-A +A

Or : les banques centrales de retour à l’achat

par Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM

Les Banques Centrales et les principales instances internationales (FMI, BCE, Banque des Règlements Internationaux...) sont aujourd’hui détenteurs de près de 18 % de tout l’or du monde (sources : FMI, World Gold Council, lire ici) !

L’or a, dès l’Antiquité, été considéré comme une réserve de valeur, du fait de ses qualités intrinsèques. Rare, il est également inaltérable, fongible, très dense et facilement identifiable grâce à des tests simples.

Très vite, ces propriétés en ont fait une base d’échange et une réserve de valeur. Progressivement, se sont développé les monnaies papiers qui présentaient l’avantage d’éviter tout risque de vol, mais aussi de réduction de la masse monétaire du fait de la thésaurisation, ou d’escroquerie (rognage des pièces).

Politiques: 

Pourquoi les marchés semblent désormais s’écarter, à la hausse comme à la baisse, des fondamentaux économiques ?

par Jean-Jacques Friedman, Chief Investment Officer chez Natixis Wealth Management

Depuis 2018, nous assistons à une forte volatilité des marchés, les périodes d’euphorie alternant avec les périodes de correction. Ces mouvements haussiers et baissiers ont été particulièrement prononcés ces derniers mois et la volatilité devrait perdurer cette année. En quelques trimestres, les valorisations se sont dégonflées de 25% à 30 % sur les principales places boursières - en prenant en compte l’effet de ciseau entre hausse des bénéfices des entreprises et baisse des cours -, alors que les marchés s’interrogeaient sur une éventuelle entrée en récession de l’économie américaine.

Marchés Financiers: 

Investir sur le marché « ininvestissable » du Royaume-Uni

par James Clunie, Responsable de la stratégie Absolute Return, chez Jupiter AM

Interrogez un échantillon d’investisseurs internationaux sur le marché britannique et la majorité d'entre eux vous diront probablement qu'il est impossible d’y investir actuellement. Même si le Brexit a incontestablement causé confusion et incertitude, il y a encore des opportunités, tant à la vente qu'à l’achat, sur un marché qui a été largement éclipsé par la dimension politique.

Le Royaume-Uni est dans le chaos ; l'incertitude au sujet de Brexit continue de s'intensifier et les opérateurs de marché, aux côtés des politiciens d’ailleurs, n'ont aucune idée claire de la forme que prendra le Brexit. Les investisseurs, confrontés à cet environnement d'incertitude extrême induite par le Brexit, semblent être parvenus à la conclusion générale que, dans la situation actuelle, le Royaume-Uni est « ininvestissable ».

Marchés Financiers: 

Courage et discipline pour aborder 2019

par Pascal Blanqué, CIO Groupe, et Vincent Mortier, CIO Adjoint Groupe chez Amundi

Après un mois de décembre difficile, qui s’est traduit par une brusque correction, les actifs à risque ont rebondi au cours des premières semaines de l’année, portés par les accents favorables aux marchés de la Fed et un regain d’optimisme sur le plan des négociations commerciales. Comme nous nous attendons à ce que les raisons de cet optimisme soient confirmées, nous pensons qu’il est temps de revenir sur les actifs à risque, segment dans lequel la correction a restitué de la valeur, notamment dans les marchés émergents. Selon nous, les investisseurs devraient aborder 2019 avec discipline, tout en ayant le courage de regarder au-delà du bruit à court terme à la recherche de valeur à long terme. Les quatre domaines à surveiller sont :

Marchés Financiers: 
Flux RSS