Marchés Financiers

-A +A

Marchés obligataires: une crise brutale endiguée par les banques centrales

par Christel Rendu de Lint, Responsable de la gestion obligataire à l'Union Bancaire Privée (UBP)

Les marchés obligataires, comme les marchés actions, ont connu une correction très soudaine au cours des dernières semaines. Les interventions de la Fed et des autres banques centrales permettent néanmoins d'assurer la liquidité du marché et de contenir la crise.

En seulement quelques semaines, la soudaineté de la crise sanitaire a provoqué une correction d’une rapidité sans précédent sur les marchés financiers. Par certains aspects, le mouvement a même été plus brutal que lors de la grande crise de 2008/2009. Les mouvements ont été amplifiés par une angoisse et une émotion mondiales accompagnant ce double choc sanitaire et économique.

Marchés Financiers: 

Bons du Trésor américain : une protection efficace en des temps troublés

par Jerome Nunan, Directeur des investissements Multi-Asset chez Aviva Investors

Au cours du mois écoulé, les schémas de corrélation entre les classes d’actifs n’ont pas évolué de manière traditionnelle. Nous avons notamment observé des périodes durant lesquelles les rendements des bons du Trésor américain ont augmenté (leur valeur a donc baissé), alors que les marchés actions corrigeaient. Pourquoi les investisseurs ont-ils abandonné les actifs refuges alors que les marchés enregistraient leur plus forte baisse depuis 40 ans ?

La réponse à cette question tient à la fuite des investisseurs vers l’actif refuge par excellence : les liquidités.

Marchés Financiers: 

Perspectives T2 2020 : au cœur de la tempête

par Sébastien Galy, Stratégiste Macro Senior chez Nordea Asset Management

L’économie mondiale entre dans la tempête, et les investisseurs peuvent s’attendre à traverser une période très difficile avant une amélioration qui devrait arriver au deuxième semestre avec le rebond de l’économie chinoise. Une lueur d’espoir illumine cette morne plaine, à savoir l’effondrement des cours du pétrole. Cette baisse ne sera pas d’un grand secours à court terme vu le grand nombre de personnes confinées chez elles, mais elle finira par être bénéfique au moment du rebond économique. Nous nous attendons à ce que l’économie mondiale entre en récession au 2e trimestre et en sorte d’ici à la fin de l’année. Face à cette crise sans précédent depuis la deuxième Guerre mondiale, les perspectives pour le 2e trimestre sont difficiles.

Marchés Financiers: 

Les résultats vont baisser oui, mais de combien ?

par John Plassard, Spécialiste en investissement chez Mirabaud

Si tout le monde síaccorde bien sur un fait, cíest celui de dire que les rÈsultats díentreprises vont fortement décélérer à cause de la crise du Covid-19. Baisse de la demande, interruption de la chaîne de production ou encore effondrement du prix du baril de pétrole, la tendance a rarement été aussi mauvaise en début d’année. La question est cependant de savoir de combien peuvent baisser les revenus ou encore la croissance des bénéfices. Synthèse et analyse.

a. Les faits

Rarement un début d’année aura apporté autant díincertitude concernant les rEésultats di’entreprises : abandon des objectifs annuels, réductions des estimations de bénéfices ou encore mises au chômage (partiel ?) di’une part de force vive à cause du coronavirus.

Marchés Financiers: 

Le marché progresse mais l’épidémie aussi

par Vincent Boy, Analyste marché chez IG France

Les indices américains ont progressé une nouvelle fois alors que les mauvaises nouvelles continuaient d’affluer. Les compagnies aériennes sont au bord du gouffre, la banque mondiale abaisse ses perspectives de croissance en Chine et en Asie au niveau global et le nombre de cas aux Etats-Unis progresse plus vite que n’importe quel autre pays dans le monde.

La Banque Mondiale (World Bank) anticipe maintenant un taux de croissance du PIB des marchés émergents entre 2,1% et -0,5%, tout en précisant que des estimations restent difficiles étant donné le rapide changement de la situation. Ces perspectives sont à comparer à une croissance du PIB de 5,8% observé en 2019.

Marchés Financiers: 

Conséquences du COVID-19 pour l’économie et les marchés financiers

par Marc Brütsch, Chief Economist, et Michael Klose, CEO Third-Party Asset Management chez Swiss Life Asset Managers

Outre son coût humain dramatique, l’épidémie de coronavirus est à l’origine d’une récession mondiale en 2020. La volatilité des marchés a atteint des niveaux jamais vus depuis le plus haut de la crise financière. Nous présentons ici nos scénarios économiques révisés pour 2020 ainsi que les facteurs susceptibles de faire basculer le sentiment des investisseurs.

Marchés Financiers: 

Entreprises et coronavirus

par Nina Lagron, CFA, Head of Large Cap Equities chez La Française AM

Quels sont les secteurs ou les entreprises qui pourraient tirer avantage de la pandémie de coronavirus ?

Nous pensons que l'effet le plus important se fera sentir dans le secteur de la technologie, car la digitalisation va jouer un rôle majeur dans le monde de l'après-Covid-19.

Nous pensons que les hyperscalers, les opérateurs de centres de données, les concepteurs de logiciels d'infrastructure de communication, les entreprises spécialisées dans la cybersécurité, les fournisseurs de jeux en ligne et autres fournisseurs de divertissements en streaming, l'apprentissage en ligne ainsi que les entreprises proposant de reproduire des activités de plein air en intérieur seront les principaux bénéficiaires de la période de confinement actuelle.

Marchés Financiers: 

Cette contraction subite de l’économie est susceptible de créer des réactions en chaîne

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des Gestions chez OFI AM

L’épidémie de Coronavirus vient frapper de plein fouet une économie mondialisée qui était en voie de redressement. Elle révèle également une assez grande impréparation dans la manière de gérer des crises sanitaires de grande ampleur (avec quelques différences toutefois selon les pays). Ses conséquences seront très importantes, même si cette crise a une date d’expiration : elle se terminera quand la propagation du virus sera endiguée et/ou quand on aura trouvé un vaccin. Le problème, c’est qu’on ne sait pas quand, et on a du mal à estimer les dégâts économiques qu’elle aura causés.

A long terme, les modes de pensée et d’organisation de nos sociétés seront très certainement revus. A plus court terme, les conséquences économiques et financières seront très importantes.

Marchés Financiers: 

Les implications du Covid-19 pour les actifs réels

par Chris Urwin, Directeur de la recherche, Actifs Réels, chez Aviva Investors

Fondamentalement, les économies fonctionnent sur la base de la relation entre l’offre, la demande et le financement. L’épidémie de coronavirus (Covid-19) a donné lieu à des chocs simultanés sur les trois composantes en entraînant des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, une forte baisse de la consommation et d’importants obstacles pratiques à la conduite des affaires dans tous les secteurs manufacturiers et des services.

Une récession est probable et la production européenne devrait fortement se contracter

Marchés Financiers: 

Garder une véritable discipline d’investissement est crucial

par Rebecca Chesworth, Stratégiste ETF actions chez SPDR

Ce qui retient l'attention ici, c'est la rapidité avec laquelle ce krach s'est produit, et ce, quelques semaines seulement après des sommets historiques. La crise provoquée par le virus COVID-19 a fait basculer la plupart des indices boursiers mondiaux, mettant notamment fin au plus long rallye haussier des actions américaines historiquement enregistré.

Les actions sont devenues encore plus volatiles ces derniers jours. Le S&P 500 a par exemple perdu de 9% le jeudi 12 mars, puis regagné 9% le vendredi 13 avant de reperdre 12% le lundi 16 mars. C’est la première fois depuis 1929 que le S&P enregistre trois mouvements consécutifs de 9% (ou plus) à la hausse ou la baisse sur plusieurs jours consécutifs. Trois jours, c'est le record.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS