-A +A

Les bourses sont-elles déconnectées de la réalité ? Vers une monétisation massive des dettes ?

par Florent Delorme, Stratégiste chez M&G

Les indices des marchés des actions se sont finalement bien repris au regard de l’ampleur de la crise sanitaire et économique au point que la question de leur déconnection par rapport au choc économique actuel se pose légitimement.

Pourtant de nouveaux éléments sont venus ces dernières semaines conforter les partisans d’un retour rapide des marchés vers les niveaux de valorisation du début d’année :

Marchés Financiers: 

Le creux de la vague ?

par Emmanuel Auboyneau, Gérant associé chez Amplegest

La poursuite du redressement économique dans le monde dépend de la maîtrise du Covid 19. Entre fin de la première vague et absence de seconde vague, nous restons sur une séquence où le médical continue de piloter l’économie.

Mondialisation: 

Le rebond en question

par Benjamin Melman, CIO Asset Management chez Edmond de Rothschild

Le monde n’était pas préparé à une crise aussi soudaine et d’une ampleur sans précédent comme celle du Covid-19, mais force est de constater qu’une fois passés les premiers jours de balbutiements, les autorités ont apporté une réponse majeure, empêchant que la catastrophe ne tourne au désastre. Nous avons notamment évité en quelques semaines selon nous :

Marchés Financiers: 

France : le retour du consommateur

par Julien Manceaux, Senior Economist chez ING

Les ménages français semblent avoir fait des folies en matière de dépenses durant la deuxième quinzaine de mai, certaines catégories de dépenses rattrapant leur moyenne d'avant la crise. Ce rebond rapide pourrait atténuer la contraction du PIB au deuxième trimestre de l'année et pourrait - si elle se poursuit - laisser présager un rattrapage rapide au troisième trimestre.

Le confinement laisse place au shopping

En mai, les dépenses de consommation des ménages français ont rebondi après avoir atteint un plus bas niveau historique en avril. Par rapport à un niveau d'avant la crise défini comme la moyenne de septembre 2019 à février 2020, les dépenses d'avril avaient baissé de 33 %. Cela allait de -77% pour les dépenses de matériel de transport à +4% pour les dépenses alimentaires. La consommation d'énergie avait baissé de 34 %.

Politiques: 
Flux RSS