Marchés Financiers

-A +A

Le retour géopolitique de l’Union Européenne est-il un signe favorable aux actifs européens ?

par Florent Delorme, Stratégiste chez M&G

La crise du covid-19 a provoqué une accélération du calendrier européen avec un pas supplémentaire vers le fédéralisme. Dans le même temps les USA perdent de leur superbe en raison d’une gestion chaotique de la pandémie, la Chine doit faire face à un front commun sur les questions de Hong Kong et Huawei et enfin le Royaume-Uni est en proie au doute après avoir été durement touché par l’épidémie. N’est-ce pas là le signe d’un renouveau de l’Union Européenne sur la scène internationale au moment où ses principaux concurrents semblent en recul ? Le marché des actions européennes ne va-t-il pas profiter de ces changements ?

Marchés Financiers: 

Les vertus d’une gestion active des positions pour profiter pleinement du recovery sur le marché européen du crédit

par Antonio Serpico, Gérant Senior dans l’équipe European Fixed Income de Neuberger Berman

Pendant le mois de mars 2020, nous avons vécu un des plus violents écartements de spreads de crédit de l’histoire des marchés financiers. L’ampleur de cet écartement est comparable à celui de 2008, à la différence que cette fois-ci l’écartement s’est concrétisé en trois semaines et non en douze mois. Durant le mois de mars, la liquidité sur le marché de crédit était complètement asséchée : les fonds et les ETFs vendaient pour faire face aux rachats et personne n’achetait. Ce manque de liquidité a rendu la correction des marchés extrêmement violente.

Marchés Financiers: 

L’ « Investissement Grade » se rapproche-t-il de la zone de danger ?

par Howard Cunningham, Gérant chez Newton Investment Management (BNY Mellon Investment Management)

Les spreads de crédit des obligations Investment Grade globales se sont largement remis de l’élargissement induit par la pandémie du Covid-19, bien que le secteur des loisirs n’ait pas encore vu les spreads se resserrer, ce qui n’est pas surprenant.

Marchés Financiers: 

De quoi l’Impact Investing a-t-il besoin pour poursuivre son développement ?

Par Eli Koen, Gérant de portefeuille Actions Marchés Emergents à l'Union Bancaire Privée (UBP)

Face aux inquiétudes croissantes que suscitent les grands enjeux planétaires, l’impact investing connaît une demande toujours forte et joue aujourd’hui un rôle essentiel pour de nombreux actionnaires. Les segments de niche sur les marchés privés auxquels l’impact investing se limitait jusqu’à présent ne suffisent plus à soutenir son expansion. L’ampleur des défis sociaux et environnementaux à relever exige des solutions à large échelle, que seul le marché public des actions est en mesure d’apporter, avec un engagement actif de la part des gérants de fonds pour aligner les pratiques des entreprises sur les valeurs défendues par les investisseurs.

Marchés Financiers: 

Voyage en terres inconnues

par Didier Saint-Georges, Managing Director, Membre du Comité d'Investissement Stratégique chez Carmignac

Les investisseurs ont l’habitude de gérer l’incertitude, qui consti- tue le matériau même des mar- chés, animés par l’anticipation toujours hypothétique de l’avenir. Toutefois, les six derniers mois ont porté cette incertitude dans des contrées radicalement nou- velles à plus d’un titre. Plutôt que s’en effrayer, il nous semble possible de l’analyser rationnelle- ment et ainsi d’en prendre la me- sure. C’est le fondement même de la gestion des risques.

Marchés Financiers: 

Permettre aux épargnants de redonner « de la réalité » à leurs investissements

par Mirela Agache Durand, Directrice Générale de Groupama Asset Management

Le choc du coronavirus a rendu encore plus urgente, la nécessité de réorienter une part de l’épargne vers l’investissement productif, c’est-à-dire un investissement engagé à long terme, en soutien du tissu économique, loin des pratiques court-termistes qui ont trop souvent caractérisé le capitalisme financier ces quarante dernières années.

L’utilité de ces capitaux est flagrante à l’heure d’un plan de relance économique en Europe : participer à la sauvegarde du tissu économique, de l’emploi créé par les entreprises et accompagner durablement celles-ci dans leur transformation.

Marchés Financiers: 

L’assouplissement quantitatif (« QE ») devient mondial

par Alexis Duvernay, Spécialiste dette émergente au sein de l’équipe Taux de M&G Investments

Contrairement aux pays développés, les marchés émergents n'ont historiquement pas été capables d'utiliser la politique monétaire pour stimuler leurs économies pendant les crises. Ils ont généralement dû remonter leurs taux pour limiter les sorties de capitaux et défendre leurs monnaies respectives, rendant ainsi la reprise économique plus difficile.

Marchés Financiers: 

Japon et Covid-19 : une histoire de puissance de feu politique

par Miyuki Kashima, Responsable de la division actions japonaises chez BNY Mellon Investment Management Japan

De tous les pays qui ont été confrontés à Covid-19, le Japon semble être sorti du lot. Avec un taux de mortalité relativement faible, un confinement volontaire réussi et les premiers signes d'un retour aux dépenses de consommation dans les rues, le Japon semble être en bonne voie pour mettre le pire de la crise derrière lui.

Marchés Financiers: 

Les actions se sont envolées au deuxième trimestre malgré l'incertitude liée à la crise du COVID-19

par Peter Garnry, Directeur de la gestion actions chez Saxo Bank

Le 2ème trimestre 2020 a marqué la « renaissance » des économies sur la base d’un nouveau modèle de capitalisme d'État financé par des politiques monétaires très favorables qui permettent un rapprochement entre les autorités budgétaires d’une part et monétaires d’autre part au nom de la gestion de la crise. Les mesures de relance généralisées visant à lutter contre la plus forte contraction économique depuis les années 1930, ont ravivé l’esprit animal des investisseurs et alimenté une vague spéculative à une échelle que l’on n’avait plus vue depuis l’an 2000, voire depuis les années 1920 ».

Marchés Financiers: 

Bilan et analyse d’un semestre historique

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Après un trou d’air violent, les marchés semblent se caler depuis quelques semaines sur un scénario de sortie de crise rapide, financée par les injections massives des Banques Centrales et des dettes supplémentaires qu’elles vont également porter. Peut-on aller plus loin sans certitudes sur la réalité de la reprise en cours ? Peut-on payer plus cher les actifs dans un monde à taux quasi nuls pour longtemps, au risque d’accentuer le sentiment que les marchés se déconnectent d’une réalité bien difficile pour les populations ? Quelle analyse porter sur cette situation et quelle stratégie d’investissement adopter ?

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS