Mondialisation

-A +A

Le commerce mondial, en marche arrière ?

par Marie-Hélène Duprat, Economiste chez Société Générale

La mondialisation est le fait dominant du monde de l’après-Guerre froide: elle a rendu les économies plus interconnectées et plus interdépendantes que jamais. La vague actuelle de mondialisation est la deuxième en l’espace de deux siècles. La première a commencé dans la première moitié du XIX siècle sous l’effet combiné de percées technologiques et de politiques commerciales libérales en Europe continentale. Elle s’est effondrée lorsque la Grande Dépression des années 1930 a fait le lit du protectionnisme.

Mondialisation: 

Chine-Afrique:
le mariage de raison va-t-il durer ?

par Carlos Casanova et Ruben Nizard, Economistes chez Coface

Sorti en juillet 2017, Wolf Warrior 2, est devenu le premier lm non hollywoodien à intégrer le top 100 au box-office mondial de tous les temps. Ce film d’action présente la Chine comme la protectrice de l’Afrique. Seulement quatre jours après la sortie du lm, la Chine a inauguré sa première base militaire à l’étranger sur la côte de Djibouti, matérialisant le message du lm. La Chine a manifesté un intérêt prononcé pour Djibouti, petit pays de la Corne de l’Afrique qui constitue un point d’entrée sur le continent, particulièrement depuis la tenue du premier Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC).

Mondialisation: 

L’économie mondiale tourne à plein régime

par Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas, Gérants associés chez Amplegest

La hausse des indices s’appuie sur un contexte macroéconomique favorable. Il n’y a pas d’excès ou de bulles préoccupantes à déplorer sur les marchés à court terme.

Mois après mois, le constat d’une croissance mondiale solide et synchronisée devient de plus en plus évident. Les risques régulièrement évoqués, fin du cycle américain, explosion de la bulle chinoise, déséquilibres européens, déflation japonaise, n’y font rien : l’activité mondiale progresse à un rythme soutenu.

Mondialisation: 

Le triomphe d’Abenomics

par Raphaël Gallardo, Stratégiste multi-assets Investissement et Solutions Clients chez Natixis AM

Le Japon a enregistré une croissance de 1.5% au 1er semestre, performance remarquable pour une économie dont le potentiel estimé ne dépasse pas 1%. L’expansion de l’économie japonaise s’appuie sur tous les moteurs de la demande privée: exportations, investissement productif, consommation des ménages.

La robustesse de cette phase de croissance tient au fait qu’elle n’est pas tirée par la seule embellie du commerce mondial, comme ce fut le cas de tous les faux-départs de l’économie nippone au cours des deux dernières décennies. Elle est le fruit des synergies unissant les trois flèches du programme Abenomics du Premier Ministre Shinzo Abe (stimulation budgétaire, expansion monétaire, réformes structurelles).

Mondialisation: 

Actions émergentes : priorité à la « diversification pays »

par Mathieu Nègre, Responsable Actions marchés émergents chez UBP

Les actions émergentes ont commencé à rattraper leur retard mais n’ont effectué qu’une partie du chemin. La diversification au niveau géographique reste un élément clé pour appréhender cette zone d’investissement.

Malmenées au cours des dernières années, les actions émergentes sont revenues dans l’orbite des investisseurs internationaux. Si le rebond s’est amorcé dès janvier 2016, le chemin effectué ne représente qu’une petite partie de la sous-performance enregistrée. Les valorisations n’atteignent pas des niveaux excessifs malgré la hausse de 30% du MSCI EM (Emerging Markets) depuis le début de l’année (chiffres arrêtés le 22 septembre), soit le double de la performance enregistrée sur le MSCI World sur la même période.

Mondialisation: 

Les yeux rivés sur la Chine

par Kim Catéchis, Responsable des marchés émergents chez Martin Currie, filiale de Legg Mason

Le 19ème Congrès du Parti communiste chinois marque le début d’un renouveau politique et économique pour le pays. Le Président chinois, Xi Jinping, présentera au monde la nouvelle composition de son gouvernement, consolidant ainsi son propre pouvoir et asseyant ses idées pour les cinq prochaines années.

Nous nous attendons à ce que le gouvernement évolue de manière plus unie et plus efficace que durant le premier mandat de Xi Jinping. Certains points clé du programme du Président prendront un ancrage plus solide dans le plan de développement de la Chine, renforçant ainsi l’impact et la postérité de Xi Jinping.

Mondialisation: 

Le XIXème Congrès du Parti communiste ou le sacre de M. XI Jinping

par Laetitia Baldeschi, Co-responsable des études et de la stratégie chez CPR AM

Le XIXème Congrès du Parti communiste chinois s’ouvre le 18 octobre. Que doit-on en attendre ? Le congrès du Parti communiste est le rendez-vous le plus important de la vie politique chinoise. Mais ce XIXe congrès revêt une importance toute particulière. En effet, il s’agit du congrès de mi-mandat du Président Xi : c’est usuellement le moment de consolidation du pouvoir du leader. Mais il s’agit également cette fois-ci d’un vrai renouvellement générationnel.

En effet, au sein du Bureau politique, qui réunit ving-cinq membres, organe décisionnaire du Parti, onze d’entre eux sont atteints par la limite d’âge (68 ans). Plus encore, au sein du Comité permanent du Bureau politique, cinq des sept membres doivent également quitter leurs fonctions. Ainsi une nouvelle génération de dirigeants va effectivement prendre les commandes du Parti et donc du pays.

Mondialisation: 

Le casse-tête américain : croissance en hausse et inflation en baisse

par William de Vijlder, Chef économiste chez BNP Paribas

Les enquêtes publiées cette semaine indiquent un raffermissement de la croissance aux Etats-Unis en septembre

Le repli de l’inflation sous-jacente n’est pas enrayé pour autant

Pour le marché obligataire et le marché des changes, le FOMC va se focaliser sur les indicateurs de croissance

Jusqu’où va le bonheur économique ? Plus loin qu’on ne le pense. C’est ce qui ressort des principales données des enquêtes publiées au début de mois et qui reflètent la dynamique économique de septembre. Alors que le PMI manufacturier mondial reste stable à 53,2, celui de la zone euro a grimpé à 58,1 (contre 57,4), un niveau qui se rapproche du pic de 60,5 atteint en avril 2000.

Mondialisation: 

Le tourbillon géopolitique

par Steen Jakobsen, Chef économiste chez Saxo Bank

La Réserve fédérale ayant fait le choix radical de substituer sa politique de QE par un QT, et la rhétorique géopolitique entre États-Unis, Corée du Nord et Iran, allant crescendo, l’heure n’est guère propice à la béatitude. Malheureusement, le monde s'est laissé bercer par une fausse illusion de sécurité et ignore encore les dangers auxquels nous devons faire face.

« La Fed est entrain de commettre une énorme erreur politique fondée sur son« espoir » que l'inflation évoluera selon le modèle réfutable de la courbe de Phillips. »

« Cette tentative de sortie de la Fed est un sujet de préoccupation mais la vraie question concerne notre outil de prédiction économique préféré, c’est à dire, l’impulsion du crédit, qui est entrain de s’effondrer. »

« Nous sommes enclins à croire que ce n’est pas en retirant la fameuse coupe à punch ‘the punch bowl’ qu’on mettra fin à la fête. »

Mondialisation: 

Rien ne saurait remettre en cause les perspectives de croissance

par Philippe Ithurbide, Directeur Recherche, Stratégie et Analyse chez Amundi

La situation économique a de quoi rassurer les marchés financiers : le Brésil et la Russie confirment leur sortie de récession, la croissance s’avère un peu plus solide que prévu en Chine, la zone euro maintient un rythme de croissance bien au-dessus de son potentiel, ainsi que le Japon dont la phase d’expansion est historiquement longue et forte. On parle désormais de normalisation des politiques de bilans de la BCE et de la Fed. Il ne faut pas croire que cela se fera rapidement, mais cette tendance prouve combien les banques centrales sont plus confortables avec le niveau de croissance. C’est en tout cas ce qui se passe en zone euro.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS