-A +A

Du sang et des larmes pour créer le Global Britain de Theresa May

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

Discours très politique de Theresa May sur la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne (voir ici). Le référendum sur le Brexit doit se traduire par une dissociation entre le Royaume Uni et l’Union Européenne. La loi britannique doit être votée par les britanniques. Pour éviter toute ambigüité, il n’y aura plus d’accès au marché unique. L’accord de libre-échange négocié avec l’UE sera ratifiée par le Parlement britannique.

Politiques: 

Turbulences à l’horizon pour la Fed 
avec la nouvelle administration américaine

Par Valentine Ainouz et Bastien Drut, Stratégie et Recherche économique chez Amundi

Donald Trump prendra ses fonctions de président des États-Unis le 20 janvier. Avec les républicains du Congrès, qui n’ont pas nécessairement la même façon de penser que lui sur de nombreux sujets, il tentera de mettre en place des réformes radicales, notamment au sujet de la Fed. Nous nous proposons ici de faire le point sur les principaux changements que cela pourrait occasionner pour cette dernière.

Politiques: 

Union européenne : face à la concurrence chinoise

par Catherine Stephan, Economiste chez BNP Paribas

L’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001 avait été assortie de plusieurs dispositions, le temps que le pays libéralise son économie.

L’article 15 (a) (ii) du protocole permettait aux pays membres de l’OMC refusant d’octroyer le statut d’économie de marché à la Chine de choisir la méthode de calcul des prix de référence pour décider des cas de dumping.

Cet article a expiré le 11 décembre dernier. Certains membres de l’OMC sont donc contraints de revoir leur stratégie de défense contre le dumping. C’est le cas en particulier de l’Union européenne, qui a noué des relations commerciales étroites avec la Chine au cours des quinze dernières années.

Mondialisation: 

La fin de 35 ans de baisse des taux ?

par Marc Riez, Directeur général chez Vega IM

Le grand sujet des marchés financiers depuis la fin de l’été est le retour de l’inflation. Il provoque une importante remontée des taux d’intérêt et une rapide rotation sectorielle au détriment des valeurs défensives et au bénéfice des banques, des matières premières et du pétrole. Dès la fin du mois d’août, les enquêtes macroéconomiques, témoignant de la reprise de la croissance américaine après 4 trimestres anémiques, ont enclenché le mouvement. La Reserve fédérale, jusque-là peu pressée de remonter ses taux directeurs, a infléchi son discours, sous la pression d’un frémissement des salaires horaires. Puis, fin septembre, c’est la Banque du Japon qui lui emboîtait le pas en réduisant la taille de ses injections pour agir plus sur la pente de sa courbe des taux dans la durée.

Marchés Financiers: 
Flux RSS