Marchés Financiers

-A +A

L’arbitrage sur M&A : une grande décorrélation par rapport aux principales classes d’actifs

par Fabienne Cretin et Stéphane Dieudonné, Directrice Gestion et Gérant Performance Absolue-Arbitrage Actions chez OFI AM

Le contexte actuel est plutôt favorable à l’arbitrage sur fusions/acquisitions : les opérations annoncées sont nombreuses et offrent ainsi un large choix. L’activité M&A a bondi de 35 % en Europe en 2017, tandis que le marché américain poursuit sur la bonne tendance de 2016, avec un nombre d’opérations toujours aussi élevé. La conjoncture économique actuelle devrait d’ailleurs continuer à être porteuse, car la croissance relativement atone et les coûts de financement attractifs incitent les dirigeants d’entreprises à aller chercher des relais de développement à travers des acquisitions.

Marchés Financiers: 

Revoyez vos ambitions à la baisse… ou modifiez votre approche

par Hervé Thiard, Directeur général de Pictet AM

Voilà le choix auquel seront confrontés les investisseurs au cours des cinq prochaines années. Les investisseurs qui resteront fidèles à leur portefeuille d’actions et d’obligations traditionnelles des marchés développés devront affronter une nouvelle réalité: les rendements seront faibles, voire très faibles, par rapport à ceux des dernières années.

Les marchés obligataires et actions des pays développés ne pourront en effet plus compter sur la générosité des banques centrales. Ces marchés devront par ailleurs s’accommoder d’une croissance économique atone, d’un contexte politique changeant et de dettes publiques toujours très élevées. Et comme si cela ne suffisait pas, les valorisations de nombreuses actions et obligations des marchés développés atteignent déjà des niveaux historiquement élevés.

Marchés Financiers: 

De l’intérêt de choisir une couverture systématique à son exposition actions

par Eric Bertrand, Directeur des gestions Taux et Diversifiées chez OFI AM

L’exposition aux marchés actions demeure incontournable pour capter de l’alpha. Mais la multiplication des risques et des contraintes réglementaires justifie le recours à la gestion “actions couvertes”.

La hausse des indices boursiers constatée au cours des derniers mois rend le risque de consolidation à court et moyen terme assez élevé. Pour autant, les investisseurs ne peuvent se retirer des marchés actions sans prendre le risque de manquer une nouvelle phase haussière ou un bon point d’entrée après une correction. Ces phases de correction devraient devenir plus fréquentes et la volatilité repartir à la hausse. De même, l’éclatement de la bulle internet (2000/2002), la crise des subprimes (2007/2008) ou celle des dettes souveraines en zone Euro (2011) justifient pleinement le recours à des instruments de couverture du risque actions.

Marchés Financiers: 

Marchés actions européens : cette fois-ci pourrait être la bonne

par Frédéric Guignard, Gérant OPC Actions Euro chez Aviva Investors France

Les actions européennes, plombées par les inquiétudes d’ordre politique, semblent sous-évaluées depuis un an. Maintenant que les risques s’apaisent et que l’économie de la zone euro se renforce, la tendance pourrait bien s’inverser.

L’issue du référendum au Royaume-Uni a fait office d’événement déclencheur, poussant de nombreux investisseurs à retirer leurs fonds des marchés européens, par peur du risque politique à l’approche d’une série d’élections cette année en Europe. Ce risque ne s’est pas totalement dissipé depuis, puisque des scrutins doivent encore avoir lieu en Allemagne plus tard cette année, et peut-être aussi en Italie, ce qui soulèverait davantage d’inquiétudes. Toutefois, le risque se veut moins préoccupant depuis la fin des élections en France.

