Marchés Financiers

-A +A

L’heure est venue pour les petites valeurs européennes

par Thierry Cuypers, Gérant actions senior, Responsable actions small & mid cap Europe du pôle d’expertise actions européennes chez Natixis AM

Le risque politique et les perspectives d’une croissance élevée devraient alimenter la surperformance de cette classe d’actifs par rapport aux grandes entreprises au cours des mois à venir.

Le résultat des élections aux Pays-Bas montre qu’en dépit des craintes liées à la montée du populisme dans les pays occidentaux, l’avenir n’est pas écrit. 2017 apparaît déjà sous un jour différent par rapport à 2016, le parti libéral de centre droit de Mark Rutte l’ayant emporté le 16 mars face à Geert Wilders, le candidat de la formation d’extrême droite «Parti pour la liberté».

Marchés Financiers: 

Les actions européennes entre le marteau des échéances électorales et l’enclume de Wall Street

Par Yves Maillot, Directeur actions européennes chez Natixis AM

La victoire des partis pro-européens aux élections législatives du 15 mars aux Pays-Bas constitue un élément de stabilisation et même d’amélioration de la perception du risque ‘Europe’ dans l’esprit des investisseurs internationaux, en attendant les élections en France. A cet égard, le positionnement actuel d’Emmanuel Macron dans les sondages pousse même un certain nombre d’investisseurs internationaux à prendre les devants et à commencer à renforcer leurs positions sur l’Europe. Le pari est tentant mais risqué. Surtout si Wall Street s’en mêle...

Marchés Financiers: 

Pourquoi les investisseurs obligataires ne doivent pas s’inquiéter du resserrement de la Fed

par Christopher Molumphy, Chief Investment Officer chez Franklin Templeton Fixed Income Group

Compte tenu des signes indiquant une bonne santé économique, notre environnement laisse de plus en plus clairement entrevoir une hausse des taux à court terme qui devraient, selon nous, progresser prochainement d’une façon plus régulière que brutale, dans la mesure où la Fed recherche des taux d’intérêt plus neutres. Cela dit, dans l’univers de l’investissement obligataire, il est important de comprendre que les taux à court terme et à long terme n’évoluent généralement pas en parallèle, nombre de facteurs pouvant également influer sur les taux à long terme.

Comme toujours, cela signifie que les conséquences ne seront pas les mêmes d’un secteur obligataire à l’autre.

Marchés Financiers: 

La gestion du risque, plus essentielle que jamais en 2017

par Alexandre Marquis, Responsable Spécialistes Investissement Actions, et Maria Musiela, Spécialiste Investissement Actions chez Unigestion

Face au récent regain d’optimisme, certains investisseurs peuvent être tentés de relever leur budget de risque et d’accroître l’exposition de leur portefeuille au bêta du marché. Toutefois, nous sommes convaincus que les investisseurs de gérer rigoureusement le risque de leurs investissements en actions pour pouvoir surmonter les turbulences que pourraient traverser les marchés à l’avenir. L’année 2017 peut réserver son lot de mauvaises surprises. Le présent document met en exergue certains de ces risques potentiels, notamment le risque politique, les risques liés à l’inflation et aux valorisations excessives, ainsi qu’à l’état de l’économie chinoise.

Marchés Financiers: 

« Reflation trade » et « Trump trade » : comment investir en période d’incertitude

par Christophe Donay, Responsable de l’allocation d’actifs et de la recherche macroéconomique, Chef stratège chez Pictet

Depuis le début de l'année, les actions américaines et européennes se sont particulièrement bien comportées, avec une performance respective de +4,85% (en EUR, dividendes réinvestis) pour l'indice Stoxx 600 et +5,20% (en EUR, div. réinvestis) pour l'indice S&P500 (respectivement +7,40% pour le Stoxx 600 et +5,20% pour le S&P 500 en USD, div. réinvestis) le tout calculé à la clôture du 24 mars 2017. Ces hausses s'expliquent à la fois par une amélioration des fondamentaux économiques et les espoirs de relance aux Etats-Unis. Mais les marchés se situent désormais à une croisée des chemins, une accélération de la performance et une correction étant simultanément envisageables.

Marchés Financiers: 

Chères actions américaines...

par Raphaël Gallardo, Stratégiste multi-assets Investissement et Solutions Clients chez Natixis AM

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le marché actions américain n’est qu’à 1% de son sommet historique, la volatilité implicite (VIX) languit proche de son étiage historique, alors que le FOMC se réunit. Le comité de politique monétaire devrait entériner une hausse de taux clairement annoncée au marché avant la période de silence de deux semaines. Le volte-face de la Fed a pu surprendre : alors que le comité de février laissait planer le doute, une majorité de participants ont martelé sur plusieurs jours le message qu’une hausse de mars était devenue inévitable, malgré l’absence de publications économiques susceptibles d’infléchir le scénario central de la Fed dans un sens comme dans l’autre.

Marchés Financiers: 

Les marchés attendent des surprises… Et des bonnes !

par Sandrine Hallopeau, directeur de la Recherche chez VEGA IM

Pour la cinquième fois d’affilée, la publication des résultats du 4e trimestre en Europe fait à nouveau ressortir une majorité de bonnes surprises par rapport aux attentes. Néanmoins, l’ampleur de celles-ci est plus faible que précédemment. Le différentiel entre surprises positives et négatives atteint 6 % contre plus de 10 % pour les 2e et 3e trimestres de 2016. Ceci se traduit par des bénéfices par actions (BPA) revus à la hausse pour 2016 (- 0,5 % contre - 2,2 % précédemment).

Marchés Financiers: 

France ou Etats-Unis : où est le vrai danger pour les marchés d’actions ?

par Eric Mijot, Stratégie et Recherche économique chez Amundi

Les marchés d’actions sont en hausse depuis le début de l’année. 2017 commence donc bien, conformément à la feuille de route que nous avions décrite dans notre publication de novembre 20161. L’approche des élections françaises et la cherté du marché américain nous invitent cependant à faire un premier point d’étape.

Les élections françaises commencent à animer les marchés. Que faut-il en penser ?

À l’heure où nous écrivons, c’est surtout le spread OAT-Bund qui a réagi à la montée de l’incertitude liée aux élections françaises à venir. Les actions françaises n’ont pour l’instant que marginalement sous-performé leurs homologues européennes.

Le risque extrême correspondrait à un scénario menant à l’abandon de l’euro, scénario qui nous paraît devoir rencontrer des obstacles majeurs pour pouvoir se mettre en place:

Marchés Financiers: 

L’uchronie et Marine Le Pen... et les marchés dans tout cela ?

par Xavier Lépine, Président du Directoire de La Française

Si Pétain avait eu une crise cardiaque en 1940, nous serions aujourd’hui communistes : l’armistice n’aurait pas été signée en juin 1940 laissant le temps à l’URSS de s’organiser pour vaincre Hitler sans le soutien des américains... Et l’Europe occidentale ferait partie de l’URSS qui ne se serait pas effondrée.

Marchés Financiers: 

Actions indiennes: faiblesse de court terme, croissance à long-terme

par Kiran Nandra, Gérant actions émergentes chez Pictet AM

Les valorisations sont historiquement basses.

La croissance indienne va être propulsée dans les années à venir par les réformes menées par le gouvernement.

Les premiers signes de rebond du cycle apparaissent. Le choc dû à la suppression des grosses coupures devrait se résorber dans les deux trimestres à venir.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS