Marchés Financiers

-A +A

Une diversification en or

par Ken Van Weyenberg, Spécialiste produit Mandats privés chez Dexia Asset Management

Depuis une bonne dizaine d’année, le prix de l’or a connu une impressionnante évolution. Une inflation élevée due à l’augmentation des cours des matières premières et des nouvelles mesures de stimulation risque d’entraîner une autre flambée du prix de l’or à court terme.

L’évolution du prix de l’or dépend de différents facteurs, mais elle suit avant tout l’évolution de l’offre et de la demande. D’un côté, nous constatons que la production d’or n’est pas élastique. Ce phénomène est dû au délai de mise en œuvre relativement long nécessaire pour renforcer la production d’une mine d’or, indépendamment de la demande enregistrée à ce moment-là. D’autre part, nous remarquons que la demande en or se caractérise par un profil de croissance durable, dû en grande partie au développement de la prospérité dans divers pays émergents.

Marchés Financiers: 

Obligations corporate : outil de diversification idéal sur les marchés émergents

par Toke Hjortshøj, co-gérant du fonds Sparinvest Emerging Markets Corporate Value Bond

Avec l’augmentation des ratings souverains des pays émergents, l’accroissement de la transparence en matière de gouvernance des entreprises mais aussi d’une manière plus générale, une liquidité élevée, une demande forte, et enfin des rendements attractifs étant donnés les risques, que peut-on ne pas apprécier sur les marchés émergents des obligations corporate ?

Contexte de la classe d’actifs

Les obligations corporate possèdent un profil rendement/risque séduisant. Historiquement, cette classe d’actifs générait des rendements qui se situaient entre les actions et les obligations souveraines, mais sur les cinq dernières (et exceptionnelles !) années et dans un environnement favorable de désendettement mondial, les obligations corporate ont plus que surperformé les actions.

Marchés Financiers: 

La recherche de rendement

par Eric Pictet, Directeur Général du bureau de Paris de Muzinich & Co

Dans le contexte actuel marqué par des taux faibles, la recherche de rendements réguliers élevés devient plus que jamais un enjeu de taille pour les investisseurs obligataires. A cet égard, nous pouvons distinguer chez les investisseurs deux approches distinctes pour faire face au casse‐tête des rendements, chacune comportant des risques bien spécifiques.

Marchés Financiers: 

La crise, c’est long… surtout vers la fin

par Bruno Narchal, président de Crystal Finance

Cette parodie d’une citation de Woody Allen illustre bien le désarroi des épargnants : «Placer, oui mais : comment ?». L’économie américaine se dégrade, le modèle chinois s’essouffle et inquiète, le Moyen Orient est une poudrière incontrôlable et imprévisible, les émergents commencent d’être affectés par la crise des pays développés et enfin la zone Euro est fragilisée par une crise financière qui devient économique.

Cette crise interminable bouleverse les repères traditionnels de la sphère patrimoniale :

Marchés Financiers: 

Vers un nouveau marché haussier ?

par Ken Van Weyenberg, Investment Specialist Private Clients chez Dexia Asset Management

Faiblesse des données macro-économiques, résultats d’entreprises décevants, crise persistante dans la zone euro : tout cela n’empêche pas les marchés des actions d’afficher une bonne santé ; ce qui a de quoi surprendre. Les marchés des obligations battent des records historiques et les valorisations de pas mal d’actions sont plus qu’intéressantes. Nous pouvons dès lors nous demander si le marché durablement baissier que nous avons connu jusqu’à présent ne touche pas à sa fin.

Marchés Financiers: 

Les méga sociétés offrent-elles des méga opportunités ?

par Ad van Tiggelen, Stratégiste senior chez ING Investment Management

Les méga sociétés pèsent plus lourd que la plupart des pays. Plusieurs entreprises pharmaceutiques, alimentaires, pétrolières et technologiques affichent ainsi des revenus annuels de plus de 50 milliards de dollars, ce qui excède le PIB de plus de deux tiers des pays au monde. Exceptionnellement, ces méga sociétés ont mieux performé que l’ensemble des marchés d’actions au cours des 12 derniers mois. Une performance rare car leurs cours ont été à la traîne presque sans interruption depuis la fin des années 1990. Est-ce le début d’une nouvelle tendance ?

Marchés Financiers: 

Le second semestre sera plus faible, pénalisé par l’absence de la reprise asiatique

par Cédric de Fonclare, gérant actions du fonds Jupiter European Opportunities

Alors que nous entrons dans la saison des annonces de résultats pour le premier semestre 2012, bon nombre d’analystes s’attendent à voir une croissance plus faible des chiffres d’affaires des entreprises, avec toutefois une certaine résistance de leurs profits.

En effet, tandis que l’économie mondiale a ralenti et que les volumes ont chuté, les prix de l’énergie et des matières premières ont également baissé du fait d’une demande moindre et d’une surabondance de gaz de schistes aux Etats-Unis. Jusque-là, les résultats semestriels sont conformes aux attentes, bien que les prévisions pour le second semestre soient plus faibles. La visibilité sur les profits futurs a aussi baissé, alors que la reprise attendue des économies asiatiques, telles que la Chine ou l’Inde, tarde à se matérialiser.

Marchés Financiers: 

La zone euro devrait continuer à subir les affres de sa crise de la dette

par Nicolas Didelot, Investment Solutions Group EMEA chez State Street Global Advisors

Après la reprise des marchés financiers en début d’année, sur fond de renégociation de la dette grecque, le second trimestre a de nouveau été balayé par le spectre de la crise. Des indicateurs économiques en léger retrait en Chine et voilà que tous les espoirs placés dans l’Empire du Milieu sont comme anéantis.

Un léger ralentissement de la croissance (à 7,5% en base annuelle tout de même) et on craint le pire pour les entreprises mondiales dont le salut ne semble plus dépendre que de la dynamique chinoise, seule véritable locomotive de l’économie mondiale. Les matières premières ont ainsi essuyé un sérieux revers sous le poids de l’incertitude concernant leur principal foyer de demande. Le pétrole WTI s’est ainsi effondré de près de 27% en moins de 2 mois, repassant sous la barre des 80 USD le baril.

Marchés Financiers: 

Les sociétés de qualité peuvent-elles survivre dans un contexte politique volatile ?

par Tim Stevenson, gérant du Horizon Pan European Equity Fund chez Henderson Global Investors

L’incapacité des dirigeants européens à adopter une approche commune et décisive face aux difficultés économiques est aujourd’hui évidente. Il semble que ces derniers agissent plus dans l’objectif de se faire réélire lors de prochaines élections, dans 5 ou 6 ans, plutôt que de laisser un héritage durable pour les prochaines générations. Aucun de ces dirigeants n’a été élu dans le cadre d’un mandat européen, ce qui entraîne tout naturellement une disparité entre leur position et le rôle pour lequel ils ont été choisis, à savoir : « Sauver l’Europe ».

Marchés Financiers: 

Le scénario négatif semble tellement évident

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

La gestion catastrophique de la situation européenne a créé un sérieux trouble qui commence à se diffuser au reste du monde. L’économie ralentit partout alors que les entreprises s’apprêtent à publier leurs comptes semestriels. Alors, nouvel été agité ?

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS