Mondialisation

-A +A

Le retour du FMI

par Sylvain Laclias, économiste au Crédit Agricole

  • Le FMI fait de nouveau recette auprès des émergents. L’Ukraine et la Hongrie sont ses premiers clients.
  • La Turquie, en revanche, a encore en bouche le goût de six années de restriction budgétaire. Elle hésite à en reprendre. 

Le FMI a entériné le programme d’aide à l’Ukraine d’un montant de 16,5 Mds USD (dont 4,5 Mds USD déboursés immédiatement). En contrepartie, Kiev devra mettre en œuvre diverses mesures. En substance : recapitalisation des banques, politique de change plus flexible, resserrement de la politique monétaire et budgétaire. Ce soutien financier rassure. Mais dire que le pire est évité serait encore prématuré. Le besoin de financement externe de l’Ukraine au cours des douze prochains mois est assez nettement supérieur au niveau actuel des réserves de change, même une fois inclus l’argent du FMI.

Mondialisation: 

Un modèle de croissance qui ne marche pas

par Patrick Artus, directeur de la recherche économique chez Natixis

Plusieurs pays ont mis en place une spécialisation productive qui consiste à :
• réduire fortement la taille de l'industrie traditionnelle ; 
• baser la croissance sur le secteur des nouvelles technologies (IT), sur d'autres secteurs "sophistiqués" (finance, informatique…) et sur les services domestiques protégés de la concurrence étrangère (au sens large : services aux particuliers, construction, distribution, loisirs…) 

Mondialisation: 

États-Unis : vers une récession prolongée

par Sandrine Boyadjian, économiste au Crédit Agricole

La croissance s’est inscrite en léger repli au troisième trimestre (-0,3% en rythme trimestriel annualisé). La croissance des dépenses publiques (5,8% après 3,9%) et le commerce extérieur ont permis de compenser partiellement la chute des dépenses de consommation (-3,1%). Ces résultats mettent en avant la mauvaise posture de l’économie américaine bien avant la chute de la banque d’investissement Lehman Brothers. Du point de vue de l’économie réelle, le pire est sans doute devant nous.

Mondialisation: 

De la crise financière à la récession

par Philippe d’Arvisenet, directeur de la recherche économique chez BNP Paribas

Dans un contexte marqué par un envol de l’aversion au risque, la chute des prix d’actifs et la montée des pertes ont provoqué, mi-septembre, l’éclatement d’une crise majeure qui ne sera pas sans conséquences pour l’économie réelle. La croissance mondiale, de 5% en 2007 et de 3,9% en 2008, serait limitée à 3% au plus l’an prochain. L’apport de liquidité par les autorités monétaires pour des durées plus longues, contre des actifs risqués et son élargissement aux banques d’investissement, n’a plus suffi à calmer le jeu.

Mondialisation: 

Quelles perspectives pour les pays émergents ?

par Guy Longueville et François Faure, économistes chez BNP Paribas

La crise financière internationale a pris en octobre l’allure d’un scénario catastrophe. Elle affecte l’économie réelle. Il est à ce jour difficile d’en prévoir les évolutions et les effets dans la durée sur l’économie mondiale.
Toutefois, on peut déjà en tirer certaines conséquences pour les pays émergents à horizon 2009-10. Leur environnement international, encore acceptable ou mitigé jusqu’au printemps dernier, peut désormais être considéré comme défavorable, ce qui risque d’accentuer le retournement endogène de leur cycle et d’accroître le risque pays. L’hypothèse d’un atterrissage en douceur devient hors sujet(1). 

Mondialisation: 

Vers une récession mondiale…

par Isabelle Job, économiste au Crédit Agricole 

L’intensification de la crise financière va laisser des traces. Ce n’est qu’une question de temps avant que l’on constate les dommages collatéraux sur la croissance. Nous avons en conséquence révisé notre scénario central et tablons désormais sur une croissance mondiale qui passerait sous sa moyenne de historique (de 3 %) pour s’établir en 2009 à 2,4 %. Le monde développé entre en récession et les pays émergents ralentissent de concert avec des risques de rupture pour les pays d’Europe centrale les plus expo- sés aux financements externes.

Mondialisation: 

Propos d’étape sur la crise

 par Philippe Waechter, Directeur de la Recherche Economique de Natixis Asset Management.

Sur les aspects macroéconomiques, les indicateurs d'activité aux Etats-Unis et en Europe pointent vers un ralentissement plus marqué de l'activité économique. Aux Etats-Unis, la consommation des ménages a changé de régime au troisième trimestre. Son recul significatif va enclencher un probable repli de l'activité américaine (en termes de PIB) sur le trimestre. Le repli marqué de la production industrielle accentue cette perspective, tandis que les indicateurs liés à la construction continuent de se replier. 

Mondialisation: 

La macro-économie revient sur le devant de la scène

par Caroline Newhouse-Cohen, économiste chez BNP Paribas
Après avoir salué le plan de sauvetage bancaire de l’Eurogroupe puis la recapitalisation des banques américaines, les marchés financiers ont été repris d’un accès de sinistrose en milieu de semaine. Leur rechute a été alimentée par l’avalanche de mauvaises nouvelles sur le front macro-économique qui laisse penser que les plans de sauvetage des banques (les plans nationaux européens sont évalués à 1700 milliards d’euros, soit 19%du PIB de la zone euro et 13% du PIB de l’Union à 27, et à 250 milliards de dollars, prélevés sur le plan Paulson pour les Etats-Unis) sont intervenus trop tardivement et que l’économie réelle ne pourra désormais échapper aux conséquences très négatives de la crise financière.

Mondialisation: 

Une défaillance des Hedge Funds est à craindre

par Daniel Lebègue, président de l’Institut Français des Administrateurs (IFA)

Ancien banquier - il a été directeur général de BNP puis directeur général de la Caisse des dépôts et consignations - Daniel Lebègue connaît très bien le monde financier. Il siège dans les conseils d’administration de plusieurs entreprises françaises, dont Alcatel Lucent et Technip. Président de l’Institut Français des Administrateurs (IFA), qui regroupe 2.000 administrateurs exerçant en France, et de la branche française de Transparency International, il estime qu’après la crise des subprimes, les Hedge Funds menacent aujourd’hui le système financier, avec des conséquences incalculables. Entretien.

Mondialisation: 

Chine : réactivité des autorités

par Christine Peltier, économiste chez BNP Paribas

  • La croissance économique chinoise ralentit, affectée par l'affaiblissement de la demande mondiale. Le taux de croissance du PIB devrait passer de 11,9% en termes réels en 2007 à 10,0% en 2008, et se situer légèrement audessus de 9,0% en 2009.
  • Le ralentissement de la croissance et la chute des prix des actifs boursiers pourraient avoir des implications sociales et inquiètent le gouvernement, qui a clairement assoupli sa politique économique depuis juin 2008.

Les signes récents de modération de l’inflation, les confortables excédents de la balance des paiements et la solidité des finances publiques donnent au gouvernement une bonne marge de manoeuvre pour pouvoir moduler ses instruments de politiques économiques, atténuer les effets du ralentissement mondial et réduire les risques d’atterrissage brutal de la croissance chinoise.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS