Marchés Financiers

-A +A

Marchés obligataires : inflation et espoirs animent le début d'année

par Eléonore Bunel, Responsable de la gestion taux chez Lazard Frères Gestion

Après une baisse généralisée des taux en 2020 sous l’action des banques centrales, l’année 2021 démarre dans un contexte nouveau. Le retour de l’inflation pousse les taux longs à la hausse, tandis que l’anticipation d’un retour à la normale permet un recul des primes de risque.

Depuis le début de l’année 2021, deux mouvements opposés s’observent sur les marchés obligataires. D’une part, les taux longs commencent d’ores et déjà à remonter sur le segment des dettes souveraines, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. D’autre part, une baisse des écarts de taux (spreads) s’observe entre les titres les plus sûrs (investment grade) et les titres plus risqués (high yield).

Dettes souveraines : l’inflation entre dans l’équation

Chaque phénomène a son explication. Intéressons-nous tout d’abord à la hausse des taux longs sur le segment souverain.

Marchés Financiers: 

États-Unis : la remontée des rendements obligataires doit-elle inquiéter les investisseurs en actions ?

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

L’année dernière, les rendements des Treasuries ont fortement baissé, la pandémie de Covid-19 ayant provoqué une fuite vers les valeurs refuge. D’autres facteurs, comme la politique de la Réserve fédérale et les perspectives d’inflation, ont aussi joué un rôle. Le rendement à 10 ans a atteint un plus bas pour l’année, en août, à 0,52 %. Depuis, les taux d’intérêt à long terme sont sur une tendance haussière. La décomposition de la variation cumulée des rendements nominaux des Treasuries montre que, à la fin du mois de janvier, les rendements nominaux étaient plus ou moins équivalents à la hausse des points morts d’inflation[1].

Marchés Financiers: 

Les marchés s'orientent-ils vers un changement de régime ?

par Didier Saint-Georges, Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac

L’année passée a constitué un épisode sans précédent à plus d’un titre, et la question que nous nous posons maintenant est de savoir si cela pourrait avoir déclenché un changement de tendance sur certains moteurs essentiels des marchés, qui donc nécessiterait d’ajuster notre stratégie d’investissement en conséquence. Autrement dit, sommes-nous en route vers un changement de « régime » de fonctionnement de ces marchés ?

Marchés Financiers: 

Convictions d’investissement 2021 : un renouveau ou une accélération des tendances actuelles ?

par Jean-Luc Hivert, Président de La Française Asset Management

L’année 2020 aura été particulièrement agitée, avec des marchés volatils mais des performances finalement résilientes. Du fait des politiques publiques de soutien, à la fois monétaires et budgétaires, la perspective d’un environnement de taux durablement bas semble confortée.

Les classes d’actifs obligataires seront donc de nouveau guidées par la recherche de rendement qui domine depuis plusieurs années. Les obligations subordonnées et les obligations à haut rendement font logiquement partie de nos choix d’allocation pour 2021. Ces deux classes d’actifs offrent en effet des rendements attractifs et resteront des solutions d’investissement à considérer pour de nombreux investisseurs.

Marchés Financiers: 

Quelles opportunités sur les marchés asiatiques ?

par Shamik Dhar, Chef économiste chez BNY Mellon Investment Management

Dans l’ensemble, le sentiment des investisseurs des marchés émergents s’est amélioré, compte tenu de l’affaiblissement du dollar, de la détente des marchés financiers dans les économies développées et de l’amélioration de l’activité commerciale mondiale et des prix des matières premières. Comme de nombreux marchés émergents n’ont plus beaucoup de marge de manœuvre pour réduire davantage les taux, les perspectives de reprise de chaque pays dépendront en grande partie de la marge de manœuvre dont ils disposeront pour augmenter leurs dépenses budgétaires. À cet égard, la Chine montre l’exemple, et des mesures de relance supplémentaires profiteront probablement aux actions chinoises jusqu’en 2021.

Marchés Financiers: 

Reflation ne veut pas dire inflation

par Esty Dwek, Directrice de la stratégie de marchés chez Natixis Investment Managers Solutions

Avec une politique monétaire ultra-accommodante, des milliards de dollars de programmes de QE et des milliards supplémentaires de mesures de relance budgétaire, il y a tant d'argent qui doit finalement conduire à l'inflation, non ? Certes, les risques sont à la hausse, d'autant plus que les Démocrates ont remporté les deux courses du Sénat en Géorgie pour donner au président Biden la majorité dont il a besoin pour obtenir ses paquets fiscaux du Congrès. Cela dit, nous ne prévoyons toujours pas de forte peur de l'inflation cette année, même si l'inflation est vouée à augmenter, et nous ne nous attendons certainement pas à ce que la Réserve fédérale (Fed) « cligne en premier » et réduise ses politiques de soutien bien plus tôt que prévu.

Marchés Financiers: 

Le trading en ligne soulève des questions concernant la valorisation des marchés

par Stéphane Monier, Directeur des Investissements chez Lombard Odier

L'activité de trading en ligne générée par les investisseurs particuliers a perturbé les vendeurs à découvert, créant de la volatilité dans les titres visés par ces derniers

Cette volatilité est probablement due à une épargne individuelle abondante plutôt qu'aux liquidités fournies par les banques centrales

Les valorisations des actions semblent justifiées dans cet environnement de rendement, d'inflation et de croissance faibles

La volatilité des marchés offre des opportunités pour investir dans la reprise économique. Nous restons bien diversifiés et maintenons nos couvertures de portefeuille.

Marchés Financiers: 

Marché actions : l’année 2021 sera-t-elle marquée par une rotation en faveur des titres « value » ?

par Richard Halle, Gérant du Fonds M&G (Lux) European Strategic Value chez M&G Investments

Depuis un certain temps déjà, nous avons mis en évidence l’écart de valorisation important entre les segments « value » et « croissance/qualité » du marché. Début 2020, nous avions émis l’idée que les moteurs de cette dispersion extrême pourraient s’estomper et que la décennie à venir pourrait être celle des actifs « bon marché ».

Ce dont nous étions à peu près sûrs, c’est que lorsqu’une rotation de style se produirait, elle serait sans doute particulièrement brutale et de grande ampleur. En novembre, la validation des vaccins a été saluée par l’optimisme du marché et de nombreux observateurs se sont demandés s’il pourrait s’agir du catalyseur tant attendu d’une rotation de style.

Marchés Financiers: 

L'avènement des obligations vertes

par Joshua Kendall, Responsable de la Recherche en investissement responsable et du stewardship chez Insight Investment (boutique de BNY Mellon Investment Management)

Le gouvernement britannique a annoncé qu'il émettrait son premier green gilt, également connu sous le nom d'obligation verte du gouvernement britannique, en 2021, sous réserve des conditions du marché. Nous prévoyons une émission avant la COP26 en novembre 2021.

Le chancelier Rishi Sunak a déclaré que l'émission est prévue comme la première d'une série d'émissions, car le gouvernement cherche à construire une "courbe verte" au cours des prochaines années, ce qui contribuera à financer des projets de lutte contre le changement climatique, à financer des investissements indispensables dans les infrastructures et à créer des emplois verts dans tout le pays.

Marchés Financiers: 

Les marchés ont-ils trop confiance dans un scénario idéal de sortie de crise ?

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Les marchés « se calent » sur un scénario de sortie de la crise sanitaire grâce à une vaccination massive des populations. Un rebond de l’activité économique est donc anticipé au tournant de la mi-année. Ce rebond serait d’autant plus puissant s’il devait être retardé de quelques mois, le cas échéant, dans un contexte de stimulation monétaire et budgétaire. Un scénario idéal donc ! Faut-il y adhérer ? Globalement oui, mais prudence à court terme.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS