-A +A

Japon : politique monétaire, encore une chance ?

par William De Vijlder, Chef économiste chez BNP Paribas

Pour stimuler les anticipations d’inflation et l’inflation elle-même, la Banque du Japon a apporté deux modifications à sa politique monétaire.

Elle a introduit le « yield targeting », créant ainsi plus de flexibilité par rapport à la politique d’assouplissement quantitatif.

Plus important encore, elle s’est engagée à dépasser son objectif d’inflation. Mais cela n’a pas impressionné le marché pour autant, à en juger par la réaction du taux de change USDJPY.

Mondialisation: 

La Fed prête à relever son taux en décembre

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

La Fed continue de penser que son taux d’équilibre de long terme s’ajuste encore à la baisse. Cela traduit une perception plutôt pessimiste de l’évolution tendancielle de l’économie américaine même si elle n’envisage pas de récession.

A court terme, elle pense néanmoins pouvoir remonter son taux de référence sans créer de dommage à l’économie. La Fed souhaite retrouver des marges de manœuvre dans la gestion de sa stratégie monétaire et c’est pour cela qu’elle remontera son taux en décembre de 25 bp (J’avais expliqué cela ) Mais cela ne préjuge en rien de ce qui sera fait en 2017.

Politiques: 

Régionales en Allemagne :quelles leçons pour les législatives de 2017 ?

par Philippe Vilas-Boas, Economiste au Crédit Agricole

Les élections législatives régionales de 2016 ont été caractérisées par un affaiblissement des partis traditionnels – CDU, SPD, les Verts – et à l’inverse par une forte progression du parti eurosceptique et anti- migrants Afd, qui obtient dans tous les Länder concernés des sièges au parlement.

Ce recul des partis de la coalition a été alimenté par la peur d’une immigration incontrôlée, le sentiment d’une hausse de l’insécurité et l’inquiétude grandissante d’une érosion du niveau de vie de la population.

Politiques: 

Investir dans des économies frappées de quatre paradoxes générés par l’innovation

par Christophe Donay, Responsable de l’allocation d’actifs et de la recherche macroéconomique chez
Pictet Wealth Management

A l’échelle microéconomique, tout change autour de nous à une vitesse accélérée. A l’échelle macroéconomique, les pays développés semblent à la fois de plus en plus instables et sans direction précise. Pour autant, l’économie mondiale n’est pas en crise : elle est en mutation profonde. Les chocs d’innovation en sont la principale raison.

Mondialisation: 
Flux RSS