Marchés Financiers

-A +A

La situation en Europe : Economie vs. Politique

par Philippe Brugère-Trélat, Vice-Président exécutif, Gérant de portefeuille Franklin Mutual Series

Après une année 2016 assez turbulente, je pense que les actions européennes connaîtront un parcours moins agité en 2017. Sur le plan économique, les perspectives de l’Europe s’améliorent et, selon les dernières statistiques, la confiance dans l’économie est à son plus haut depuis 2011.

En 2017, je pense que les actions européennes vont bénéficier de deux facteurs spécifiques. Premièrement, l’accélération récente de la croissance de l’économie mondiale va probablement accroître la demande en exportations européennes. Les exportations représentent environ 27% du produit intérieur brut de la zone euro, et même davantage en Allemagne.

Marchés Financiers: 

Taux longs : changement de régime, changement de niveau... ?

par Philippe Ithurbide, Directeur Recherche, Stratégie et Analyse chez Amundi

Nous avons à de nombreuses reprises évoqué les raisons qui ont justifié le fait que l’élection de Donald Trump se soit traduite par une remontée des taux longs: la priorité à la croissance américaine, les perspectives de renversement de la politique budgétaire et fiscale interviennent au moment même où l’inflation va repasser au-dessus de l’objectif de la Fed, redonnant à celle-ci des marges de manœuvre incontestables lui permettant, enfin, de procéder à des hausses de taux d’intérêt.

Marchés Financiers: 

Le marché obligataire européen : qu’y a-t-il au-delà de la politique ?

par David Zahn, CFA, FRM, Responsable Taux Europe, Vice-président senior et gérant de portefeuille chez Franklin Templeton Fixed Income Group

Lors d’une table ronde à laquelle j’ai récemment assisté, les participants estimaient à la quasi-unanimité que l’incertitude politique persistante sera en 2017 le thème dominant pour les marchés.

Nous tendons à nous accorder sur les points suivants : 2016 a été une année politiquement très riche, et nous pensons que l’année 2017 sera encore plus trépidante, en particulier du point de vue des marchés européens. Mais alors que la politique pourra dominer l’ordre du jour lié aux investissements en Europe et au-delà, nous estimons qu’elle ne sera pas le seul thème important pour les investisseurs.

Marchés Financiers: 

Obligations convertibles : une solution optimale

par Brice Perin, Gérant chez Generali Investments

Tant aux États-Unis qu’en Europe, les investisseurs tiennent de plus en plus compte de l’impact potentiel de la hausse des taux d’intérêt. Pour ceux détenant une plus grande proportion d’obligations au sein de leurs portefeuilles, ce risque se doit d’être examiné plus précocement afin de protéger la valeur de marché de leurs investissements.

Une des solutions possibles consiste à investir dans des classes d’actifs qui sont faiblement ou négativement corrélées avec les taux d'intérêt.

Marchés Financiers: 

La fin de 35 ans de baisse des taux ?

par Marc Riez, Directeur général chez Vega IM

Le grand sujet des marchés financiers depuis la fin de l’été est le retour de l’inflation. Il provoque une importante remontée des taux d’intérêt et une rapide rotation sectorielle au détriment des valeurs défensives et au bénéfice des banques, des matières premières et du pétrole. Dès la fin du mois d’août, les enquêtes macroéconomiques, témoignant de la reprise de la croissance américaine après 4 trimestres anémiques, ont enclenché le mouvement. La Reserve fédérale, jusque-là peu pressée de remonter ses taux directeurs, a infléchi son discours, sous la pression d’un frémissement des salaires horaires. Puis, fin septembre, c’est la Banque du Japon qui lui emboîtait le pas en réduisant la taille de ses injections pour agir plus sur la pente de sa courbe des taux dans la durée.

Marchés Financiers: 

« Le rebond du chat mort » ?

par Cyrille Geneslay, Gérant allocataire CPR AM

La physique quantique nous apprend que deux événements contraires voire contradictoires peuvent parfaitement se superposer. Ainsi, si vous enfermez votre chat, ou plutôt celui de votre voisin, dans une boîte close contenant un dispositif qui cassera une fiole de poison s’il détecte la désintégration d’un atome d’un corps radioactif, événement comme tout le monde le sait complètement aléatoire et indétectable de l’extérieur de la boîte, nous arriverions au curieux paradoxe d’avoir un chat qui, s’il était un élément quantique, serait à la fois mort et vivant et non mort-vivant, la science étant quantique et non fiction!

Cette superposition de réalités prend fin lorsque nous ouvrons la boîte. Les deux états contradictoires du félin se réconcilient alors immédiatement en une fin plus ou moins heureuse en fonction de votre degré d’ailourophobie.

Marchés Financiers: 

La grande rotation repart de plus belle

par Benoît Peloille, Multigérant chez Vega Investments Managers

Avant même sa prise de fonction, Donald Trump a modifié la perception du risque entre les classes d’actifs. D’après les données de BofA, depuis son élection, les marchés actions ont collecté plus de 60Md$ alors que les marchés obligataires ont fait face à une décollecte de l’ordre de 36Md$ sur la même période. Ce qui est frappant, est que sur la semaine du 8 au 15 décembre, les flux entrants sur les actions ne se limitent pas à un effet de bascule de l’obligataire vers les actions, mais semblent être le révélateur d’un mouvement plus large d’appétit pour le risque.

Marchés Financiers: 

Les trumponomics et leur impact sur la politique économique

par Olivier Marciot et Guilhem Savry, Gérants d’investissement chez Unigestion

Selon nous, l’élection de Donald Trump en tant que prochain Président des États-Unis change radicalement la donne. Son programme économique prévoit d’importantes mesures de relance budgétaires misant en partie sur des baisses d’impôts et en partie sur les dépenses publiques. Quelle que soit l’ampleur de ces mesures, nous pensons qu’il s’agit d’un changement majeur pour la politique économique des États-Unis et du monde développé.

Marchés Financiers: 

16% des gestions actives sur les actions européennes battent le Benchmark contre 76% en 2015

par Eric Lauri, Gérant chez Exane Asset Management

Sur la période 2013-2015, près de la moitié des fonds Actions Europe performent mieux que le benchmark, et sur 2015, la proportion est même quasiment de 76% (!), ce qui va à l’encontre de la plupart des idées reçues sur le sujet.
En effet, la littérature est abondante pour expliquer que, sur une moyenne période, il est difficile pour un gérant traditionnel de battre son benchmark. Lorsque l’on étudie l’ensemble des fonds benchmarkés sur le MSCI Europe, on observe que seulement 25% des fonds ont fait mieux que lui sur les 15 dernières années.

Une analyse un peu plus fine nous amène à constater que cette situation est en réalité très variable d’une année à l’autre :

Marchés Financiers: 

Inflation, une opportunité pour 2017 ?

par Christophe Dehondt, Valérie Quesada, Gérants Inflation, et Rodolphe de Saint-Seine, Spécialiste Produits chez CPR AM

Comme attendu, l’inflation accélère en cette fin d’année, une tendance qui devrait se renforcer notamment avec l’élection de Donald Trump.

Après plusieurs années difficiles, 2016 marque enfin une remontée de fond de l’inflation, une hausse qui s’appuie sur une réelle amélioration économique au sein des pays développés, tout particulièrement aux Etats-Unis. Les anticipations d’inflation à 5 ans ou 10 ans ont entamé un mouvement haussier mais restent à des niveaux encore inférieurs aux niveaux ciblés par les banques centrales, aussi la classe d’actif a retrouvé un attrait certain avec de réels perspectives en 2017.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS