Marchés Financiers

-A +A

Les méga sociétés offrent-elles des méga opportunités ?

par Ad van Tiggelen, Stratégiste senior chez ING Investment Management

Les méga sociétés pèsent plus lourd que la plupart des pays. Plusieurs entreprises pharmaceutiques, alimentaires, pétrolières et technologiques affichent ainsi des revenus annuels de plus de 50 milliards de dollars, ce qui excède le PIB de plus de deux tiers des pays au monde. Exceptionnellement, ces méga sociétés ont mieux performé que l’ensemble des marchés d’actions au cours des 12 derniers mois. Une performance rare car leurs cours ont été à la traîne presque sans interruption depuis la fin des années 1990. Est-ce le début d’une nouvelle tendance ?

Marchés Financiers: 

Le second semestre sera plus faible, pénalisé par l’absence de la reprise asiatique

par Cédric de Fonclare, gérant actions du fonds Jupiter European Opportunities

Alors que nous entrons dans la saison des annonces de résultats pour le premier semestre 2012, bon nombre d’analystes s’attendent à voir une croissance plus faible des chiffres d’affaires des entreprises, avec toutefois une certaine résistance de leurs profits.

En effet, tandis que l’économie mondiale a ralenti et que les volumes ont chuté, les prix de l’énergie et des matières premières ont également baissé du fait d’une demande moindre et d’une surabondance de gaz de schistes aux Etats-Unis. Jusque-là, les résultats semestriels sont conformes aux attentes, bien que les prévisions pour le second semestre soient plus faibles. La visibilité sur les profits futurs a aussi baissé, alors que la reprise attendue des économies asiatiques, telles que la Chine ou l’Inde, tarde à se matérialiser.

Marchés Financiers: 

La zone euro devrait continuer à subir les affres de sa crise de la dette

par Nicolas Didelot, Investment Solutions Group EMEA chez State Street Global Advisors

Après la reprise des marchés financiers en début d’année, sur fond de renégociation de la dette grecque, le second trimestre a de nouveau été balayé par le spectre de la crise. Des indicateurs économiques en léger retrait en Chine et voilà que tous les espoirs placés dans l’Empire du Milieu sont comme anéantis.

Un léger ralentissement de la croissance (à 7,5% en base annuelle tout de même) et on craint le pire pour les entreprises mondiales dont le salut ne semble plus dépendre que de la dynamique chinoise, seule véritable locomotive de l’économie mondiale. Les matières premières ont ainsi essuyé un sérieux revers sous le poids de l’incertitude concernant leur principal foyer de demande. Le pétrole WTI s’est ainsi effondré de près de 27% en moins de 2 mois, repassant sous la barre des 80 USD le baril.

Marchés Financiers: 

Les sociétés de qualité peuvent-elles survivre dans un contexte politique volatile ?

par Tim Stevenson, gérant du Horizon Pan European Equity Fund chez Henderson Global Investors

L’incapacité des dirigeants européens à adopter une approche commune et décisive face aux difficultés économiques est aujourd’hui évidente. Il semble que ces derniers agissent plus dans l’objectif de se faire réélire lors de prochaines élections, dans 5 ou 6 ans, plutôt que de laisser un héritage durable pour les prochaines générations. Aucun de ces dirigeants n’a été élu dans le cadre d’un mandat européen, ce qui entraîne tout naturellement une disparité entre leur position et le rôle pour lequel ils ont été choisis, à savoir : « Sauver l’Europe ».

Marchés Financiers: 

Le scénario négatif semble tellement évident

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

La gestion catastrophique de la situation européenne a créé un sérieux trouble qui commence à se diffuser au reste du monde. L’économie ralentit partout alors que les entreprises s’apprêtent à publier leurs comptes semestriels. Alors, nouvel été agité ?

Marchés Financiers: 

Oublions la situation macro-économique : investissons dans les sociétés européennes !

par Richard Pease, Gérant Actions européennes chez Henderson Global Investors

Plutôt que de faire des suppositions sur l’évolution de la situation macro-économique, parlons des sociétés ! Plus que jamais, les valorisations reflètent les sombres perspectives macro-économiques. Or les investisseurs sont tellement préoccupés par la crise de l’Euro qu’ils en oublient presque que certaines entreprises d’envergure internationale sont européennes.

Marchés Financiers: 

Etats-Unis : vers un QE 3 ? Zone euro : Drachmatisation ?

par Koen Van de Maele, Responsable de la gestion obligataire, Nicolas Forest, Responsable de la stratégie des taux, et Isabelle Rome, Responsable de la stratégie Crédit chez Dexia AM

Après une remontée des taux longs au premier trimestre, les dernières semaines ont été marquées par une appréciation générale des bons du trésor américain. La sous-performance des actifs risqués combinée à de mauvaises surprises économiques expliquent cette baisse continue des taux longs. Le taux à 10 ans a ainsi effacé son précédent record de 1,78 % et s’établissait désormais au niveau historique de 1,55 % fin mai.

Marchés Financiers: 

Les obligations d’entreprise prêtes à figurer au premier plan

par Hans Stoter, Directeur de la gestion Crédits chez ING IM

L’approche traditionnelle de l’allocation des actifs incite les investisseurs institutionnels à acheter des obligations d’État comme fond de portefeuille, tandis que des positions stratégiques et tactiques en actions – plus risquées – viennent les compléter afin d’améliorer le rendement global du portefeuille. Les investisseurs particuliers ont souvent une approche opposée : ils placent les actions au centre de leur portefeuille et y ajoutent des obligations d’État pour se protéger en cas de repli des marchés d’actions.

Marchés Financiers: 

Malgré la volatilité, plus d'opportunités sur les marchés actions

par Edward D. Perks, Directeur de la gestion de portefeuille Core/Hybride chez Franklin Equity Group

Les actions américaines ont affiché des performances solides au 1er trimestre 2012, qui a été le deuxième meilleur premier trimestre depuis dix ans pour l'indice S&P 500®. Sur la période de six mois clôturée à la fin du 1er trimestre 2012, le S&P 500 a gagné plus de 25%. Parallèlement, l'indice obligataire Barclays U.S. Aggregate a réalisé un parcours globalement neutre. Toutefois, les performances sont plus contrastées depuis la fin du 1er trimestre, les investisseurs s'inquiétant du ralentissement de la croissance américaine et des défis titanesques auxquels doit s'atteler l'Europe pour régler sa crise de la dette.

Marchés Financiers: 

La correction ouvre-t-elle des perspectives sur les marchés des actions

par Ken Van Weyenberg, Investment Specialist chez Dexia Asset Management

Une nette amélioration des statistiques macroéconomiques et l’effet positif des LTRO de la Banque centrale européenne sur la liquidité ont réveillé les marchés des actions au début de l'année. Après ce classique rebond sur fond de disponibilité de liquidités, les marchés ont cependant déjà fortement corrigé, entraînant des opportunités d'achat pour l'investisseur à long terme ?

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS