Marchés Financiers

-A +A

Sagesse romaine et marchés financiers

par Philippe Weber, Responsable des études et de la stratégie chez CPR AM

« Il est doux, quand sur le grand océan les vents troublent les flots, de regarder de la terre la grande peine d’autrui » : ainsi s’exprimait Lucrèce, il y a un peu plus de deux mille ans (José Artur, plus récemment, résumait cela plus sommairement en « Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de vous », mais c’est un autre sujet).

On est un peu tenté d’appliquer cette maxime aux économistes, et peut-être, qui sait, aux banquiers centraux, observant les tumultes financiers récents dans la tranquillité, qu’on imagine pourtant relative, de leurs bureaux. Non qu’ils doivent s’en désintéresser, mais parce qu’il leur semble, peut-être à tort, être sur la terre ferme face aux éléments déchaînés.

Marchés Financiers: 

BCE : des mesures ambitieuses après la déception de décembre dernier

par Laurent Geronimi, Directeur de la Gestion Taux chez SwissLife Banque Privé

Les mesures ambitieuses annoncées par la BCE illustrent sa volonté d'agir pour soutenir l'économie de la zone euro. Après la déception de décembre dernier, le climat avant le discours de Mario Draghi reflétait une ambiance d'attente. Les marchés prévoyaient encore un coup de pouce de la BCE sans n'avoir plus confiance dans l'efficacité économique des mesures qu'elle pourrait, éventuellement, prendre. Quoiqu'il en soit, mieux valait dans le contexte présent que Mario Draghi trouve les moyens de surprendre agréablement plutôt que l'inverse.

Retour sur les faits :

La Banque centrale européenne (BCE) a :

Marchés Financiers: 

Etats-Unis, Europe, Asie : la croissance des résultats des sociétés ralentit

par Yves Maillot, Directeur Gestion actions européennes chez Natixis Asset Management

La saison des publications de résultats pour le quatrième trimestre 2015 est bien avancée en Europe (56 % des sociétés ont publié en cette fin février) et se trouve quasiment achevée au Japon et aux États-Unis (90 % des sociétés ont publié), permettant ainsi de boucler les chiffres pour l’exercice 2015. Que retenir de ces publications ?

1. Sur le marché américain, 75 % des sociétés du S&P 500 ont battu les estimations initiales de bénéfice par actions (BPA). Cela étant, on connaît l’habileté outre-Atlantique à faciliter le dépassement des prévisions et, par ailleurs, notons que la croissance des BPA du quatrième trimestre est la plus faible enregistrée depuis 2009, avec une évolution sur 12 mois glissants de - 7 % (- 1 % hors secteur énergie).

Marchés Financiers: 

Marchés actions émergents : des opportunités d’investissement à saisir dans le secteur bancaire

par Glen Finegan, Directeur de la gestion actions pays émergents chez Henderson Global Investors

Les actions de nombreuses banques des pays émergents ont enregistré une performance relativement médiocre en 2015. Le fort niveau d'endettement des banques associé au risque accru de créances douteuses en période de stress économique en fait un secteur difficile pour les investisseurs qui préfèrent dormir sur leurs deux oreilles.

Marchés Financiers: 

Quand trop de protection tue la protection

par Barnard Agulhon, head of regulatory affairs chez Amundi

L’objectif central du projet de Capital Market Union est celui de la relance du financement de l’économie réelle par le marché financier. Pour être durable, cette substitution partielle au rôle majeur qu’occupent aujourd’hui les banques dans le financement de l’économie européenne doit s’appuyer sur un recours beaucoup plus marqué à l’épargne des ménages. En effet, cet investissement des ménages peut apporter au marché une stabilité que les institutionnels – surtout étrangers – n’apporteront jamais. Cependant, faire revenir les ménages sur le marché financier constitue un réel défi si l’on en juge par la baisse de la part des ménages dans le capital des sociétés européennes observée depuis plus de dix ans.

