Marchés Financiers

-A +A

Liquidité et rendement en 2016 : le dilemme de l’investisseur

par Lionel Saint Georges Chaumet, Responsable du Family Office chez Degroof Petercam France

Taux bas, volatilité élevée, interdépendance des classes d'actifs et raccourcissement des cycles de marchés : l'investisseur privé doit désormais gérer son patrimoine avec une grande proactivité et être en mesure d'arbitrer régulièrement entre des choix d'investissement dont la finalité peut être soit de créer durablement de la valeur ou d'offrir une liquidité immédiate. Cependant, ambitionner d'obtenir à la fois un accroissement durable et significatif de la valeur de ses investissements, et de disposer d'un degré élevé de liquidité relève désormais de l'exercice théorique.

Marchés Financiers: 

Comment ça va ?

par Cyrille Geneslay, Gérant allocataire chez CPR AM

Il est des questions purement rhétoriques qui n’appellent pas de réponse concrète. Le genre de questions normées socialement dont le but n’est autre qu’entamer une conversation. Ainsi lorsque vous rencontrez un collègue à la machine à café ou une connaissance dans la rue, c’est le traditionnel « Bonjour, ça va ? » qui s’impose.

La réponse consacrée, « Bien et toi », est tout aussi mécanique, elle nous indique que les civilités peuvent se poursuivre normalement et que nous pouvons passer à de vrais sujets de fonds ou préoccupations du moment comme le temps qu’il fait ou la destination des prochaines vacances.

Marchés Financiers: 

Or & Mines : un bon actif de diversification dans l’environnement actuel !

par Arnaud du Plessis, Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM

Après la dernière publication des « US Nonfarm Payrolls », nettement inférieure aux attentes qui avait redonné un « coup de fouet » au marché de l’or début juin, le referendum UK en faveur d’un Brexit a clairement renforcé cette tendance ! Les investisseurs britanniques qui ont eu la bonne idée de convertir leur épargne en or à la veille des résultats sont les grands gagnants.

Les cours de l’or touchant le seuil des 1000£, sont ainsi revenus sur leur niveau d’avril 2013, en livre sterling, loin devant les cours en dollar retrouvant « seulement » leur niveau de mars 2014 à $1359/oz, avant de replier quelque peu en fin de mois.

Marchés Financiers: 

Marchés actions : Quelles vont être les réactions à court et moyen terme ?

par Yves Maillot, Directeur gestion actions européennes chez Natixis AM

A court terme : compte tenu des mouvements très récents et de la forte et rapide reprise des indices depuis le point bas de la séance de jeudi dernier 16 juin (en moyenne de 7% à 8% entre les points bas du 16 et les points hauts de la séance de mardi 21 et de hier jeudi 23), le profil technique des indices actions était devenu très asymétrique : potentiel très limité à la hausse face à un potentiel de baisse de plus en plus large, soit, étant donné le résultat du vote de près de 10% à 12% de repli immédiat pour aller rejoindre les points bas de 2016 (seuils de 4050 et 3900 points pour l’indice CAC40, 2800 et 2700 points pour l’EuroStoxx50, 320 et 305 points pour le Stoxx600).

Marchés Financiers: 

MSCI/Chine : entre déception et surprise !

par Eva Balligand, Gérante de VEGA Emerging

Le verdict est tombé ! MSCI refuse pour la 3e fois d’intégrer les actions A au sein de son indice phare le MSCI Emerging Markets. Le revers est de taille pour Pékin et la surprise grande pour la majorité des investisseurs spécialisés sur la zone.

Après avoir fini d’inclure dans le MSCI China les actions chinoises cotées aux États-Unis (Baidu, Alibaba…) voici quelques semaines, la déception est forte de voir à nouveau la porte se fermer pour le marché local chinois.

Marchés Financiers: 

Ouvrir le parapluie ?

par Franck Nicolas, Directeur Investissement et Solutions Clients chez Natixis AM

Depuis un début d’année très difficile pour les marchés, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. La performance des actifs risqués sur les Bourses européennes a rebondi de 15% depuis le point bas de février. Certes sur l'année en cours, leur rendement demeure quasi-nul, mais cette reprise reste quand même spectaculaire. Le temps est-il venu de prendre quelques bénéfices ? L’année est évidemment encore très longue, mais les trois facteurs susceptibles de faire redémarrer les marchés que nous suivons depuis plusieurs mois semblent s’essouffler et il faudra trouver tout au moins d’autres thèmes pour prolonger cette hausse.

Marchés Financiers: 

« Brexit » ou « Bremain », telle est la question

par Eric Lefèvre-Pontalis, Responsable de la Gestion de la banque privée chez Degroof Petercam

Sans changer véritablement de configuration depuis le début de l’année, les marchés sont chahutés au gré des flux d’informations politiques.

Loin des fondamentaux des entreprises, les sondages sur le Brexit animent espoirs et inquiétudes. Même les négociations en Grèce qui étaient au premier plan l’année dernière n’inquiètent plus grand monde. Certes les nouvelles économiques ne nous conduisent pas à l’euphorie mais elles devraient rester l’indicateur principal des marchés. L’hypothèse d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne a été maintes fois chiffrée et commentée sans que l’on puisse se faire une idée précise de son impact réel.

Marchés Financiers: 

Fed : la confusion règne sur les marchés

par Franck Dixmier, Directeur des gestions obligataires chez Allianz GI

Après la dernière publication des minutes du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (FOMC), les marchés anticipaient une hausse des taux de la Fed pour juin ou juillet. Le faible chiffre de créations d’emploi publié aux Etats-Unis en mai les a pris à revers : une seule hausse est désormais envisagée sur les 12 prochains mois. La confusion règne donc sur les marchés, alimentée par la Fed elle-même qui ne laisse planer aucun doute sur les perspectives de hausses, mais ne se prononce pas sur le timing.

Marchés Financiers: 

La dette subordonnée mérite un coup d’œil de la part des investisseurs à la recherche de rendement

par Anthony Smouha, CEO d’Atlanticomnium

Les obligations rapportent peu et les actions ne sont pas particulièrement bon marché. Dans ce contexte peu réjouissant, sortir des sentiers battus pour trouver des alternatives peut être une bonne solution.

Marchés Financiers: 

Les dettes émergentes renouent avec la performance

par Vincent Canel, Directeur de la gestion sous mandat OPCVM chez Vega IM

Juste derrière les matières premières, la dette des pays émergents est la classe d’actif la plus performante depuis le début 2016, et ce malgré un départ difficile comme tous les actifs risqués. Après leur désengagement massif l’année dernière, le retour des investisseurs a porté les performances de la dette locale à 14 % (pour moitié grâce à l’appréciation des devises) et de 7 % pour la dette contractée à l’étranger. Ainsi, l’Argentine a largement profité de cette conjoncture, en revenant sur les marchés pour la première fois depuis son défaut en 2001. Sa dernière levée de fonds (plus de 16 milliards de dollars à échéance 10 ans) a suscité l’appétit de nombreux investisseurs.

Plus généralement, plusieurs critères concourent à la poursuite de cette embellie sur le marché des dettes émergentes et à l’afflux de capitaux internationaux :

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS