Marchés Financiers

-A +A

Les petites capitalisations japonaises : le retour des matins qui chantent ?

par Stefanie Mollin-Elliott, Analyste fondamentale, Equipe actions, chez Unigestion

Les trois flèches des Abenomics, la politique économique du Premier ministre japonais M. Abe amorcée il y a cinq ans, avaient pour but d’améliorer les fondamentaux de l’économie japonaise grâce à un processus en trois étapes. En premier lieu, l’affaiblissement du Yen avait pour objectif de stimuler les résultats financiers des entreprises exportatrices. La deuxième étape consistait à transmettre les bénéfices récoltés par les entreprises exportatrices au reste de l’économie (c’est-à-dire les entreprises opérant sur le marché domestique). Enfin, la troisième étape avait pour but de renforcer la structure de l’économie du pays par une réforme du budget, du code du travail, des lois sur l’immigration et de la gouvernance d’entreprise.

Marchés Financiers: 

De l’opportunité de s’exposer ou non à l’inflation

par Guillaume Lasserre, Responsable des Investissements chez Lyxor Asset Management

Le risque d'inflation est l'une des principales préoccupations des régimes de retraite à prestations définies. Bien que les chiffres d'inflation de l'Union européenne soient modérés et que les investisseurs s'attendent actuellement à un léger rebond du rythme des hausses de prix, le risque de mauvaise surprise inflationniste subsiste.

Le déficit global des régimes de retraite à prestations définies européens s’est creusé

Malgré la correction subie par le marché en février 2018, les marchés boursiers et obligataires demeurent proches de leurs plus hauts historiques, neuf ans après les heures les plus noires de la crise financière mondiale. Mais les prix élevés des actifs n'ont pas permis aux régimes de retraite européens à prestations définies d’échapper à une crise de financement qui n’a cessé de s'aggraver.

Marchés Financiers: 

Qui a dit que les marchés émergents et les considérations ESG étaient incompatibles ?

par Karine Jesiolowski, Senior Investment Specialist chez Union Bancaire Privée (UBP)

Les obligations d’entreprises des marchés émergents offrent des fondamentaux en constante amélioration et des valorisations attractives dans l’environnement actuel de taux bas. Pourtant, les investisseurs sensibles aux considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) sont souvent sceptiques à l’idée d’intégrer cette classe d’actifs dans des portefeuilles d’investissement responsable. Il faut reconnaître que les normes et exigences ESG peuvent être plus souples dans certains pays émergents, et que les médias ont souvent insisté sur la faiblesse des pratiques de quelques entreprises au sein de cet univers (travail des enfants, pollution de l’eau ou affaires de corruption). C’est bien connu, les mauvaises nouvelles se répandent plus vite que les bonnes !

Marchés Financiers: 

Un bilan positif pour les entreprises européennes au 1er trimestre

par Sandrine Hallopeau, Directrice de la Recherche chez VEGA Investment Managers

La saison des résultats du 1er trimestre, traditionnellement dominée par la publication de chiffres d’affaires, a souligné une relative divergence entre les États-Unis et l’Europe. D’un côté, les résultats des entreprises américaines du S&P 500 se sont avérés excellents, avec 81 % de publications supérieures aux attentes : un des meilleurs trimestres de la décennie !

Les BPA affichent une forte croissance de 26 % par rapport au 1er trimestre 2017 et ressortent à près de 8 % au-dessus du consensus. Cette performance repose, pour l’essentiel, sur la réforme fiscale engagée par l’administration Trump. De l’autre, les entreprises européennes affichent certes des résultats supérieurs au consensus mais dans une proportion moindre et, surtout, dans un tableau plus contrasté.

Ainsi, sur la base des publications :

Marchés Financiers: 

Prudence tactique...

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Les grands indices actions ont gagné près de 10 % depuis leurs plus bas niveaux de mars, ce qui paraît logique : les résultats des entreprises sont bien orientés dans une économie mondiale en croissance. Mais parallèlement, le contexte est préoccupant à plusieurs égards : troubles politiques et géopolitiques, hausse consécutive du pétrole, tension des taux obligataires américains, fin programmée des politiques monétaires ultra accommodantes, baisse du « momentum » macro-économique... Dans ces conditions, nous pensons qu’il est opportun de réduire le risque des portefeuilles et d’alléger les positions en actions.

Le contexte global ne s’est en effet pas simplifié ces derniers temps…

Marchés Financiers: 

Faire face aux riques en Italie et sur les marchés émergents

par François-Xavier Chauchat, Economiste, membre du Comité d’investissement de Dorval AM

Les développements récents viennent questionner deux de nos thèmes d’investissement. D’abord, le scenario du pire semble se matérialiser en Italie, avec des enjeux considérables pour la zone euro. Ensuite, les marchés et devises émergentes ont beaucoup souffert depuis la mi-mars, ce qui conduit certains observateurs à devenir pessimistes sur toute cette classe d’actifs. Voici notre analyse.

Marchés Financiers: 

Les classes d’actifs sont-elles vraiment hermétiques ?

par Joubeen Hurren, Senior Portfolio Manager, AIMS Fixed Income chez Aviva Investors

Ou pourquoi les fonds obligataires de « performance absolue » mettent au défi l’approche traditionnelle de l’allocation d’actifs ?

Dans son ouvrage, Behave, l’auteur Robert Sapolsky invite ses lecteurs à sortir de ce qu'il appelle la « pensée catégorique ». Il prend en exemple le cas du spectre visuel, qui est divisé en couleurs arbitrairement définies selon des frontières variables d’une langue à l’autre.

Marchés Financiers: 

La croissance économique américaine sera durable ou ne sera pas

par Daniel C. Roarty, Chief Investment Officer Actions thématiques et durables chez AllianceBernstein

Depuis neuf ans, les actions américaines sont portées par la plus longue période d’expansion économique que les États-Unis aient connue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette période faste peut-elle se prolonger ? Contre toute attente, il se pourrait que cela dépende des mesures qui seront prises pour préserver l’environnement et créer une société plus durable.

Marchés Financiers: 

Volatilité des marchés et normalisation de la politique monétaire

par Bryan Petermann, Gérant de portefeuille chez Muzinich

Au cours des dernières semaines, la volatilité a fait son retour sur les marchés actions et obligataires internationaux. Après avoir atteint un niveau record le 26 janvier, l’indice S&P 500 (dividendes réinvestis) a chuté de 7,85 %, tandis que les bons du Trésor américains à 10 ans ont baissé de 2,25 % (jusqu’au 24 avril). Si les tarifs douaniers et la menace de guerres commerciales ont certainement contribué à l’aversion au risque des investisseurs, nous pensons que ce récent repli des actions et des obligations américaines illustre principalement la réaction des marchés financiers à la perspective d’une normalisation des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine (« Fed »).

Marchés Financiers: 

La Chine risque-t-elle de devenir un pays « exportateur » de volatilité des marchés actions ?

par John Lin, Gérant de portefeuille, actions chinoises chez AllianceBernstein (AB)

Les marchés chinois s’ouvrent au monde ; gare aux dommages collatéraux ! Des flux d’investissement venus de l’étranger convergent vers la Chine continentale, mais d’autres circulent en sens inverse, au risque de déclencher une flambée de volatilité sur les marchés régionaux.

Les investisseurs du monde entier se frottent les mains à l’idée de pouvoir acquérir plus aisément des actions domestiques chinoises sur le marché dit « des actions A ». Le 31 mai prochain, celles-ci compteront pour 0,35 % des indices MSCI représentatifs des marchés émergents. À la fin du mois d’août, cette proportion aura sans doute doublé.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS