Marchés Financiers

-A +A

Les cygnes noirs… ça vole toujours en escadrille

par Jean-Jacques Friedman, Directeur des Investissements & Stephen Ausseur, Directeur Adjoint des Investissement chez Natixis Wealth Management

Une adaptation de la célèbre formule de l’ancien président de la République Jacques Chirac, en langage plus châtié et centré sur les marchés financiers, pourrait illustrer les évènements de ce week-end, où une escalade géopolitique sur le pétrole est venue se greffer à la crise sanitaire du coronavirus.

Marchés Financiers: 

La mondialisation du coronavirus enraye la mécanique positive des marchés

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

La mécanique « baisse des taux/hausse du prix des actifs » est momentanément (?) stoppée. Après un début d’année étonnamment positif, les marchés ont fini par subir les craintes de ralentissement économique sérieux que fait planer l’épidémie du coronavirus. Dans un monde plus complexe politiquement, plus « rude », mais aussi où - pour la première fois - la nécessité de la coûteuse transition énergétique semble plus partagée, le soutien viendra-t-il encore des Banques Centrales ? Probablement...

Marchés Financiers: 

Le Japon ne fait pas rêver les investisseurs ? Tant mieux

par Louis d’Arvieu, Gérant chez Amiral Gestion

Le Japon n’inspire guère les investisseurs. Les premiers arguments souvent évoqués sont d’ordre macro-économique, avec notamment le problème démographique. Mais aussi celui de performances boursières à long terme plus faibles que celles des autres grandes zones - même si ces dernières années la tendance s’est améliorée - ou celui d’une gestion conservatrice des bilans. Faut-il y voir des inconvénients insurmontables ? Ce n’est pas notre avis.

Marchés Financiers: 

Gestion thématique : que je thème ?

par Julie Lespinas, Responsable relations clientèle professionnelle chez Richelieu Gestion

Bien que l’engouement croissant des investisseurs ne date que de quelques années, la gestion thématique existe déjà depuis plus d’un demi-siècle. En effet, en incluant les spécialisations sectorielles, nous retrouvons dès les années 80 des fonds à thématique liée à la santé ou à l’immobilier ou même à l’agro-alimentaire très facilement.

En 2002, un certain Dan Ahrens décide de lancer un fonds d’investissement nommé « ViceFund ». Ce fonds à thématique très spécifique a pour cahier des charges d’investir uniquement dans les sociétés dont l’activité est liée au tabac, aux jeux, à l’alcool, à l’armement et, de manière plus générale, à toute activité susceptible d’être considérée comme moralement incorrecte. Nous sommes donc dans une approche purement thématique mais tellement éloignée de notre sacro-saint ISR.

Marchés Financiers: 

Les impacts économiques du coronavirus

par Esty Dwek, Head of Global Market Strategy chez Natixis Investment Managers Solutions

L'augmentation des cas de coronavirus en dehors de la Chine, et en particulier en Europe, a entraîné une forte baisse des marchés globaux.

Les valeurs refuges ont fait un bond, les rendements des bons du Trésor américain ayant atteint des records (le rendement 10 ans est maintenant de 1,35%) et l'or a grimpé.

La crainte que la reprise rapide attendue à la suite du confinement du virus en Chine soit désormais plus difficile à envisager augmente, si des mesures strictes sont prises dans différents pays à différents moments, ce qui retarderait la reprise.

Les voyages et les loisirs restent les secteurs les plus exposés et les plus à risque, mais les perturbations actuelles de la chaîne d'approvisionnement ont également des répercussions sur la technologie et l'automobile.

Marchés Financiers: 

Le risque de Pandémie augmente fortement avec l’Italie, l’Iran et la Corée du sud

par Vincent Boy, Analyste marché chez IG France

Les organisations internationales s’inquiètent de la hausse du nombre de cas à l’extérieur de la Chine et notamment en Corée du Sud, qui a augmenté l’état d’alerte au niveau maximum, avec plus de 760 cas et six décès, en Italie où le nombre de cas a dépassé les 150 et trois décès ont été reporté ou encore en Iran ou « seulement » 43 cas ont été recensés mais compte déjà huit décès.

Le Japon est également sous surveillance avec le bateau de croisière dans lequel 630 des 3711 passagers ont été testé positifs au COVID19 et que le pouvoir a reconnu un manquement dans la gestion de la crise quand 23 passagers ont pu débarquer sans passer tous les examens de contrôle et que certains ont été testé positifs une fois rentrés dans leurs pays d’origine.

Marchés Financiers: 

Les écolabels européens : des critères troubles pour les investisseurs « verts »

par Rhys Petherham, Fund manager, Fixed Income chez Jupiter AM

Alors que l'Union Européenne a assoupli les critères d'attribution de l’écolabel pour les fonds actions, la place qu'elle accorde aux obligations vertes en tant que principal véhicule pour les produits obligataires semble restrictive. Cette situation risque de créer des distorsions malsaines dans l'allocation des capitaux, qui pourraient à terme compromettre les objectifs de l'initiative.

Marchés Financiers: 

Credit crossover, la stratégie idéale pour générer de la performance dans une ère de rendements faibles

par Mikael Lundström, Head of Fixed Income chez Evli

Avec de faibles rendements et des spreads resserrés, il sera difficile de générer une rémunération solide sur le crédit en 2020. Où investir alors afin de dégager du rendement sans se positionner sur des marchés à haut risque ou sur des durations très longues ? Un mix équilibré de crédits crossover à court terme et de crédits nordiques peut offrir une solution intéressante et générer justement des rendements.

Il y a un peu plus d'un an, les spreads s'étaient élargis et nous avions alors identifié une opportunité intéressante sur le High Yield. Mais les spreads se sont par la suite considérablement resserrés et si notre positionnement sur le segment High Yield s'est révélé positif pour 2019 et qu’il peut encore se montrer performant en 2020, nous ne pensons pas que les spreads soient particulièrement bon marché actuellement.

Marchés Financiers: 

Le rôle de couverture de l'obligataire face au risque actions est un facteur supplémentaire de la baisse des taux longs !

par Christophe Morel, Chef économiste chez Groupama AM

Les arguments fondamentaux les plus souvent évoqués pour justifier la baisse tendancielle des taux longs sont la fin du dividende démographique, le vieillissement du capital physique, l’endettement et la politique monétaire d’achats obligataires. Un autre facteur est désormais de plus en plus envisagé dans la littérature académique : le rôle de couverture dans les portefeuilles de l’actif obligataire face au risque « actions ».

Rappelons qu’un taux d’intérêt long comporte deux composantes : un taux court réel dit « d’équilibre » (ou « neutre ») ainsi qu’une prime de terme. La baisse des taux longs résulte de la contraction de ces deux composantes.

Marchés Financiers: 

Des questions dans un contexte constructif

par Esty Dwek, Responsable de la stratégie de marché chez Natixis IM Solutions

L'année a commencé là où 2019 s'était arrêtée, avec une amélioration continue de la croissance et des marchés porteurs. Les actions ont ignoré les gros titres lorsque les États-Unis ont tué un général iranien avec un drone et elles ont jusqu'à présent montré une certaine résistance à l’épidémie du coronavirus. Toutefois, la volatilité a augmenté et elle restera élevée pendant un certain temps. En effet, pour l'instant, il est impossible de connaître l'ampleur du virus ou son impact économique, au-delà d'une forte incidence sur les données du premier trimestre, en particulier en Chine. Pour l'instant, nous pensons que le contexte mondial reste favorable (une fois l'épidémie contenue) et nous maintenons nos perspectives constructives à long terme, même si nous avons réduit le risque.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS