-A +A

Éthique des organisations à l'ère du numérique : vers une intelligence artificielle responsable

par Hippolyte Ancelin, Consultant senior, Emilie Kuhlmann, Consultante et Adeline Taravella, Directrice, chez Eurogroup Consulting

L’intelligence artificielle (IA) s’annonce comme l’un des défis technologiques majeurs de ces prochaines décennies. Mais elle représente également un enjeu géopolitique, un vecteur de transformation économique et sociétal. Et son développement rapide suscite, concomitamment, de nombreuses interrogations et inquiétudes.

Car les enjeux éthiques de l’IA sont bien réels : comme tout outil ou moyen, elle peut être mise à contribution pour le meilleur comme pour le pire, selon les choix humains qui la régissent. Dès lors, réfléchir à l’usage responsable de l’intelligence artificielle n’est plus un luxe mais bien une nécessité !

Innovation & Environnement: 

Marchés obligataires : inflation et espoirs animent le début d'année

par Eléonore Bunel, Responsable de la gestion taux chez Lazard Frères Gestion

Après une baisse généralisée des taux en 2020 sous l’action des banques centrales, l’année 2021 démarre dans un contexte nouveau. Le retour de l’inflation pousse les taux longs à la hausse, tandis que l’anticipation d’un retour à la normale permet un recul des primes de risque.

Depuis le début de l’année 2021, deux mouvements opposés s’observent sur les marchés obligataires. D’une part, les taux longs commencent d’ores et déjà à remonter sur le segment des dettes souveraines, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. D’autre part, une baisse des écarts de taux (spreads) s’observe entre les titres les plus sûrs (investment grade) et les titres plus risqués (high yield).

Dettes souveraines : l’inflation entre dans l’équation

Chaque phénomène a son explication. Intéressons-nous tout d’abord à la hausse des taux longs sur le segment souverain.

Marchés Financiers: 

États-Unis : la remontée des rendements obligataires doit-elle inquiéter les investisseurs en actions ?

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

L’année dernière, les rendements des Treasuries ont fortement baissé, la pandémie de Covid-19 ayant provoqué une fuite vers les valeurs refuge. D’autres facteurs, comme la politique de la Réserve fédérale et les perspectives d’inflation, ont aussi joué un rôle. Le rendement à 10 ans a atteint un plus bas pour l’année, en août, à 0,52 %. Depuis, les taux d’intérêt à long terme sont sur une tendance haussière. La décomposition de la variation cumulée des rendements nominaux des Treasuries montre que, à la fin du mois de janvier, les rendements nominaux étaient plus ou moins équivalents à la hausse des points morts d’inflation[1].

Marchés Financiers: 

Les marchés s'orientent-ils vers un changement de régime ?

par Didier Saint-Georges, Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac

L’année passée a constitué un épisode sans précédent à plus d’un titre, et la question que nous nous posons maintenant est de savoir si cela pourrait avoir déclenché un changement de tendance sur certains moteurs essentiels des marchés, qui donc nécessiterait d’ajuster notre stratégie d’investissement en conséquence. Autrement dit, sommes-nous en route vers un changement de « régime » de fonctionnement de ces marchés ?

Marchés Financiers: 
Flux RSS