Marchés Financiers: 

Le tango des marchés : deux pas en avant, un pas en arrière

par Eric Lefèvre-Pontalis, Responsable de la Gestion de la banque privée chez Degroof Petercam

La sortie favorable du cycle politique qui menait l’évolution des marchés depuis le début de l’année a redonné une forte visibilité aux investisseurs. En France tout d’abord, l’élection d’Emmanuel Macron a évacué le risque de l’arrivée des partis populistes au pouvoir. Ailleurs en Europe, le risque d’élections anticipées en Italie se réduit après la perte d’influence sur le terrain du mouvement cinq étoiles. Le parti de la chancelière allemande a remporté des élections locales qui semblent garantir sa réélection. Ainsi, un couple franco-allemand plus fort renforce les chances d’unités en Zone Euro.

Marchés Financiers: 

Or Jaune vs Or Noir

par Arnaud du Plessis, Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM

Les cours de l’or ont poursuivi leur évolution sans tendance marquée, testant alternativement la barre des $1300/oz ($1296 touché le 6 juin), et la MM 200 ($1233 à ce jour). La hausse des taux directeurs de la Fed était parfaitement anticipée par le marché, et le métal jaune subit depuis des vents contraires : soutenu d’une part par la faiblesse du dollar US, et affaibli d’autre part par la remontée des taux d’intérêt réels et le peu d’aversion au risque des investisseurs. Notons que les anticipations inflationnistes qui ont clairement reculé jusqu’au 20 juin, ont retrouvé quelques vigueurs depuis.

Marchés Financiers: 

La faiblesse de l’inflation américaine n’est pas une menace pour les marchés

par François-Xavier Chauchat, Economiste chez Dorval AM

La baisse de l’inflation sous-jacente aux Etats-Unis ces derniers mois interroge. Il nous faut admettre que le risque que notre scénario de normalisation progressive de l’inflation ne se réalise pas a nettement augmenté. Mais il n’y a pas péril en la demeure: soit l’inflation remonte cet été, soit la réserve fédérale stoppera son mouvement de hausse des taux. Aucune de ces options ne menace les marchés.

Une inflation plus faible que prévu et la communication Mario Draghi ont permis d’enterrer les angoisses liées à un éventuel « tapering » de la BCE. C’est très positif pour l’Europe du Sud, qui a déjà restauré sa compétitivité-prix, et qui sort enfin d’une situation de « trappe à dette ».

Marchés Financiers: 

Le risque européen est-il... américain ?

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Le premier semestre boursier s’achève sur une note positive, particulièrement en Europe où les actions commencent à surperformer à la faveur d’un risque politique qui a baissé et d’indicateurs macro et micro-économiques positifs. Cette dynamique survient au moment où des doutes apparaissent
sur la conjoncture internationale,
et particulièrement américaine : bilan très maigre de la politique
de reflation de Donald Trump, durcissement monétaire de la Fed, valorisations élevées à Wall Street... Comment analyser cette situation et quelle stratégie adopter ?

Marchés Financiers: 

Les obligations convertibles, une protection efficace dans le contexte de remontée des taux

par Jean Edouard Reymond, Directeur Général de l’UBP Asset Management France, Responsable de la Gestion Convertibles

L’option intégrée dans les convertibles agit comme un « matelas de sécurité » venant partiellement compenser l’impact négatif sur sa composante obligataire. Avec déjà deux hausses de taux d’intérêt en seulement trois mois aux Etats-Unis, et alors que d’autres sont encore attendues cette année, les investisseurs recherchent aujourd’hui des alternatives à leurs investissements obligataires. Cette tendance s'observe également en Europe, où les taux des marchés obligataires ont déjà commencé à remonter depuis la fin 2016, et pourraient poursuivre cette tendance dans un contexte où la BCE devrait adopter un ton moins accommodant dans les prochains mois.

Marchés Financiers: 

Peut-on encore investir sur les small-cap ?

par François Jubin, Président de WiseAM

Les Fonds investis en Small Cap Françaises ont réalisé, sur les cinq dernières années des performances exceptionnelles pour le bonheur des clients et aussi des gérants qui ont bénéficiés de flux importants. Délaissées un temps suite à la crise de 2008, le gisement des petites valeurs recèle des entreprises dont le dynamisme économique s’est avéré plus soutenu que celui des grandes entreprises internationales -plus matures dans leur cycle de vie.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS