Marchés Financiers

-A +A

Le pouvoir des bénéfices

par Jeroen Blokland, Gérant Senior chez Robeco

Les bénéfices des sociétés du S&P 500 augmentent plus vite que leur cours de Bourse

Les PER ont récemment baissé rendant les actions plus attrayantes

Avec une croissance robuste et des taux faibles, le contexte macroéconomique est porteur.

Marchés Financiers: 

Ni « risk off », ni « risk on »...

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Nous évoquions lors de notre dernière publication de juin l’idée d’un monde soumis à de plus
en plus de divergences, motivées notamment par des considérations politiques. L’été a été une belle illustration de ce concept. Contrairement à ce qui était observé ces dernières années, le climat de crise sur les pays émergents ne s’est pas traduit par un mouvement global de « risk off », avec une baisse généralisée des marchés. Au contraire, il y a une grande dispersion de performances entre les zones géographiques
et les classes d’actifs.
Le contexte d’ensemble incite donc au discernement... et aussi à une certaine prudence...

Marchés Financiers: 

Apple/Livre turque : les symboles de l’été !

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Il y a eu en effet cet été du très positif : Wall Street tutoie à nouveau ses sommets historiques à la faveur de bons résultats des entreprises publiés à partir de juillet. Apple en est le symbole après être la première valeur à avoir franchi le cap des 1 000 Mds$ de capitalisation. Mais il y a eu aussi du négatif : les débats autour de la guerre commerciale créent de la volatilité sur les devises émergentes, avec comme symbole l’effondrement de la Livre turque, mais qui est un cas très particulier.

Marchés Financiers: 

Actions américaines : au-delà du mur des inquiétudes

par Jeff Schulze, CFA, Stratégiste, Clearbridge Investments (filiale de Legg Mason)

Les tensions liées à la guerre commerciale pourraient détourner l’attention des investisseurs, mais le passé tend à indiquer que les marchés devraient progresser après les élections de mi-mandat, le tout dans un contexte marqué par de faibles risques de récession au début de la troisième année du mandat de Donald Trump.

Marchés Financiers: 

Marchés émergents : à quoi faut-il se fier, à la diminution des risques ou aux craintes affichées ?

par Laurent Saltiel, CIO Emerging Markets Growth, et Sergey Davalchenko, Portfolio Manager Emerging Markets Growth chez AllianceBernstein

Après deux années d’excellentes performances, les actions des marchés émergents craignent de nouvelles menaces. Ces inquiétudes pourraient toutefois être exagérées, le profil de risque des marchés émergents continuant de se réduire sur le long terme.

Marchés Financiers: 

10 réflexions pour 2018

par Joseph V. Amato, President et CIO Actions, Erik L. Knutzen (CFA, CAIA), CIO Multi-Actifs, Brad Tank, CIO Obligataire, Anthony D. Tutrone, CIO Private Markets & Alternatives chez Neuberger Berman

En janvier dernier, les CIOs de nos quatre plateformes d’investissement avaient identifié les thèmes clés qui guideraient selon eux les décisions d’investissement en 2018. Le premier semestre étant aujourd’hui révolu, nous revisitons ces idées afin d’examiner leur impact jusqu’à présent.

Macro : Le point d’inflexion approche sur les marchés internationaux

- 1 Vers un environnement de marché plus complexe en milieu d’année VRAI

Marchés Financiers: 

Courbe de taux américaine : il faut savoir ce que l’on veut

par William de Vijlder, Chef économiste de BNP Paribas

Il faut savoir ce que l’on veut. L’aplatissement de la courbe de taux américaine préoccupe beaucoup de monde, et s’il prenait fin le soulagement serait probablement général. Cependant, l’histoire montre qu’il y aurait, dans ce cas, encore plus de raisons de s’inquiéter. Aux Etats-Unis les récessions ont été précédées, par le passé, d’un aplatissement de la courbe de taux suivi d’une inversion, mais ce type d’information n’est pas d’un grand secours pour celui qui produit des prévisions ou qui, comment l’investisseur, pratique le market-timing. En effet, le délai qui s’écoule entre une courbe plate à négative et le début d’une récession est long et variable (voir graphique).

Marchés Financiers: 

Leçons de Tchernobyl

par Gérard Moulin, Gérant du Pôle Actions européennes chez Amplegest

A l’instar du « nuage de Tchernobyl » qui devait s’arrêter à nos frontières, les investisseurs s’illusionnent sur des statuts boursiers, censés être immuables, et qui se révèlent complètement dépassés.

Le 26 avril 1986, le gouvernement français de l’époque assurait que le nuage radioactif provoqué par la catastrophe de Tchernobyl s’arrêterait à nos frontières. Dans un déni issu d’une volonté de préserver la croissance économique et le moral de la population, les autorités ont fini par diffuser très largement ce mensonge d’Etat. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle entre cet évènement et ce que l’on peut observer depuis plusieurs trimestres sur le marché des actions.

Marchés Financiers: 

La sensibilité actions prédomine désormais sur le marché des convertibles

par Nancy Scribot-Blanchet et Olivier Ravey, Co-Directeurs des gestions convertibles chez OFI AM

La faiblesse de la volatilité implicite depuis quelques semaines offre une bonne opportunité de s’exposer aux obligations convertibles.

La volatilité implicite, qui caractérise la valorisation des obligations convertibles, s’est rapprochée ces dernières semaines de ses plus bas. Sur le marché européen, celle-ci a reculé à 26 %, contre 31 % en moyenne historique (et 24 % au plus bas en 2014). à ce stade, nous pouvons raisonnablement anticiper soit une pause, soit un redressement, sachant qu’un point de hausse de la volatilité implicite des convertibles engendre une revalorisation de + 0,30 % des titres, toutes choses égales par ailleurs.

Marchés Financiers: 

Trois choses à savoir sur les marchés européens

par Tom Stubbe Olsen, Gérant du fonds Nordea 1 – European Value Fund

La guerre commerciale engagée par les Etats-Unis, la fin du quantitative easing de la BCE et les résultats trimestriels des entreprises, constituent trois catalyseurs déterminants pour l’orientation des marchés boursiers européens.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS