Marchés Financiers

-A +A

2016 s’annonce plus compliquée… mais pas forcément négative

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

L’année financière 2015 s’achève sur un bilan globalement conforme aux attentes que nous avions formulées l’année passée à la même période. Seul le cheminement des marchés, beaucoup plus heurté depuis 6 mois, a été finalement plus difficile à anticiper. Quel scénario envisager pour 2016 ? Poursuite d’un environnement volatil sans tendance, voire plus négatif, ou reprise d’une tendance haussière plus marquée ? Notre Comité d’allocation d’actifs, qui s’est tenu ce lundi 21 décembre, a essayé de trancher, sans grande unanimité...

En effet, dans cet environnement complexe et « challenging », deux lectures s’opposent.

Marchés Financiers: 

La Fed relève enfin les taux, mais la saga continue

par Christophe Donay, Responsable de l’allocation d’actifs et de la recherche macroéconomique
de Pictet Wealth Management

La Fed a finalement décidé de relever ses taux d’intérêt maintenus jusqu’à présent à des niveaux historiquement bas. La réaction des marchés a été d’autant plus modérée que cette hausse très attendue avait déjà été intégrée dans les prix des classes d’actifs. Mais comme nous l’affirmons depuis longtemps, l’attention va désormais se porter sur le rythme et le calendrier de la suite du programme de resserrement monétaire, ce qui génèrera un regain de volatilité en 2016.

Comme prévu, mais après ?

Comme nous l’avions prévu, la Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé hier les taux d’intérêt à court terme pour la première fois en près de dix ans, augmentant la fourchette cible pour le taux des Fed funds de 25 points de base (pb) à 0,25-0,50%.

Marchés Financiers: 

« L’abondance ou la famine » continuera de bénéficier aux titres de croissance de qualité en Europe

par Tim Stevenson, Directeur Gestion Actions Europe (Croissance) chez Henderson Global Investors

L’Europe devrait rester, sur de nombreux points, extrêmement attractive en 2016. Les mesures d’assouplissement quantitatif mises en place aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Japon laissent à penser que les faibles taux d’intérêt (voire négatifs dans de nombreuses régions), l’affaiblissement de la devise et la reprise de la consommation permettront une croissance de 1,5% du PIB en Europe. Les activités de fusions-acquisitions augmentent, les bénéfices se reprennent sur de nombreux secteurs et les rendements des actions sont supérieurs à ceux des obligations.

Marchés Financiers: 

Le secteur de la santé de nouveau attractif après la correction

par Christophe Eggmann, Gestionnaire de fonds chez GAM

•  Après une correction marquée par les inquiétudes conjoncturelles et les débats autour des prix, la valorisation du secteur santé est de nouveau attractive.

•  Les géants de la pharmacie ont dégagé des bénéfices considérables au 3e trimestre et disposent de liquidités importantes.

Marchés Financiers: 

Des marchés actions émergents propices à la gestion de stockpicking

par Glen Finegan, Directeur de la gestion actions pays émergents d’Henderson Global Investors

La nervosité liée à la santé de l’économie chinoise a continué de se propager à travers le monde au cours du troisième trimestre. Les autorités chinoises ont, lors de ce qui est apparu comme un changement de politique important, dévalué le yuan afin de soutenir la croissance. Ceci a eu des répercussions négatives sur les pays exportant des matières premières et sur les pays développés, de nombreuses sociétés dépendant, pour leurs produits, de la bonne santé du marché chinois. Il est impossible de déterminer comment les principaux investissements effectués sur les obligations chinoises de ces dernières années ont été financés et un assainissement du secteur financier s’avérera peut être nécessaire.

Marchés Financiers: 

Ne jamais ignorer le taux d’équipement

par Gérard Moulin, Responsable de la Gestion Actions Europe chez Amplégest

L’analyse du taux d’équipement d’un pays pour un secteur ou un produit déterminé, fait partie intégrante du process de gestion PRICING POWER. Ce critère, lorsqu’il est favorable, permet d’investir sereinement, même si la macro économie est mauvaise. Pour illustrer ce propos, prenons l’exemple de la Chine, au travers de différents secteurs qui ne vont pas ou peu dépendre de l’économie globale.

Marchés Financiers: 

Les stratégies Multi-Asset offrent une alternative dans des marchés guidés par la liquidité

par Valentijn van Nieuwenhuijzen, Directeur de la stratégie et Responsable Multi- Asset chez NN Investment Partners

L'attractivité de l'investissement Multi-Asset repose en grande partie sur la faiblesse constatée des rendements. À la suite de la crise financière, les banques centrales du monde entier ont baissé leurs taux directeurs et pris des mesures non conventionnelles d'assouplissement quantitatif. Dans ce con- texte, nombre d'investisseurs ont fait naître un « marché de la liquidité » destiné à bénéficier de l'im- pact d'une forte abondance de liquidité sur les futurs rendements des différentes classes d'actifs.

Marchés Financiers: 

La crédibilité de la BCE : un point de repère rassurant pour des marchés déconcertés par la valse-hésitation de la FED

par Charles Bouffier, Directeur général délégué chez EGAMO

Les tendances à moyen terme des marchés financiers étant conditionnées par les évolutions macro-économiques fondamentales, les politiques monétaires (les discours, les décisions et les actes…) des Banquiers Centraux sont naturellement analysés attentivement par les gérants de mandats assurantiels, dans tous les cycles économiques et financiers.

Néanmoins, la crise financière puis économique séculaire qui a démarré en 2007 a encore renforcé l’attention portée par l’ensemble des acteurs de marché au comportement des Banques Centrales, considérées comme les détenteurs en dernier ressort d’une crédibilité mise à mal globalement par le scandale des Subprimes. Cette attention accrue augmente encore la responsabilité systémique des Banquiers Centraux, par le truchement d’une forme d’hyper-influence sur l’évolution des marchés à court terme.

Marchés Financiers: 

Allocation d’actifs en 2016 et au-delà : Chine et marchés émergents à quitte ou double

par Philippe Ithurbide, Directeur Recherche, Stratégie et Analyse chez Amundi

Deux périodes bien distinctes peuvent être évoquées s’agissant de 2015 : Un premier semestre au cours duquel les craintes de resserrement monétaire américain ont été largement absentes, dans des marchés financiers il est vrai, davantage sous l’influence de la BCE. En janvier, celle-ci a en effet décidé de mettre en œuvre un vaste programme de « Quantitative Easing » officiellement pour contrer les menaces de la conjoncture internationale et européenne sur la stabilité des prix. Durant cette période de faiblesse de l’euro, mais aussi de confirmation de la meilleure santé de l’économie européenne, la recherche de rendement (actions et crédit) et de spreads (crédit corporates et souverains) a dominé les allocations d’actifs.

Marchés Financiers: 

Le marché obligataire est toujours haussier

par Ariel Bezalel, Gérant du fonds Jupiter Dynamic Bond chez Jupiter Asset Management

Malgré tous les discours sur la normalisation de la politique monétaire, les taux d’intérêt resteront bas aussi longtemps que persisteront les pressions déflationnistes.

Depuis le début de l’année 2015, les analystes n’en finissent pas d’annoncer la fin de la hausse des obligations, ce qui nous semble quelque peu prématuré. Les tendances économiques dominantes suggèrent plutôt que cette hausse est loin d’être terminée et que la politique monétaire mondiale va rester accommodante pendant encore un certain temps.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS