Région Asie-Pacifique : Perspectives des marchés financiers

-A +A

par Sean Taylor, Directeur des investissements Asie-Pacifique chez DWS

Malgré une hausse des prévisions de croissance mondiale à 3,9% cette année, nous anticipons un contexte de marché plus difficile. Bien que les opportunités d’investissement demeurent encore nombreuses, l’essentiel du mouvement haussier est déjà intégré dans les cours des actifs. Nous observons également un retour à des niveaux “normalisés” de risque baissier. Le premier trimestre 2018 a été très animé avec des changements constitutionnels en Chine, des tensions vis-à-vis de la Corée du Nord et des inquiétudes relatives au commerce international. Nous sommes toutefois beaucoup plus confiants à l’égard de la croissance asiatique. Celle-ci sera davantage domestique, plus lente mais de meilleure qualité, grâce aux efforts realisés par les gouvernements pour mettre en oeuvre leurs réformes.

Marchés obligataires

  • Les obligations des marchés émergents ont bénéficié de solides fondamentaux économiques; Cette classe d’actifs offre une plus grande diversité de titres, avec 81 pays représentés dans les indices émergents en 2017, contre seulement 8 en 1995.
  • Nous recherchons une protection contre la hausse de l’inflation et la hausse des taux, en recourant aux obligations indexées à l’inflation et les obligations à taux variables.

Devises

  • Le dollar US s’est déprécié à un niveau suffisamment faible. Nous devrions prochainement revenir sur cette devise, en la privilégiant notamment au yen ou à l’euro.

Actions

  • Selon nos prévisions à un an, les actions de grands groupes devraient surperformer les obligations : les actions allemandes devraient afficher les meilleures performances (supérieures à 15%); Les actions européennes, nippones et asiatiques devraient progresser de plus de 10%; Les petites et moyennes capitalisations européennes, notamment allemandes, nous semblent plus attrayantes que les « large caps », avec une croissance des bénéfices plus élevée, une dette plus faible et de meilleures performances.
  • De nombreuses entreprises allemandes bénéficient de la dynamique asiatique.
  • La croissance bénéficiaire des entreprises de l’indice MSCI All-Country World est attendue à 15% en 2018, puis devrait revenir à sa moyenne de long terme de 8% en 2019.
  • Les marchés émergents restent sous-valorisés de 25% par rapport aux marchés développés. Les marchés émergents sont attrayants en raison d’une croissance robuste et de la poursuite des réformes menées par les gouvernements : le modèle de croissance chinois poursuit sa mutation vers la consommation domestique, l’inflation au Brésil est contenue, la croissance économique demeure élevée en Inde où Modi maintient le ryhtme des réformes, enfin, de plus en plus de flux de capitaux en faveur de l’investissement domestique sont observés, dans les pays émergents.
  • La croissance bénéficiaire des enterprises des marchés émergents est attendue à 15% en 2018 et 2019.

Chine

  • Notre confiance à l’égard de l’économie chinoise est plus forte qu’en 2017, nous avons davantage de raisons de surpondérer l’exposition des portefeuilles à ce marché. L’économie chinoise s’avère robuste.
  • Les réformes des marchés de capitaux vont continuer à susciter des flux de liquidité sur le marché chinois, ce qui contribuera à la maturité de ce dernier et à alléger le fardeau de la dette.
  • Nous élargissons les portefeuilles à la “vieille économie” – consommation; mode de vie; santé; secteur financier etc.
  • Il faut s’attendre à une surperformance de l’indice MSCI China face au MSCI EM; Les révisions positives des bénéfices par action des valeurs du MSCI China devraient être plus significatives en 2019.
  • La pression du gouvernement chinois sur la réforme des entreprises publiques devrait continuer à stimuler les versements de dividendes.
  • La croissance du PIB devrait s’établir à 6,5%; la consommation représentait 65% de la croissance du PIB en 2017; Le financement social qui s’établit à 8% montre une diminution des activités bancaires parallèles ou dissimulées (“shadow banking”).
  • Le Congrès national du parti communiste chinois a fait l’objet de quelques surprises : Xi Jinping a resserré son contrôle politique à long terme. La stabilité politique s’avère favorable aux marchés.
  • Les risques macroéconomiques et de marché sont relativement contenus et le scénario d’une crise systémique est peu probable à ce stade; le surendettement diminue.
  • La perception de l’économie chinoise par les acteurs internationaux s’est améliorée.

Hong Kong

  • Hong Kong est l'économie la plus exposée au protectionnisme américain : les exportations vers les États-Unis représentent près de 14% du PIB de Hong Kong.
  • Un intérêt grandissant pour le marché de Hong-Kong est observé, en particulier pour le réseau boursier du sud. Les arbitrages sur les actions de classe H/A se poursuivent.
  • Il faut s’attendre à une plus grande intégration du réseau boursier du nord et des actions de classe A.
  • Le dollar HK est sous pression, son niveau étant en retard sur la courbe des taux.
  • Deux forces de rappel différenciées caractérisent actuellement Hong Kong et les marchés actions chinois : les valeurs de Hong Kong sont sensibles aux taux et aux prix des autres actifs. De leur côté, les valeurs financières chinoises présentent des fondamentaux positifs, relatifs à la hausse des taux et de plus faibles charges provisionnelles.
Marchés Financiers: