-A +A

Etats-Unis :
est-ce la n de cycle ?

par Didier Borowski, Recherche, Stratégie et Analyse chez Amundi

Le PIB américain en volume est supérieur de 13 % à son niveau de fin 2007 (et de plus de 30 % en valeur). En moyenne, depuis le début de la reprise, le PIB réel s’est accru à un rythme annualisé de 2 %, ce qui fait de ce cycle l’un des plus longs de l’histoire des États-Unis. L’économie s’approche désormais du plein emploi, sans toutefois générer les pressions inflationnistes attendues à ce stade du cycle, et ce d’autant plus que les gains de productivité ont chuté et que les coûts salariaux unitaires progressent. Les profits se sont redressés de façon spectaculaire dans les premières années mais l’investissement productif est resté particulièrement mou, probablement en raison du ralentissement de la productivité et de débouchés incertains.

Politiques: 

La croissance ralentit progressivement au Royaume-Uni

par Sylwia Hubar, Economiste chez Natixis

L’activité au Royaume Uni a fortement ralenti au S1 2017. Atteignant 0,3% T/T (et 1,7% en GA), la première estimation de la croissance au T2 est conforme aux prévisions. Si les ventes au détail (ainsi que la production cinématographique) ont positivement contribué à la croissance du PIB, elles devraient être pénalisées par le ralentissement des dépenses des ménages. L’impact négatif de la production, notamment en raison du ralentissement du secteur manufacturier, suggère qu’en termes de contributions au PIB, les exportations nettes et l’investissement ne devraient probablement pas compenser le déclin de la consommation privée. Nous anticipons un ralentissement de la croissance au Royaume-Uni à 1,6% en 2017, puis 1,3% en 2018 (contre 1,8% en 2016).

Politiques: 

Gestion d’actifs : un rapprochement prometteur s’opère entre la France et Hong-Kong

par Hugo Ney, Manager chez Alpha FMC

Le 10 juillet dernier, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et la Securities & Futures Commission (SFC) ont signé un accord de reconnaissance mutuelle des fonds d’investissement entre la France et Hong-Kong. Ce rapprochement constitue une aubaine pour la gestion d’actifs française.

Marchés Financiers: 

Sur un marché des « midcaps » faiblement couvert par les analystes, de nombreux titres restent sous-valorisés

par Charles Anniss, Gérant de portefeuille petites et moyennes capitalisations chez UBP

Depuis le début de l’année, le compartiment des small & mid caps a le vent en poupe auprès des investisseurs. Davantage exposé aux marchés domestiques, l’univers des petites et moyennes capitalisations recèle de nombreuses opportunités en Europe.

Marchés Financiers: 
Flux RSS