Marchés Financiers

-A +A

MSCI/Chine : entre déception et surprise !

par Eva Balligand, Gérante de VEGA Emerging

Le verdict est tombé ! MSCI refuse pour la 3e fois d’intégrer les actions A au sein de son indice phare le MSCI Emerging Markets. Le revers est de taille pour Pékin et la surprise grande pour la majorité des investisseurs spécialisés sur la zone.

Après avoir fini d’inclure dans le MSCI China les actions chinoises cotées aux États-Unis (Baidu, Alibaba…) voici quelques semaines, la déception est forte de voir à nouveau la porte se fermer pour le marché local chinois.

Marchés Financiers: 

Ouvrir le parapluie ?

par Franck Nicolas, Directeur Investissement et Solutions Clients chez Natixis AM

Depuis un début d’année très difficile pour les marchés, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. La performance des actifs risqués sur les Bourses européennes a rebondi de 15% depuis le point bas de février. Certes sur l'année en cours, leur rendement demeure quasi-nul, mais cette reprise reste quand même spectaculaire. Le temps est-il venu de prendre quelques bénéfices ? L’année est évidemment encore très longue, mais les trois facteurs susceptibles de faire redémarrer les marchés que nous suivons depuis plusieurs mois semblent s’essouffler et il faudra trouver tout au moins d’autres thèmes pour prolonger cette hausse.

Marchés Financiers: 

« Brexit » ou « Bremain », telle est la question

par Eric Lefèvre-Pontalis, Responsable de la Gestion de la banque privée chez Degroof Petercam

Sans changer véritablement de configuration depuis le début de l’année, les marchés sont chahutés au gré des flux d’informations politiques.

Loin des fondamentaux des entreprises, les sondages sur le Brexit animent espoirs et inquiétudes. Même les négociations en Grèce qui étaient au premier plan l’année dernière n’inquiètent plus grand monde. Certes les nouvelles économiques ne nous conduisent pas à l’euphorie mais elles devraient rester l’indicateur principal des marchés. L’hypothèse d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne a été maintes fois chiffrée et commentée sans que l’on puisse se faire une idée précise de son impact réel.

Marchés Financiers: 

Fed : la confusion règne sur les marchés

par Franck Dixmier, Directeur des gestions obligataires chez Allianz GI

Après la dernière publication des minutes du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (FOMC), les marchés anticipaient une hausse des taux de la Fed pour juin ou juillet. Le faible chiffre de créations d’emploi publié aux Etats-Unis en mai les a pris à revers : une seule hausse est désormais envisagée sur les 12 prochains mois. La confusion règne donc sur les marchés, alimentée par la Fed elle-même qui ne laisse planer aucun doute sur les perspectives de hausses, mais ne se prononce pas sur le timing.

Marchés Financiers: 

La dette subordonnée mérite un coup d’œil de la part des investisseurs à la recherche de rendement

par Anthony Smouha, CEO d’Atlanticomnium

Les obligations rapportent peu et les actions ne sont pas particulièrement bon marché. Dans ce contexte peu réjouissant, sortir des sentiers battus pour trouver des alternatives peut être une bonne solution.

Marchés Financiers: 

Les dettes émergentes renouent avec la performance

par Vincent Canel, Directeur de la gestion sous mandat OPCVM chez Vega IM

Juste derrière les matières premières, la dette des pays émergents est la classe d’actif la plus performante depuis le début 2016, et ce malgré un départ difficile comme tous les actifs risqués. Après leur désengagement massif l’année dernière, le retour des investisseurs a porté les performances de la dette locale à 14 % (pour moitié grâce à l’appréciation des devises) et de 7 % pour la dette contractée à l’étranger. Ainsi, l’Argentine a largement profité de cette conjoncture, en revenant sur les marchés pour la première fois depuis son défaut en 2001. Sa dernière levée de fonds (plus de 16 milliards de dollars à échéance 10 ans) a suscité l’appétit de nombreux investisseurs.

Plus généralement, plusieurs critères concourent à la poursuite de cette embellie sur le marché des dettes émergentes et à l’afflux de capitaux internationaux :

Marchés Financiers: 

Le rallye n'est pas terminé

par Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM

Nous maintenons la surpondération des actions internationales: les perspectives économiques mondiales s’améliorent, les rendements obligataires sont proches de zéro et les grandes banques centrales restent accommodantes.

Nous surpondérons les actions européennes. La croissance de la zone sera soutenue par la consommation privée et par les mesures de relance de la BCE. Les valorisations des actions de la zone demeurent modestes et les perspectives bénéficiaires restent intéressantes, soutenues par la possibilité d’expansion des marges à partir de niveaux actuellement faibles.

Nous surpondérons les actions japonaises. Le pays bénéficiera de la stabilisation de la Chine et les difficultés économiques que connaît actuellement l’archipel devraient mener à l’adoption de nouvelles mesures de relance monétaire et budgétaires.

Marchés Financiers: 

Le jour de la marmotte

par Cyrille Geneslay, Gérant allocataire chez CPR AM

Au travers de son « carpe diem », Horace nous invite à savourer le moment présent dans l’idée que le futur est incertain et que tout est appelé à disparaitre. Mais lorsque c’est le présent qui nous dépasse, il s’ouvre sur un futur insondable et la tentation de recourir aux arts divinatoires pour le maîtriser devient forte.

Marchés Financiers: 

Les marchés résistent bien à l’accumulation des risques potentiels…

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI Asset Management

Cette semaine, avec plus de
2 607 jours, le « Bull Market » actuel des actions américaines est devenu le deuxième plus long de l’histoire, derrière celui d’octobre 1990 à mars 2000. Après un début d’année en net repli, l’indice S&P 500 est ainsi revenu à moins de 2 % de son record historique ! De même, les actifs « à risque » internationaux se sont nettement repris.

Parallèlement, la visibilité d’ensemble paraît faible et les risques potentiels s’accumulent... Quelle analyse porter sur cette situation a priori paradoxale
et quelle stratégie adopter ?

Marchés Financiers: 

Investir pour le bien collectif

par Fiona Frick, Chief Executive Officer d’Unigestion

Depuis la crise financière de 2008, l’opinion publique se montre très sceptique quant au rôle joué par le système financier. Malgré ce contexte difficile, nous pensons que les sociétés financières – et en particulier les gestionnaires d’actifs – ont un rôle majeur à jouer dans la résolution des problèmes auxquels le monde est confronté.

Se tourner vers le capitalisme comme solution aux problèmes du monde

Le capitalisme a montré ses limites au cours de ces dernières années. En 2008, le système financier mondial a frôlé l’effondrement, contraignant les gouvernements à lui venir en aide au travers d’injections massives de liquidités dont le retour sur investissement ne se fera pas avant plusieurs décennies. Aux yeux de nombreuses personnes, le capitalisme est donc en crise.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS