Marchés Financiers

-A +A

La parole des Banques Centrales est-elle « démonétisée » ?

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Cette crise de la Covid-19 a mis les Banques Centrales en lumière. Leur action rapide et pragmatique a été saluée. Mais aujourd’hui, après une année de création monétaire massive, plusieurs questions se posent. Sont-elles toujours indépendantes, au service de la croissance et de la stabilité des prix ou dévoyées aux États en vue de faciliter le remboursement de leurs dettes ? Les taux à 10 ans américains ont triplé depuis l’été dernier et le rythme de remontée s’est accéléré. S’agit-il d’une simple « jacquerie » d’investisseurs obligataires déçus ponctuellement ou le signe d’une perte de confiance plus profonde ?

Marchés Financiers: 

Acheteurs de bitcoins : la prudence est de mise

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

Jeudi 11 mars, un fichier jpeg réalisé par Beeple, un artiste numérique, s’est vendu chez Christie’s USD 69,3 millions[1]. Avant la mise aux enchères, la maison de vente avait annoncé qu’elle acceptait le paiement en Ethereum, une cryptomonnaie dont le cours (exprimé en dollars), à l’instar du bitcoin, s’est récemment spectaculairement apprécié.

Marchés Financiers: 

Comment analyser les débats actuels sur le retour (ou pas...) de l’inflation ?

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des Gestions chez OFI Asset Management

L’inflation est de sinistre mémoire dans l’inconscient collectif des épargnants et plusieurs épisodes douloureux marquent notre histoire récente de citoyen et surtout, d’investisseur. Sans revenir sur les années 1920 en Allemagne, le dernier épisode en date concerne la période de la fin des années 1960/début des années 1970, marquée par le double choc de l’augmentation de la dette fédérale américaine pour financer la guerre au Vietnam, suivie par l’envolée des prix du baril de pétrole durant les années 1970.

Marchés Financiers: 

La confiance dans la reprise déplace le débat vers la question des excès

par François-Xavier Chauchat, Membre du Comité d’Investissement, responsable du cadrage macroéconomique et de l’allocation d’actifs chez Dorval AM

Rassurés par la résilience de l’économie et par les vaccins, les investisseurs se posent désormais la question des excès. Les bourses mondiales ont-elles monté trop vite ? Les plans de relance américains successifs vont- ils faire flamber l’inflation et les taux d’intérêt ? Des bulles menacent-elles d’éclater ? Certaines de ces inquiétudes nous semblent légitimes, d’autres moins.

Marchés Financiers: 

Exercice de communication pour la BCE

par Franck Dixmier, Global CIO Fixed Income chez Allianz Global Investors

Prochaine réunion de la Banque centrale européenne du 11 mars est très attendue compte tenu du contexte sur le marché des taux.

Nous n‘attendons pas de mesures concrètes, mais les investisseurs seront extrêmement attentifs à la communication de la BCE.

Un manque de fermeté ou de clarté dans le message pourrait créer un événement de marché.

Marchés Financiers: 

Inflation et plan de relance : âpres débats entre keynésiens

par Alexandre Hezez, Stratégiste chez Groupe Richelieu

Ce sont les grands économistes du clan démocrate qui ont créé la polémique sur les effets du plan de relance de Joe Biden. Certains craignent des pressions inflationnistes « comme on n'en a pas vu en une génération ». En février 2021, l'université de Princeton a organisé un débat au sommet entre le prix Nobel d'économie Paul Krugman et Larry Summers, l'ancien secrétaire au Trésor et conseiller économique d'Obama. Le titre est éloquent: « WILL THE BIDEN STIMULUS LEAD TO INFLATION? ». Leur point de désaccord ? Le calibrage du plan de relance, 1.900 milliards de dollars représentant plus de 9 % du PIB américain.

Marchés Financiers: 

Marchés obligataires : inflation et espoirs animent le début d'année

par Eléonore Bunel, Responsable de la gestion taux chez Lazard Frères Gestion

Après une baisse généralisée des taux en 2020 sous l’action des banques centrales, l’année 2021 démarre dans un contexte nouveau. Le retour de l’inflation pousse les taux longs à la hausse, tandis que l’anticipation d’un retour à la normale permet un recul des primes de risque.

Depuis le début de l’année 2021, deux mouvements opposés s’observent sur les marchés obligataires. D’une part, les taux longs commencent d’ores et déjà à remonter sur le segment des dettes souveraines, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. D’autre part, une baisse des écarts de taux (spreads) s’observe entre les titres les plus sûrs (investment grade) et les titres plus risqués (high yield).

Dettes souveraines : l’inflation entre dans l’équation

Chaque phénomène a son explication. Intéressons-nous tout d’abord à la hausse des taux longs sur le segment souverain.

Marchés Financiers: 

États-Unis : la remontée des rendements obligataires doit-elle inquiéter les investisseurs en actions ?

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

L’année dernière, les rendements des Treasuries ont fortement baissé, la pandémie de Covid-19 ayant provoqué une fuite vers les valeurs refuge. D’autres facteurs, comme la politique de la Réserve fédérale et les perspectives d’inflation, ont aussi joué un rôle. Le rendement à 10 ans a atteint un plus bas pour l’année, en août, à 0,52 %. Depuis, les taux d’intérêt à long terme sont sur une tendance haussière. La décomposition de la variation cumulée des rendements nominaux des Treasuries montre que, à la fin du mois de janvier, les rendements nominaux étaient plus ou moins équivalents à la hausse des points morts d’inflation[1].

Marchés Financiers: 

Les marchés s'orientent-ils vers un changement de régime ?

par Didier Saint-Georges, Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac

L’année passée a constitué un épisode sans précédent à plus d’un titre, et la question que nous nous posons maintenant est de savoir si cela pourrait avoir déclenché un changement de tendance sur certains moteurs essentiels des marchés, qui donc nécessiterait d’ajuster notre stratégie d’investissement en conséquence. Autrement dit, sommes-nous en route vers un changement de « régime » de fonctionnement de ces marchés ?

Marchés Financiers: 

Convictions d’investissement 2021 : un renouveau ou une accélération des tendances actuelles ?

par Jean-Luc Hivert, Président de La Française Asset Management

L’année 2020 aura été particulièrement agitée, avec des marchés volatils mais des performances finalement résilientes. Du fait des politiques publiques de soutien, à la fois monétaires et budgétaires, la perspective d’un environnement de taux durablement bas semble confortée.

Les classes d’actifs obligataires seront donc de nouveau guidées par la recherche de rendement qui domine depuis plusieurs années. Les obligations subordonnées et les obligations à haut rendement font logiquement partie de nos choix d’allocation pour 2021. Ces deux classes d’actifs offrent en effet des rendements attractifs et resteront des solutions d’investissement à considérer pour de nombreux investisseurs.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS