Marchés Financiers

-A +A

Les implications du Covid-19 pour les actifs réels

par Chris Urwin, Directeur de la recherche, Actifs Réels, chez Aviva Investors

Fondamentalement, les économies fonctionnent sur la base de la relation entre l’offre, la demande et le financement. L’épidémie de coronavirus (Covid-19) a donné lieu à des chocs simultanés sur les trois composantes en entraînant des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, une forte baisse de la consommation et d’importants obstacles pratiques à la conduite des affaires dans tous les secteurs manufacturiers et des services.

Une récession est probable et la production européenne devrait fortement se contracter

Marchés Financiers: 

Garder une véritable discipline d’investissement est crucial

par Rebecca Chesworth, Stratégiste ETF actions chez SPDR

Ce qui retient l'attention ici, c'est la rapidité avec laquelle ce krach s'est produit, et ce, quelques semaines seulement après des sommets historiques. La crise provoquée par le virus COVID-19 a fait basculer la plupart des indices boursiers mondiaux, mettant notamment fin au plus long rallye haussier des actions américaines historiquement enregistré.

Les actions sont devenues encore plus volatiles ces derniers jours. Le S&P 500 a par exemple perdu de 9% le jeudi 12 mars, puis regagné 9% le vendredi 13 avant de reperdre 12% le lundi 16 mars. C’est la première fois depuis 1929 que le S&P enregistre trois mouvements consécutifs de 9% (ou plus) à la hausse ou la baisse sur plusieurs jours consécutifs. Trois jours, c'est le record.

Marchés Financiers: 

La crise actuelle sera peut-être salutaire à terme

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des Gestions chez OFI AM

Nous l’avions souligné lors de notre dernier « Flash marchés » de vendredi dernier, la crise boursière actuelle contient des ingrédients communs à ceux des 3 grandes dernières crises significatives de 2000, 2008 et 2011... Mais elle est aussi très différente, par son origine évidemment, mais pas que..

Il y a des éléments communs aux 3 précédentes crises...

Marchés Financiers: 

Les marchés financiers au bord de la rupture

par Jean-Luc Hivert, Directeur général et Global Head of Investments chez La Française AM

Face au développement de l’épidémie, l’Europe se confine

Les économies seront au ralenti

Les marchés financiers au bord de la rupture

Les banques centrales et les Etats seront au chevet de l’économie mondiale mais il est trop tôt pour savoir si ces réponses seront suffisantes

Dans cet environnement complexe, la gestion de la liquidité est une priorité.

Marchés Financiers: 

Panique généralisée ?

par Alexandre Hezez, Directeur de la gestion financière chez Richelieu Gestion

À bien des égards, nous n’avons jamais fait face à une telle situation - le moteur économique du pays s'arrête temporairement.

On peut se poser beaucoup de questions quant à la sagesse de la décision de la Fed de réduire le taux des Fed Funds à zéro et de lancer un nouveau programme d'assouplissement quantitatif de 700 milliards de dollars, 500 milliards de dollars d'achats de bons du Trésor et 200 milliards de dollars d’obligation hypothécaires. Les quantitative easing restent la seule arme de répression à avoir un effet concret sur les marchés financiers.

Marchés Financiers: 

Oil my god !

par Scander Bentchikou, Analyste-gestionnaire chez Lazard Frères Gestion

Quel sera l’impact de la baisse du prix du baril sur le secteur bancaire européen ? Le prix du baril subit actuellement un choc d’offre de grande ampleur qui, s’il s’avérait durable, devrait avoir des implications positives à moyen terme pour l’économie mondiale. Ce choc d’offre se conjugue avec une baisse de la demande. D’après l’Agence Internationale de l’Énergie, la demande de pétrole pourrait baisser pour la première fois depuis 10 ans. Bien que ce déséquilibre offre/demande puisse fragiliser les finances publiques des pays exportateurs de pétrole (Iran, Émirats Arabes Unis, Qatar, Bahreïn, Irak, Nigéria, Angola, Vénézuela, Équateur, Russie). La baisse du baril est une bonne nouvelle pour le monde en général et l’Europe en particulier.

Marchés Financiers: 

Locked-down : le monde à l’arrêt

par Vincent Boy, Analyste marché chez IG France

En un weekend les niveaux d’alertes ont augmenté au niveau mondial et la plupart des pays européens ont demandé à leur population de rester chez eux. Les restaurants, les bars et les autres commerces non essentiels ont fermé leurs portes en Europe et peu à peu au Etats-Unis avec New York et Los Angeles entre autres.

Le discours de Donald Trump lors duquel il tentait de rassurer les marchés financiers vendredi en se permettant même quelques serrages de mains devant les journalistes, a permis aux marchés américains d’enregistrer une des plus importantes progressions depuis la création de l’indice mais cela ne devrait pas durer.

Marchés Financiers: 

Sur la crise boursière et financière déclenchée par le coronavirus

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

La crise boursière et financière actuelle déclenchée par le Coronavirus est désormais d’une ampleur et d’une rapidité qui rappellent les plus grands krachs de l’histoire. La baisse des principaux indices actions atteint désormais plus de 30 % en moins de trois semaines, les spreads de crédit se sont écartés de près de 100 bp sur l’Investment Grade européen, de 400 bp sur le « crossover » HY, les devises émergentes ont perdu dans l’ensemble plus de 10 % contre le dollar...

Ces mouvements interpellent et deviennent d’une nature anxiogène qui va au-delà de la simple correction boursière d’environ 10 à 15 % que nous attendions en début d’année.

Marchés Financiers: 

Pas de panique : la surréaction des marchés peut créer des opportunités pour les investisseurs de long terme

par Pascal Blanqué, CIO et Vincent Mortier, CIO adjoint chez Amundi

Au moment où nous écrivons ces lignes, les actifs à risque enregistrent des pertes conséquentes ; les indices actions en Europe ont ouvert en baisse d’environ -6% à -8% et la volatilité s’est envolée (indice VIX supérieur à 58, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis la crise financière en 2008). La demande pour les valeurs refuge s’est emballée pour atteindre des niveaux historiques : le rendement sur les bons du Trésor américain à 10 ans est tombé à un nouveau plus bas, à moins de 0,4%, et l’or a touché son plus haut niveau en 7 ans, à plus de 1700 USD.

Marchés Financiers: 

Après le Krach les marchés surveillent les soutiens monétaires et budgétaires

par Vincent Boy, Analyste marché chez IG France

La prise de conscience des investisseurs du risque lié au coronavirus a emmené les marchés là ou on ne l’imaginait pas il y a encore 3 semaines, lorsque les principaux indices américains atteignaient encore de nouveaux plus hauts historiques chaque semaine, voire chaque jour.

Alors que l’Italie a décidé ce matin d’élargir les restrictions de déplacement uniquement au travail et aux urgences à tout le pays ce matin, les marchés devraient quand même rebondir, à court terme du moins. En effet les principaux indices Futures européens progressent actuellement entre 3 et 6% ce matin sur fond d’espoir quant à la mise en place de mesures budgétaires, fiscales et monétaires de la plupart des économies mondiales.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS