Marchés Financiers

-A +A

Traverser une potentielle guerre commerciale

Avec des marchés boursiers mondiaux qui s'effondrent avant de présenter une reprise en forme de V à la veille de Pâques, les experts en investissement de GAM donnent leur avis sur la probabilité et les conséquences potentielles d'une guerre commerciale initiée par les États-Unis.

Marchés Financiers: 

Simple consolidation ?

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Pour la première fois depuis presque 2 ans, les grands indices actions viennent de reculer
de plus de 10 % en quelques semaines. Les sujets de préoccupation ne manquent pas et
il y a même des relents de 1987
(« Twin deficits américains », risque de hausse des taux) et
de 2000 (bulle technologique). Simple consolidation normale après une année 2017 atypique
et particulièrement peu volatile ? Ou est-ce le début d’un marché plus durablement baissier, pratiquement 9 ans jour pour jour après le point bas des marchés qui a suivi la crise de 2008/2009 ?

Marchés Financiers: 

Les investisseurs obligataires doivent se préparer à la volatilité en 2018

par James McAlevey, Gérant de portefeuille senior chez Aviva Investors

La volatilité fait son retour début 2018, après une longue période de calme. Les marchés boursiers ont fortement chuté au cours de la deuxième semaine du mois de février et l’indice CBOE VIX - connu sous le nom du « baromètre de la peur » qui suit la volatilité des actions - a connu son plus haut niveau depuis 2015.1

Marchés Financiers: 

Rebond en vue pour les actions japonaises ?

par François Millet, Responsable du Développement Produits ETF et Gestion indicielle chez Lyxor ETF

Nous écrivions il y a peu qu'en matière d'actions, tout se jouerait probablement en Asie cette année, particulièrement au Japon. La politique accommodante de Shinzo Abe, la mise en œuvre de la réforme de la fiscalité des entreprises et les négociations salariales (le Shunto) ont constitué des catalyseurs importants.

De nombreux investisseurs ont partagé cette vision si l'on en croit la collecte record enregistrée depuis le début de l'année par les ETF actions japonaises (plus de 2 milliards d'euros à fin février). Mais la machine s'est grippée lorsque les marchés ont fait volte-face. À l'heure où nous écrivons ces lignes (le 15 mars), l'indice Nikkei a cédé plus de 4% par rapport au début d'année. Est-ce à dire que l'argument en faveur du pays du Soleil levant ne tient plus ?

Marchés Financiers: 

Pourquoi il est essentiel de diversifier son portefeuille dans le contexte actuel

par Ken Leech, Directeur des investissements, Western Asset management (filiale de Legg Mason)

Ces deux dernières années, le sentiment de marché est passé d’une situation de « stagnation séculaire » pessimiste à l’enthousiasme actuel marqué par la « reflation ». En ligne avec un scenario optimiste, nous avons privilégié les secteurs à spread les plus rémunérateurs. Cependant, en dépit de l’optimisme du marché à l’égard de l’accélération de la croissance, il est essentiel de continuer de se protéger contre de potentielles mauvaises surprises.

« Les seuls investisseurs qui n’ont pas besoin d’avoir recours à la diversification sont ceux qui ne se trompent jamais. » John Templeton

Marchés Financiers: 

Obligations à taux variables : comment gérer un environnement de taux changeants

par Christian Reiter, Portfolio Manager Deutsche Floating Rate Notes chez Deutsche AM

L’attention des investisseurs est de nouveau focalisée sur la hausse de l'inflation, et plus particulièrement sur la réaction des banques centrales face à ce phénomène. La hausse des taux d’intérêt aurait en effet un impact considérable sur les obligations détenues par les investisseurs en faisant baisser leur valeur : si ces titres sont revendus avant l'échéance, les transactions pourraient se faire à pertes.

Marchés Financiers: 

Alors qu’une hausse de 25 bp des taux parait acquise, la Fed est attendue sur sa « forward guidance »

par Franck Dixmier, Directeur des gestions obligataires chez Allianz GI

La réunion du FOMC de la semaine prochaine est très attendue. L’attention devrait se focaliser non pas tant sur la probable annonce d’une hausse de taux de 25bp - déjà anticipée par les marchés - que sur la teneur du discours de la Fed : la banque centrale devrait en effet communiquer ses nouvelles prévisions de croissance et d’inflation, ainsi qu’une mise à jour de la fameuse « dot chart », qui photographie les anticipations de taux des gouverneurs.

Depuis la fin de l’an dernier, la vigueur de l’économie américaine ne s’est pas démentie. Les créations d’emplois se sont accélérées, avec plus de 550.000 emplois créés au cours des deux premiers mois de 2018, et ce dans un contexte de hausse maîtrisée des salaires : la forte hausse des salaires de janvier (+2,9% en glissement annuel) s’est tassée en février à +2,6%.

Marchés Financiers: 

Dette d’infrastructure : des perspectives mondiales

par Darryl Murphy, Directeur de la dette infrastructure chez Aviva Investors

La dette d’infrastructure, comme de nombreuses autres classes d’actifs ces dernières années, n’a pas échappé à la quête incessante de rendement des investisseurs. De fait, lorsqu’il s’agit de rechercher de la valeur sur le marché, il est préférable d’avoir accès à des opportunités aux niveaux national et international.

Marchés Financiers: 

Dette émergente en devise forte : la bonne allocation ?

par Warren Hyland, Gérant de portefeuille chez Muzinich & Co

Compte tenu de la détérioration des fondamentaux au sein de l’univers souverain, les investisseurs doivent-ils envisager de renforcer leur exposition aux obligations d’entreprises ?

L’univers obligataire des marchés émergents a considérablement changé depuis le début du siècle.

D’un marché principalement dominé par les émissions souveraines en devises fortes, la classe d’actifs est aujourd’hui plus diversifiée et les investisseurs sont désormais à même d’accéder aux marchés émergents via les émissions des États et des entreprises en devises fortes et locales, ainsi que via les devises émergentes uniquement.

Marchés Financiers: 

Le paradigme de faible volatilité s’achève : comment y faire face dans l’univers obligataire ?

par Witold Bahrke, Stratégiste chez Nordea Asset Management

La période de faible volatilité –illustrée par l’indice de volatilité VIX, également appelé indice de la peur, qui se base sur l’indice phare américain S&P500 – touche à son terme, à l’heure de vents monétaires contraires !

En février dernier, la correction boursière a retenti comme un puissant rappel : l’ère de la volatilité basse s’achève. Désormais, les risques de correction augmentent et cela ne concerne pas seulement les actions, mais également les marchés obligataires dont la volatilité s’est aussi accrue. Au vu de l’histoire macroéconomique, les vents contraires consécutifs aux mouvements de politiques monétaires devraient prendre de l‘ampleur à mesure que les avoirs en obligations d’Etat des grandes banques centrales vont diminuer d’ici la fin de l’année. Ceci devrait rendre le marché bien plus difficile en 2018 !

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS