Marchés Financiers

-A +A

Les dettes émergentes renouent avec la performance

par Vincent Canel, Directeur de la gestion sous mandat OPCVM chez Vega IM

Juste derrière les matières premières, la dette des pays émergents est la classe d’actif la plus performante depuis le début 2016, et ce malgré un départ difficile comme tous les actifs risqués. Après leur désengagement massif l’année dernière, le retour des investisseurs a porté les performances de la dette locale à 14 % (pour moitié grâce à l’appréciation des devises) et de 7 % pour la dette contractée à l’étranger. Ainsi, l’Argentine a largement profité de cette conjoncture, en revenant sur les marchés pour la première fois depuis son défaut en 2001. Sa dernière levée de fonds (plus de 16 milliards de dollars à échéance 10 ans) a suscité l’appétit de nombreux investisseurs.

Plus généralement, plusieurs critères concourent à la poursuite de cette embellie sur le marché des dettes émergentes et à l’afflux de capitaux internationaux :

Marchés Financiers: 

Le rallye n'est pas terminé

par Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM

Nous maintenons la surpondération des actions internationales: les perspectives économiques mondiales s’améliorent, les rendements obligataires sont proches de zéro et les grandes banques centrales restent accommodantes.

Nous surpondérons les actions européennes. La croissance de la zone sera soutenue par la consommation privée et par les mesures de relance de la BCE. Les valorisations des actions de la zone demeurent modestes et les perspectives bénéficiaires restent intéressantes, soutenues par la possibilité d’expansion des marges à partir de niveaux actuellement faibles.

Nous surpondérons les actions japonaises. Le pays bénéficiera de la stabilisation de la Chine et les difficultés économiques que connaît actuellement l’archipel devraient mener à l’adoption de nouvelles mesures de relance monétaire et budgétaires.

Marchés Financiers: 

Le jour de la marmotte

par Cyrille Geneslay, Gérant allocataire chez CPR AM

Au travers de son « carpe diem », Horace nous invite à savourer le moment présent dans l’idée que le futur est incertain et que tout est appelé à disparaitre. Mais lorsque c’est le présent qui nous dépasse, il s’ouvre sur un futur insondable et la tentation de recourir aux arts divinatoires pour le maîtriser devient forte.

Marchés Financiers: 

Les marchés résistent bien à l’accumulation des risques potentiels…

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI Asset Management

Cette semaine, avec plus de
2 607 jours, le « Bull Market » actuel des actions américaines est devenu le deuxième plus long de l’histoire, derrière celui d’octobre 1990 à mars 2000. Après un début d’année en net repli, l’indice S&P 500 est ainsi revenu à moins de 2 % de son record historique ! De même, les actifs « à risque » internationaux se sont nettement repris.

Parallèlement, la visibilité d’ensemble paraît faible et les risques potentiels s’accumulent... Quelle analyse porter sur cette situation a priori paradoxale
et quelle stratégie adopter ?

Marchés Financiers: 

Investir pour le bien collectif

par Fiona Frick, Chief Executive Officer d’Unigestion

Depuis la crise financière de 2008, l’opinion publique se montre très sceptique quant au rôle joué par le système financier. Malgré ce contexte difficile, nous pensons que les sociétés financières – et en particulier les gestionnaires d’actifs – ont un rôle majeur à jouer dans la résolution des problèmes auxquels le monde est confronté.

Se tourner vers le capitalisme comme solution aux problèmes du monde

Le capitalisme a montré ses limites au cours de ces dernières années. En 2008, le système financier mondial a frôlé l’effondrement, contraignant les gouvernements à lui venir en aide au travers d’injections massives de liquidités dont le retour sur investissement ne se fera pas avant plusieurs décennies. Aux yeux de nombreuses personnes, le capitalisme est donc en crise.

Marchés Financiers: 

Fed : un message plus « faucon » attendu

par Gero Jung, Chef Economiste de Mirabaud AM

La Réserve fédérale américaine devrait maintenir ses taux d’intérêt directeurs inchangés lors de sa réunion du 27 avril.

•  En l’absence de conférence de presse, l’attention se portera sur le communiqué publié et sur l’inclusion—ou non—d’un commentaire sur la balance des risques.

•  Nous continuons de prévoir entre deux et trois hausses de taux cette année bien qu’il soit probable que la Fed rappelle la faiblesse des dernières données économiques. 


Marchés Financiers: 

Label Public ISR : Gros chantier en perspective !

par Patrick Savadoux, Responsable ESG & Solidaire, Gérant ISR chez Mandarine Gestion

La mise en place du Label Public ISR prend forme.
Dès que le décret et l’arrêté auront été publiés, le guichet pour les labellisateurs sera ouvert. Il semble que deux organismes soient sur les rangs, mais nous ne devrions pas attendre longtemps pour avoir la liste exacte des prétendants.

Une fois les choses clarifiées, nous allons connaitre les fonds qui souhaiteront passer sous les fourches caudines des labellisateurs. Il sera intéressant de voir si les prétendants aux nouveaux labels seront aussi nombreux que lors des années précédentes. En en y regardant de plus près, on peut douter de ce dernier point. En effet, compte tenu d’une nouvelle méthodologie qui doit faire ses preuves et d’une majoration tarifaire, nous doutons que tous les acteurs restent en lice pour ce nouvel exercice.

Marchés Financiers: 

Dans des marchés actions volatils,
le critère de la stabilité des dividendes est crucial

par Patrick Moonen, Principal Strategist Multi Asset chez NN Investment Partners

•  Dans un environnement volatil dicté par l’action des banques centrales, les dividendes sont le critère le plus pertinent et stable pour offrir de la performance

•  Il y a un arbitrage à faire entre le rendement et sa soutenabilité

  Notre opinion sur les perspectives de rendement par région

Marchés Financiers: 

Le grand doute

par Valentijn van Nieuwenhuijzen, Responsable du Multi-Asset chez NN Investment Partners

Depuis le début de 2015, les marchés sont devenus beaucoup plus turbulents. Sous l’impulsion d’un élargissement de la reprise mondiale et de la volonté de la BCE de passer à un assouplissement quantitatif, les marchés avaient entamé l’année passée sur une note positive. Néanmoins, rétrospectivement, nous pouvons constater que l’excès d’optimisme reflété par les marchés d’obligations d’État et de valeurs immobilières durant le premier trimestre de l’année dernière constituait en réalité le premier signe que nous étions entrés dans une ère de volatilité accrue.

Marchés Financiers: 

Actions européennes: la volatilité est source d’opportunités

par Nick Sheridan, Gérant des fonds Henderson Horizon Euroland et Henderson Horizon Pan European Dividend Income

De nombreux observateurs estiment que les mesures d’assouplissement quantitatif ont gonflé le cours des actifs et permis d’atténuer la volatilité sur tous les actifs financiers. Si l’on regarde les résultats enregistrés depuis le début de l’année, il semble que la normalisation des taux d’intérêt enclenchée par la FEDa eu l’effet inverse, déprimant les marchés et augmentant la volatilité.

Pourtant, il serait aisé de se concentrer sur les points positifs offerts par les actifs de la zone Euro : la politique monétaire accommodante de la Banque Centrale Européenne, les valorisations relativement faibles comparées aux autres pays développés et la possible reprise des marges bénéficiaires des sociétés de la région, auxquels s’ajoutent encore les revenus attractifs des valeurs européennes.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS