Marchés Financiers

-A +A

Etats-Unis : « Let’s Do The Twist », Zone euro : la BCE dernier rempart

par Koen Van de Maele, Responsable de la gestion obligataire, Nicolas Forest, Responsable de la Stratégie des Taux et Isabelle Rome, Responsable de la Stratégie Crédit chez Dexia AM

Etats-Unis : « Let’s Do The Twist »

Les bons du trésor américain ont poursuivi leur rally avec un rendement annualisé de près de 9 % depuis janvier 2011. Le taux américain à 10 ans a ainsi inscrit un nouveau record, en atteignant le niveau historique de 1,67 %. Des mauvais chiffres macroéconomiques combinés à un faible appétit pour le risque ont largement entretenu cette appréciation des obligations d’État américaines.

Marchés Financiers: 

Zone d'ombre

par Frédéric Buzaré, Responsable de la gestion Actions chez Dexia Asset Management

Il se peut que la crise soit parvenue à un tournant. Les investisseurs ont à présent l'espoir qu'une solution pour sortir de la crise souveraine se profile et que cette solution soit annoncée avant la réunion du G20 qui se tiendra à Cannes début novembre. Ils attendent une stratégie précise. La réponse politique qui se met actuellement en place pourrait s'avérer plus agressive mais ceci ne signifie pas pour autant que nous sommes tirés d'affaire.

Marchés Financiers: 

Microfinance : un grand geste pour un petit prêt

par George Latham, Responsable Gestion ISR chez Henderson Global Investors

« Tous les microfinancements n’engendrent pas des contributions sociales positives. La responsabilité sociale du processus d’emprunt et la diversification sont primordiales pour la réduction du risque financier et l’obtention de résultats financiers durables. »

Début juillet, nous avons reçu, dans les délais, la confirmation du remboursement intégral du produit de titrisation en microfinance DWM (XXEB) 7.117 11. Il s’agit d’un investissement obligataire dans le fonds de microfinance DWM (Developing World Markets) que nous avons réalisé pour le compte d’un de nos fonds ISR il y a cinq ans.

Marchés Financiers: 

Le pire n’est pas certain, mais le marché l’intègre déjà

par François-Marie Wojcik, Président de Métropole Gestion

La permanence de la méthode permet d’affronter toute période boursière avec sérénité, cela se vérifie encore une fois dans la tourmente actuelle. Sur les deux derniers cycles boursiers, notre travail de valorisation des entreprises nous a toujours signalé des bornes d’intervention qui se sont révélées payantes.

Aujourd’hui, nous cherchons à détecter des titres dont la valorisation boursière intègre déjà le pire, un retour en récession - soit le niveau d’activité de 2009 - et ce que cela impliquerait pour leur marge et leur bilan. Le mouvement de cet été a été si brutal, qu’aujourd’hui de nombreuses sociétés sont dans ce cas. Par exemple pour Schneider, même si le chiffre d’affaires baissait autant qu’en 2009, au cours actuel la société serait encore décotée de 10%. Un retour en récession est donc déjà dans les cours.

Marchés Financiers: 

Les marchés intègrent un scénario de récession globale

par Pascale Auclair, directeur général LFP, Michel Didier, président du Conseil d' Orientation Stratégique et Joël Konop, responsable Gestion Diversifiée à la Française AM

Après l’effondrement des bourses occidentales et le chaos sur l’ensemble des classes d’actifs risqués observés cet été, septembre voit l’épicentre des inquiétudes se déplacer très nettement des pays développés – Etats-Unis mais surtout Europe – vers les zones émergentes.

Les marchés actions américain et européen soufflent en opérant une phase de consolidation baissière d’amplitude mesurée (autour de -5 %), tandis que les marchés émergents, bourses et devises, cèdent brutalement au pessimisme et opèrent un violent rattrapage à la baisse. Les indices Bovespa (Brésil) ou Hang Seng (Chine), s’affichent ainsi à -25 % YTD, en ligne avec le repli annuel des indices européens.

Marchés Financiers: 

Les marchés fermés aux bonnes nouvelles ?

par Ryan Hughes, gérant chez Skandia Investment Group (SIG)

L’été 2011 s’est avéré être le pire trimestre pour les marchés actions depuis 10 ans. Pas vraiment le meilleur moment pour louer les vertus des marchés actions et ses opportunités... Néanmoins l’histoire nous dit que le bon moment pour acheter des actions, c’est justement celui qui précède les bonnes nouvelles. Il suffit ensuite d’espérer que le timing soit effectivement le bon et que les pires nouvelles soient passées.

Marchés Financiers: 

Les meilleurs secteurs pour faire face à la crise

par Ken Van Weyenberg, Investment Specialist Private Clients chez Dexia Asset Management

Les marchés d’actions ont connu un été agité et leur mouvement de correction n'est pas terminé. Dans ce contexte, les investisseurs en actions se tournent vers les secteurs défensifs, capables de résister dans un environnement incertain.

La correction des marchés d’actions de cet été a réellement débuté après l’abaissement de la notation des États-Unis par Standard & Poor’s et la révision à la baisse de la croissance économique américaine à seulement 0,4 % pour le premier trimestre 2011. Parallèlement, les notations de crédit de l'Espagne et du Portugal ont également été fortement dégradées. Tous ces éléments ont conduit à des pertes énormes sur les marchés d’actions au cours d’un mois d’août catastrophe, allant d’un recul de 10,73 % pour le MSCI Europe à une chute de près de 20 % pour l’indice allemand Dax.

Marchés Financiers: 

Ne jouons pas à pile ou face !

par Lorenzo Ballester, Directeur Général CCR Asset Management

Après un été meurtrier sur les marchés financiers, qui aura vu l’indice Euro Stoxx 50 perdre près d’un tiers de sa valeur, les investisseurs de retour de vacances sont confrontés à des choix difficiles.

D’un côté, la brutale correction des actifs risqués a créé des opportunités, que l’investisseur optimiste pourra être tenté d’essayer d’exploiter. Si nous sommes au bas d’une correction de milieu de cycle, si nous évitons le retour en récession, il faut reprendre du risque maintenant, afin de « se refaire » : tout sur le rouge ! De l’autre côté, l’investisseur pessimiste pourra agiter le spectre de la récession, du retour de la crise financière, et décider qu’il faut se positionner le plus défensivement possible, et « jouer à la baisse ». Tout sur le noir !

Marchés Financiers: 

Le pessimisme devient très consensuel

par Jean-Marie Mercadal, directeur général adjoint en charge des gestions chez OFI AM

Le choc boursier de ces dernières semaines a été violent et fait craindre le pire, à savoir une « crise systémique ». Ce scenario est désormais très largement répandu…

Dans la période actuelle, notre travail de conseil en allocation d’actifs est très difficile. Nous savons évaluer les classes d’actifs les unes par rapport aux autres et construire des stratégies d’investissement en fonction des prévisions économiques et de l’évolution des taux d’intérêt. En revanche, nous avons du mal à identifier l’ampleur des chocs de confiance et des violentes ruptures boursières qu’ils provoquent.

Dans ces cas là, il n’est pas évident d’avoir une vue rationnelle de construction de portefeuille tant le pessimisme domine tout. Et il est vrai que les sujets de préoccupation ne manquent pas (même s’ils ne sont pas nouveaux) :

Marchés Financiers: 

La Fed abaisse la structure des taux d’intérêt

par Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis Asset Management

Lors de sa réunion des 20 et 21 septembre, la Federal Reserve américaine a décidé d'intervenir sur les taux d'intérêt afin d'aplatir encore davantage l'ensemble de la courbe des taux d'intérêt. Elle a aussi décidé de réallouer les recettes issues des actifs titrisés qu'elle a en portefeuille vers le marché du financement de l'immobilier.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS