Marchés Financiers

-A +A

Courage et discipline pour aborder 2019

par Pascal Blanqué, CIO Groupe, et Vincent Mortier, CIO Adjoint Groupe chez Amundi

Après un mois de décembre difficile, qui s’est traduit par une brusque correction, les actifs à risque ont rebondi au cours des premières semaines de l’année, portés par les accents favorables aux marchés de la Fed et un regain d’optimisme sur le plan des négociations commerciales. Comme nous nous attendons à ce que les raisons de cet optimisme soient confirmées, nous pensons qu’il est temps de revenir sur les actifs à risque, segment dans lequel la correction a restitué de la valeur, notamment dans les marchés émergents. Selon nous, les investisseurs devraient aborder 2019 avec discipline, tout en ayant le courage de regarder au-delà du bruit à court terme à la recherche de valeur à long terme. Les quatre domaines à surveiller sont :

Marchés Financiers: 

L’économie en phase de déclin anticipé

par Tomas Hildebrandt, Gérant Senior en charge de la gestion institutionnelle d’actifs français chez EVLI

Les indicateurs économiques mondiaux publiés en janvier ont confirmé le ralentissement anticipé par le marché. Les perspectives concernant l’activité industrielle se sont considérablement dégradées dans tous les domaines. La croissance a ralenti en Chine, en Allemagne, en France et en Italie, par exemple. L'Italie est déjà en récession, son économie s'étant contractée pour un deuxième trimestre consécutif. Aux États-Unis, les perspectives pour le reste de l'année ont été assombries par le shutdown du gouvernement, celui-ci devrait avoir un impact négatif sur la croissance. Toutefois, les données publiées en janvier ont montré que l'emploi continuait d'être vigoureux.

Marchés Financiers: 

Theresa May, reine du Zugswang

par Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM

Theresa May a mis les Communes en situation de zugzwang et pourrait gagner la partie. Le vaccin contre la maladie hollandaise fonctionne en Russie. Enfin, réfléchissons ensemble au dicton turc: la perte est la sœur du gain. Voici les trois sujets de la lettre européenne du mois de février.

Le zugzwang est une configuration bien connue des amateurs d’échecs. Un joueur est mis dans une situation peu enviable: quoi qu’il joue, il dégrade sa position. Et précisément, c’est à lui de jouer. Le joueur alors forcé de jouer un mauvais coup est dit «en zugzwang».

La situation est fréquente en fin de partie. Et la fin de la partie entre Theresa May et la Chambre des Communes, c’est maintenant.

Marchés Financiers: 

Quelle stratégie adopter après le vif rebond de ce début d’année ?

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Le début d’année est très positif et marque une rupture spectaculaire avec la « panique » vendeuse de décembre dernier, alimentée par des craintes excessives de ralentissement mondial et des méthodes de gestion systématique vis-à-vis du risque... Comme souvent, le scénario « noir » si consensuel ne s’est pas produit et les investisseurs trop prudents se trouvent pris à « contrepied ». S’agit-il seulement d’un rebond ponctuel ou le début d’une tendance plus durable ?

Les performances obtenues en moins d’un mois sont spectaculaires : + 7,0 % sur les actions américaines comme sur les actions émergentes, + 6,0 % sur les actions européennes, près de 4,5 % sur les obligations émergentes, + 4,5 % sur les obligations High Yield US, + 2,5 % en Europe...

Marchés Financiers: 

Nous ne partageons pas le récent manque de confiance des marchés envers les fondamentaux

par Erik L. Knutzen, CFA, CAIA, Chief Investment Officer Multi-Actifs chez Neuberger Berman

La fin de l’année 2018 fût presque une parfaite image renversée de la fin d’année 2017. Le retour à la normale des fondamentaux suggèrent que 2019 se situera quelque part entre ces deux extrêmes, même si l’opinion en matière de fondamentaux économiques du Comité d’Allocation d’Actifs et les perspectives de marché ne soutiennent pas complètement la même thèse.

Marchés Financiers: 

Finance comportementale : l’ancrage

par Sandrine Vincelot Guiet, Directeur Conseil et Sélection OPCVM et VEGA IM chez Vega IM

L’analogie à l’ancre marine est ici tout à fait adaptée, vous allez rapidement comprendre pourquoi.

Afin de définir l’ancrage, repartons de notre dernier sujet traité (les heuristiques de représentativité) : l’heuristique d’ancrage consiste à formuler une réponse (une estimation chiffrée notamment) en se référant à une valeur arbitraire sans aucun lien avec la question posée. Il s’agit d’un biais très courant fondé sur la première impression laissée par une personne, un évènement, un prix, etc. et qui empêche le plus souvent d’intégrer d’autres éventuels éléments significatifs à la prise de décision.

Voici deux exemples qui vous permettront de mieux cerner ce biais cognitif1 :

1. Une expérience de James Montier2, spécialiste de la finance comportementale, illustre bien ce biais d'ancrage.

Marchés Financiers: 

« Los Tres Amigos » mèneront la danse en 2019-02-01

par Cesar Perez Ruiz, Responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management

L’année écoulée a été caractérisée par un certain nombre de contradictions et une désynchronisation au niveau mondial. Alors que ce qui nous attend est tout sauf clair, comprendre ce qui s’est passé sur les marchés en 2018 pourrait bien être la clé de 2019.

Marchés Financiers: 

Perspectives 2019 : un pessimisme rassurant

par Hervé Guez, Global Head of Research & Equity and Fixed Income CIO, Jens Peers, Global CIO Mirova US, et David Belloc, Cross Asset Portfolio Manager & Strategist chez Mirova

La fin de cycle n’explique pas tout : de nombreux autres facteurs alimentent le pessimisme ambiant. Il semblerait que le pessimisme généralisé soit finalement devenu un facteur de soutien aux valorisations actuelles. En tant qu’investisseur, notre rôle ne se limite pas à être un simple observateur avisé, intéressé par ces transitions à l’œuvre. Nous nous devons d’y prendre toute notre part.

Marchés Financiers: 

Risque de crédit et nouvelles opportunités

par Gary Singleterry, Investment Director, Obligations adossées à des actifs chez GAM

Deux des principaux risques pour les titres adossés à des créances hypothécaires (mortgage-backed securities, MBS) sont le risque de crédit et le risque de remboursement anticipé des emprunts hypothécaires. Nous considérons qu’ils sont aussi bien source d’opportunités que de risques sur notre marché. Depuis 2011, nous estimons qu’assumer le risque de crédit sur le marché des MBS américains a été beaucoup plus intéressant qu’assumer celui de prépaiement des emprunts hypothécaires, un phénomène encore plus important pour le marché des agences.

Marchés Financiers: 

High Yield à court terme :un petit village d'irréductibles

par Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM

Les obligations à haut rendement européennes ont connu une année 2018 difficile. Mis sous pression par la Réserve fédérale et inquiets des niveaux de dette atteints par les entreprises américaines, nombre d’investisseurs se sont délestés de leurs positions. Est-ce le moment de revenir vers la classe d'actifs?

Pour ce qui concerne les obligations à échéance longue, nous demeurons réticents. Pourquoi? Le marché du crédit américain nous paraît encore fragile et les entreprises du pays sont fortement endettées : les volumes totaux de crédit aux entreprises ont dépassé 45% du PIB en 2018, niveau jamais atteint auparavant1. La Fed devrait de son côté conserver une politique plutôt restrictive, sauf en cas de fort ralentissement. Et si fort ralentissement il y a, les obligations high yield américaines devraient reculer.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS