-A +A

Italie : Penser l’après Renzi

par Paola Monperrus-Veroni, Economiste au Crédit Agricole

Les 1 000 jours du gouvernement Renzi ont pris fin le 4 décembre, lorsque les Italiens ont massivement rejeté sa proposition de réformer les institutions du pays. Bien que le vote portât sur une partie importante des réformes institutionnelles – la suppression du Sénat électif, la fin du bicamérisme paritaire et la réduction du nombre de sénateurs – le fond de la réforme n’était que marginalement l’objet du référendum.

Le vote s’est transformé en un plébiscite pour ou contre l’action du gouvernement et c’est avec un taux très élevé de participation (68,5%) et une victoire nette (59,1%) du camp du non que les Italiens ont voté.

Politiques: 

Référendum italien :
qu’attendre après la victoire du Non ?

par Didier Borowski, Responsable de la Macroéconomie chez Amundi, et Sergio Bertoncini, Stratégie et Recherche Economique chez Amundi Milan

Ce dimanche, la proposition de réforme de la Constitution italienne a été rejetée par une large majorité de la population : 19,38 millions d’électeurs (59,2%) ont voté ‘Non’ tandis que 13,4 millions (40,8%) ont voté ‘Oui’ à la réforme du Sénat. C’est une victoire du camp du ‘Non’ d’autant plus significative que le taux de participation est très élevé au regard des standards italiens. Ce résultat est un camouflet pour le premier ministre Matteo Renzi qui a immédiatement annoncé son intention de présenter sa démission ce lundi.

Politiques: 

Le malaise italien

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

Matteo Renzi a largement perdu le référendum qui avait lieu le 4 décembre. Le taux de participation a été très élevé à 70% et l'écart entre le "non" et le "oui" à la réforme constitutionnel est très important. Le "non" l'emporte avec 59.1% des voix contre 40.9% pour le "oui". Ce n'est donc pas un score étriqué susceptible de laisser indifférent.

Cependant, les marchés n'ont pas réagi de façon excessive. L'euro est passé sous le seuil de 1,06 face au dollar et les marchés d'actions en Asie ont clôturé sur une baisse modérée (-0,8% à Tokyo). La remontée du taux italien efface le repli constaté en fin de semaine. Ce relatif attentisme a un côté rassurant, il n'y a pas de défiance majeure à la suite du résultat. Cependant, l'histoire est loin d'être achevée.

Politiques: 

France : remontée contenue de l’inflation

par Hélène Baudchon, Economiste chez BNP Paribas

Le redressement de l’inflation reste progressif et alimenté par la contribution des prix de l’énergie, désormais légèrement positive. L’inflation sous-jacente est, quant à elle, légèrement orientée à la baisse.

Ces tendances devraient se poursuivre à l’horizon 2017 et se traduire par une remontée contenue de l’inflation (+1,3% en glissement annuel fin 2017 contre +0,5% aujourd’hui).

L’inflation, moins basse, réduira les gains de pouvoir d’achat des ménages. Un net ralentissement de leur consommation devrait s’ensuivre, entraînant avec lui la croissance.

Politiques: 
Flux RSS