Marchés Financiers: 

Marchés actions Europe : il vaudra mieux éviter de répliquer l’indice en 2016

par John Bennett, Directeur Actions Européennes d’Henderson Global Investors

La Chine sera cette année l’une des principales menaces auxquelles les investisseurs sur les actions européennes seront confrontés. Nous pourrions, en cas de dévaluation majeure, assister à une grave récession au niveau mondial. C’est pourquoi mes perspectives n’ont jamais été aussi prudentes au cours des six dernières années. Cela fait quelque temps déjà que nous nous trouvons face à un marché baissier. Celui-ci a vu le jour au cours du printemps 2015 et s’étend désormais au reste du marché, des pays émergents aux matières premières en passant par les valeurs ‘défensives’ et maintenant les valeurs cycliques.

Marchés Financiers: 

Craintes et fragilité

par Valentijn van Nieuwenhuijzen, Directeur de la stratégie et du Multi-Asset chez NN Investment Partners

Au début de l’année, la volatilité des marchés a de nouveau augmenté en raison des craintes grandissantes relatives à la faiblesse de la croissance chinoise, aux tensions géopolitiques et à un nouveau repli des prix pétroliers. Bien qu’une grande partie des mauvaises nouvelles soient déjà intégrées dans les cours, nous préférons conserver un positionnement prudent.

Marchés Financiers: 

Les banques européennes sous pression

par Yann Goffinet, Analyste financier senior 
chez Pictet Wealth Management

Les fortes ventes de titres financiers européens de ces dernières semaines ont suscité des craintes de nouvelle crise bancaire. En fait, la sous-performance des banques européennes par rapport au marché actions européen est très comparable à celle des banques américaines vis-à-vis de leur marché boursier, ce qui laisse penser que les problèmes auxquels sont confrontés les établissements européens n’ont rien de particulier. Le secteur bancaire n’en reste pas moins vulnérable aux pressions sur les attentes bénéficiaires résultant de craintes plus générales quant à la situation économique dans le monde, craintes qui continueront de peser sur les titres bancaires.

Pressions renouvelées sur les banques

Trois nouvelles causes de dégradation des résultats des banques européennes et américaines sont apparues au cours de ces dernières semaines:

Marchés Financiers: 

Marchés obligataires : un cocktail macroéconomique qui appelle à la sélectivité

par Ariel Bezalel, Gérant du fonds Jupiter Dynamic Bond chez Jupiter AM

L’économie mondiale se débat dans un monde sans croissance et cela devrait durer encore un certain temps. Les investisseurs devraient s’adapter à cette nouvelle réalité, alors même qu’ils doivent affronter d’autres défis : un dollar qui ne cesse de se renchérir et l’effet dévastateur que cela a sur les marchés émergents, la contagion aux pays développés et la détérioration des fondamentaux américains due au retournement de cycle du crédit. D’un autre côté, les perspectives économiques européennes s’améliorent, aidées en cela par une politique monétaire accommodante. Trouver des opportunités d’investissement est un exercice délicat dans un tel contexte. Devant tant d’incertitudes, il faut se concentrer sur la qualité et la liquidité.

Marchés Financiers: 

Les quatre peurs du marché

par Matthieu Grouès, Directeur des Gestions, avec la contribution de Julien-Pierre Nouen, Analyste-stratégiste et Scander Bentchikou, Analyste des valeurs financières chez Lazard Frères Gestion

La violence de la correction actuelle sur les marchés (-16% sur l’Euro Stoxx depuis le début d'année(1)) a pris de nombreux acteurs par surprise, nous y compris. Face à ce genre de mouvements, notre réponse est d'essayer de comprendre les craintes des marchés et de voir si celles-ci sont justifiées. Rien ne serait plus dommageable pour la performance de long terme des portefeuilles que de vendre après une forte baisse et passer à côté d’un éventuel rebond si ces craintes se révèlent infondées.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS