Marchés Financiers

-A +A

2018 : l’année de tous les dangers

par David Lafferty, Stratégiste en chef chez Natixis Investment Managers

L’année 2018 pourrait être semée d’embûches. Avec l’arrivée à maturité de la phase d’expansion économique, les investisseurs pourraient être confrontés à des choix cornéliens. Compte tenu des politiques budgétaires et monétaires actuelles, le niveau élevé des valorisations et les risques géopolitiques pourraient raviver la volatilité des marchés financiers, la grande absente de ces dernières années. Les investisseurs ne seront pas à l’abri d’une sensation de déjà vu puisque nombre de ces thématiques avaient déjà été prévues, sans se concrétiser, ces dernières années.

Les incertitudes ne manquent pas

En ce début d’année 2018, les inquiétudes ne manquent pas pour les investisseurs. Vous les connaissez probablement déjà mais voici les nôtres.

- Réduction des mesures de soutien monétaires

Marchés Financiers: 

Bilan d’une belle année boursière 2017 et perspectives 2018...

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

L’année 2017 a été inédite
sur plusieurs plans : croissance économique régulièrement révisée à la hausse, surtout
en zone Euro, pas d’inflation, politiques monétaires accommodantes.... et donc très peu de hausse des taux.
Bref, un cocktail idéal pour les marchés.
L’année 2018 s’annonce un peu plus compliquée et il conviendra d’être plus sélectif, même si
les tendances de fond positives sont encore puissantes...

Marchés Financiers: 

Actions européennes : une reprise en cours, des bénéfices à venir

par Dylan Ball, ACA, Executive Vice President Portfolio Manager and Analyst Templeton Global Equity Group

2018 marquera le début de la fin d'une décennie de soutien extraordinaire aux politiques monétaires par les banques centrales. Néanmoins, un environnement économique favorable et une amélioration des fondamentaux des entreprises pourraient permettre aux actions européennes de rattraper les actions américaines.

L'Europe semble avoir franchi un cap. Pour la première fois depuis la crise financière mondiale de 2007-2009, l'économie européenne semble suffisamment forte pour voler de ses propres ailes, ne dépendant plus d'un soutien massif de la banque centrale. De plus, les bénéfices des entreprises se trouvant toujours bien en-deçà de leurs pics précédents, et les valorisations en novembre 2017 étant adéquates au vu d'un environnement économique plus prometteur, les actions européennes semblent prêtes à assurer une année solide en 2018.

Marchés Financiers: 

En 2018, les marchés pourraient bien nous laisser dans l'expectative

par Edward Bonham Carter, Vice-Président de Jupiter AM

A l'image de ce qui s'est passé ces 12 derniers mois, le comportement des marchés financiers devrait laisser économistes et investisseurs perplexes. On peut cependant espérer que les actions génèrent des revenus raisonnables si l'inflation reste contenue et que les taux d'intérêts américains poursuivent une remontée lente et régulière.

Aussi bien les marchés que les différentes économies ont adopté ces 12 derniers mois des trajectoires déconcertantes aux yeux des investisseurs et des économistes et il y a peu de raison de penser que ça ne sera pas également le cas en 2018.

Marchés Financiers: 

Perspectives 2018 : les mérites d’une gestion active

par Larry Hatheway, Group head of investment solutions et Chef Economiste chez GAM Investments

Le débat actif versus passif est largement incompris car déformé. Oui, il peut arriver que, lorsque la dispersion atteint des sommets sur les marchés, la contribution de l’« alpha » (sélection de titres) constitue une plus large part du rendement global, lequel jusqu’alors était monopolisé par le beta (facilement répliquable par les ETFs low cost). Mais le défaut fondamental des instruments passifs réside dans le fait qu’ils ne peuvent offrir à eux seuls une vraie diversification qui forme le cœur d’un investissement performant.

Marchés Financiers: 

La vente à découvert des vendeurs « d’Hope-ium »

par James Chanos, Portfolio Manager chez AB Kynikos Portfolio

Dans le cadre des enseignements que je dispense sur l’histoire de la fraude financière, j’aborde souvent un point intéressant avec les étudiants : le fait que le « cycle de la fraude » réplique le cycle financier, mais avec un décalage. Plus une période haussière se prolonge dans le temps, plus les fraudeurs ont besoin de faire du bruit ; ils communiquent davantage, gonflent leurs résultats prévisionnels et font étalage de leurs comptes. Et c’est précisément ce phénomène que nous observons en ce moment aux États-Unis.

Marchés Financiers: 

2018 : Rotation des risques et réduction des risques dans la foulée

par Pascal Blanqué, CIO Groupe, et Vincent Mortier, CIO adjoint Groupe chez Amundi

« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements qu’ils portent sur les choses », Epictète

Nous pensons que l’année 2018 marquera la transition d’une phase de reflation à plein régime, orientée à la hausse pour les actifs risqués (les obligations d’entreprise et les actions) vers un stade avancé du cycle des marchés financiers. Cela pourrait avoir des conséquences considérables pour les investisseurs.

Marchés Financiers: 

Quel climat sur les marchés financiers en cette fin d'année ? Quelle allocation adopter ?

par Jean-Jacques Friedman, Directeur des Investissements et de la Gestion Sous Mandat chez VEGA IM

Bref rappel du climat économique des derniers mois : tous les instituts de prévision ont revu à la hausse leurs perspectives de croissance pour 2017 et 2018, engendrant une dynamique favorable; mieux, ces révisions haussières, très consensuelles, ont été affichées avec un assez fort degré de certitude, car non seulement la croissance est synchrone dans l’ensemble des zones géographiques mais elle repose aussi de plus en plus sur les investissements des entreprises.

Marchés Financiers: 

Focus sur la croissance des bénéfices des actions américaines

par Michaël Lok, Co-CEO Asset Management chez UBP

Malgré l’obstacle des valorisations élevées, les actions américaines ont généré, même en termes historiques, une solide performance de +17% en 2017 (à fin octobre). Ce résultat est lié à la croissance des bénéfices enregistrée par les sociétés américaines (+11%) et, à la surprise générale, aux ratios cours/bénéfices (P/E) relativement stables bien qu’historiquement élevés. Dans le contexte des cycles économiques remontant à 1950, l’année 2017 est caractéristique de la performance des actions américaines au milieu d’un cycle d’expansion économique.

Marchés Financiers: 

Donald Trump, année 2 : cinq sujets à surveiller

par Michael Grady, Economiste senior chez Aviva Investors

La première année de mandat du Président des États-Unis, Donald Trump, s’est avérée pour le moins capricieuse. Suscitant parfois l’espoir d’une nouvelle ère de domination économique et industrielle pour les États-Unis, le Président a également instauré un climat de défiance à l’égard des relations avec les partenaires commerciaux et les alliés de longue date des États-Unis.

Les marchés financiers américains ont réagi favorablement à l’avènement de Donald Trump, mais semblent avoir occulté ses défauts. Les indices actions se sont hissés à des niveaux record, sans mouvement brutal du côté des taux d’intérêt. Après une période de dépréciation sur les trois premiers trimestres de l’année 2017, le dollar s’est finalement stabilisé face aux principales devises internationales.

Que peuvent attendre les marchés de la deuxième année de mandat de Donald Trump ?

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS