-A +A

La clé de la poursuite du « bull market » actions, c’est les taux !

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Les taux montent pour de bonnes raisons : l’économie est dynamique, en accélération aux États-Unis et en zone Euro. Par ailleurs, les Banques Centrales vont mettre fin à leurs politiques monétaires très accommodantes et les marchés obligataires vont donc progressivement retrouver un fonctionnement plus « naturel ». Reste que le rythme de cette hausse logique des taux est rapide... Trop rapide ? à peine sorti de la déflation, faut-il craindre le retour de l’inflation et un dérapage des marchés obligataires aux conséquences fâcheuses sur la valorisation des actifs ?

Marchés Financiers: 

L’Argentine : de l'ombre à la lumière

par Tim Love, Gérant chez GAM

Alors que le contexte politique en Argentine reste favorable (notamment depuis l'importante victoire électorale de mi-mandat, suggérant que le Président Macri est plus que favori pour remporter un prochain mandat de 4 ans à partir de 2019), nous pensons que les marchés financiers continueront à ignorer le profond cycle pro-orthodoxie des réformes pour la période à venir. Des aspects moins populaires (tels que les réformes du travail ou des retraites) continueront à être pris de front, ce qui signifie que la dynamique de changement structurel sera maintenue. Un cercle vertueux …

Mondialisation: 

La volatilité est de retour

par Pascal Blanqué, CIO Groupe, et Vincent Mortier, CIO Adjoint Groupe chez Amundi

La correction brutale des actions et la hausse des rendements à l’œuvre depuis le début de l’année ont entraîné des turbulences mettant un terme à l’« état de grâce » auquel s’étaient habitués les marchés. L’indice VIX a rebondi au-delà de 37, un niveau inédit depuis 2015. Rappelons que l’année 2017 avait été très favorable aux investisseurs: l’indice S & P est ressorti en hausse presque tous les mois de l’année dans un contexte de faiblesse exceptionnelle de la volatilité. Le VIX a atteint 18 des 20 plus bas enregistrés depuis 20 ans en 2017. La complaisance a poussé de nombreux investisseurs à passer outre les valorisations extrêmement élevées et à prendre des positions suradoptées.

Marchés Financiers: 

Brexit, phase 2

par Catherine Stephan, Economiste chez BNP Paribas

Le Conseil européen a estimé que les discussions entre le Royaume-Uni et la Commission européenne sur les conditions de sortie de ce dernier de l’Union européenne avaient suffisamment avancé pour enclencher une nouvelle phase.

L’accord de retrait définitif devrait inclure les modalités de la phase transitoire ainsi qu’une déclaration politique définissant les contours des futures relations commerciales entre le Royaume-Uni et l’UE.

L’UE souhaite que les contours de l’accord commercial avec le Royaume-Uni soient similaires à ceux de l’accord conclu avec le Canada, en raison du souhait du Royaume- Uni de quitter le marché unique.

Politiques: 
Flux RSS