule dans la récession

par Carlos Quenan et Bénédicte Baduel, économistes chez Natixis

Arrimé aux Etats-Unis de par sa proximité géographique et économique, le Mexique a subi de plein fouet les effets de la crise économique internationale et a connu un net ralentissement de l’activité en 2008. Alors que les marges de manœuvre du gouvernement au niveau budgétaire sont relativement étroites, le plan de relance annoncé par le président Calderón ne pourra pas empêcher que le pays bascule dans la récession. La contraction de l’activité économique peut avoir des implications importantes sur le plan politique, en particulier sur les résultats des élections intermédiaires (législatives et de gouverneurs d’Etats) qui auront lieu en 2009.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS