Marchés Financiers

-A +A

Taux obligataires US : opportunité d’investissement ou risque de correction ?

par Witold Bahrke, Stratégiste chez Nordea Asset Management

Le taux des obligations souveraines américaines à 10 ans a franchi le seuil psychologique de 3% au deuxième trimestre, niveau le plus élevé depuis 4 ans. Faut-il y voir une opportunité d’investissement ou un risque de correction ?

Au regard de ces niveaux critiques et d’une légère hausse de l’inflation aux Etats-Unis, les investisseurs sont légitimement préoccupés par la spirale des taux. Si la hausse des taux des derniers trimestres a été soutenue par des facteurs cycliques, la toile de fond macroéconomique n’a pas beaucoup évolué : le scénario à long terme reste intact, favorable au maintien de taux d’intérêt bas. Car l’essor de la croissance mondiale a déjà commencé à s’affaiblir. Le pic de croissance est derrière nous, laissant penser que l’essentiel du mouvement haussier des taux obligataires est déjà réalisé.

Marchés Financiers: 

M&A : des signaux d’alerte dans un climat toujours dynamique

par Franck Silvent, Managing Partner chez Degroof Petercam France

Les opérations financières continuent d’évoluer dans un contexte favorable mais le « ressac » actuel sur le climat économique général doit inciter les entreprises et les investisseurs à anticiper une période potentiellement plus instable. Les conditions de financement pourraient évoluer au cours des prochains mois.

Marchés Financiers: 

La dette mondiale s’alourdit

par Christophe Donay, Responsable de l’allocation d’actifs et de la recherche macroéconomique Pictet Wealth Management

L’accumulation de la dette chinoise demeure préoccupante, mais la situation dans certains pays européens et aux Etats-Unis doit aussi être surveillée de près.

Au cours de la période qui a précédé la crise financière, plusieurs pays de la zone euro, encouragés par des conditions financières favorables et une forte croissance de la demande, avaient accumulé une importante dette intérieure. L’endettement du secteur privé pour l’ensemble de la zone euro était ainsi passé de 115% du PIB en 1999 à 164% du PIB à la mi-2019, et il se situait toujours à 160% du PIB au troisième trimestre 2017.

Marchés Financiers: 

Que nous dit la finance comportementale de l'environnement des marchés ?

par Warin Buntrock, Directeur adjoint des gestions, BFT IM

Les éléments statistiques issus de la finance comportementale sont riches d’enseignements pour mieux comprendre les évolutions des marchés financiers en complément d’une analyse fondamentale.

Marchés Financiers: 

Actions Euro/Actions émergentes : que faire après la récente correction ?

par Cyrille Geneslay, Gérant Allocataire chez CPR AM

Les performances des marchés actions au mois d’avril ont été le reflet inversé de celles des devises impliquant un regard neutre aux principaux mouvements détectés. Depuis lors, le risque de hausse de taux aux Etats-Unis de plus en plus probable, couplé avec l’appréciation du dollar, pénalise les actions émergentes et devrait favoriser la zone euro.

Malheureusement, dans les deux cas, les marchés consolident pour les raisons suivantes : fort endettement en dollar de certains pays émergents, crise politique dans la zone euro.

Marchés Financiers: 

Vivre sur les marges

par César Pérez Ruiz, Responsable des investissements et CIO Pictet Wealth Management

Malgré une saison des résultats favorable, certains acteurs demeurent réservés face aux actifs risqués. Les bons résultats de ce premier trimestre, qui a vu les entreprises américaines largement dépasser leurs prévisions de chiffre d’affaires et de bénéfice net, n’ont pas suscité un grand enthousiasme. Les marchés n’ont pratiquement pas progressé depuis le début de l’année, sur fond de volatilité accrue due aux craintes inflationnistes en janvier et à la montée des tensions dans le commerce international.

Marchés Financiers: 

Les petites capitalisations japonaises : le retour des matins qui chantent ?

par Stefanie Mollin-Elliott, Analyste fondamentale, Equipe actions, chez Unigestion

Les trois flèches des Abenomics, la politique économique du Premier ministre japonais M. Abe amorcée il y a cinq ans, avaient pour but d’améliorer les fondamentaux de l’économie japonaise grâce à un processus en trois étapes. En premier lieu, l’affaiblissement du Yen avait pour objectif de stimuler les résultats financiers des entreprises exportatrices. La deuxième étape consistait à transmettre les bénéfices récoltés par les entreprises exportatrices au reste de l’économie (c’est-à-dire les entreprises opérant sur le marché domestique). Enfin, la troisième étape avait pour but de renforcer la structure de l’économie du pays par une réforme du budget, du code du travail, des lois sur l’immigration et de la gouvernance d’entreprise.

Marchés Financiers: 

De l’opportunité de s’exposer ou non à l’inflation

par Guillaume Lasserre, Responsable des Investissements chez Lyxor Asset Management

Le risque d'inflation est l'une des principales préoccupations des régimes de retraite à prestations définies. Bien que les chiffres d'inflation de l'Union européenne soient modérés et que les investisseurs s'attendent actuellement à un léger rebond du rythme des hausses de prix, le risque de mauvaise surprise inflationniste subsiste.

Le déficit global des régimes de retraite à prestations définies européens s’est creusé

Malgré la correction subie par le marché en février 2018, les marchés boursiers et obligataires demeurent proches de leurs plus hauts historiques, neuf ans après les heures les plus noires de la crise financière mondiale. Mais les prix élevés des actifs n'ont pas permis aux régimes de retraite européens à prestations définies d’échapper à une crise de financement qui n’a cessé de s'aggraver.

Marchés Financiers: 

Qui a dit que les marchés émergents et les considérations ESG étaient incompatibles ?

par Karine Jesiolowski, Senior Investment Specialist chez Union Bancaire Privée (UBP)

Les obligations d’entreprises des marchés émergents offrent des fondamentaux en constante amélioration et des valorisations attractives dans l’environnement actuel de taux bas. Pourtant, les investisseurs sensibles aux considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) sont souvent sceptiques à l’idée d’intégrer cette classe d’actifs dans des portefeuilles d’investissement responsable. Il faut reconnaître que les normes et exigences ESG peuvent être plus souples dans certains pays émergents, et que les médias ont souvent insisté sur la faiblesse des pratiques de quelques entreprises au sein de cet univers (travail des enfants, pollution de l’eau ou affaires de corruption). C’est bien connu, les mauvaises nouvelles se répandent plus vite que les bonnes !

Marchés Financiers: 

Un bilan positif pour les entreprises européennes au 1er trimestre

par Sandrine Hallopeau, Directrice de la Recherche chez VEGA Investment Managers

La saison des résultats du 1er trimestre, traditionnellement dominée par la publication de chiffres d’affaires, a souligné une relative divergence entre les États-Unis et l’Europe. D’un côté, les résultats des entreprises américaines du S&P 500 se sont avérés excellents, avec 81 % de publications supérieures aux attentes : un des meilleurs trimestres de la décennie !

Les BPA affichent une forte croissance de 26 % par rapport au 1er trimestre 2017 et ressortent à près de 8 % au-dessus du consensus. Cette performance repose, pour l’essentiel, sur la réforme fiscale engagée par l’administration Trump. De l’autre, les entreprises européennes affichent certes des résultats supérieurs au consensus mais dans une proportion moindre et, surtout, dans un tableau plus contrasté.

Ainsi, sur la base des publications :

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS