Mondialisation

-A +A

La révolution numérique indienne

par Tim Love, Directeur d'Investissement, stratégie actions émergentes chez GAM Investments

En Inde, le gouvernement et la banque centrale se sont donné pour mission d'améliorer l'accès au financement au sein de l'économie nationale.

Le système d'identification biométrique universel Aadhaar permet d'identifier 1,2 milliard d'Indiens par empreintes digitales, ADN ou scanner de la rétine.

Les efforts du pays pour numériser l'économie ont été déployés parallèlement au dépôt par le gouvernement du projet de loi sur la TVA.

Le potentiel de croissance de l'Inde reste énorme, selon les recherches – le pays pourrait devenir la troisième économie mondiale d'ici 2027

Mondialisation: 

Venezuela : à l’aube d’une nouvelle ère

par Alessandro Ghidini, Gérant stratégie obligations émergentes chez GAM Investments

Un changement de régime au Venezuela est bel et bien possible, mais que les modalités et le calendrier du mécanisme de transition restent très aléatoires. Afin de conserver la confiance des investisseurs, le Venezuela devra assurer la stabilité de son gouvernement et présenter un plan clair de stabilisation économique.

Une combinaison de facteurs intérieurs et extérieurs exerce des pressions sur le président vénézuélien Nicolás Maduro

Les sanctions américaines renforcent l'espoir qu’un changement de régime au Venezuela est bel et bien possible

La situation financière reste très fluctuante, sujette à des changements quotidiens

Mondialisation: 

Chine : avertissement sur la santé du marché

par Jason Pidcock, Responsable stratégie rendement Asie chez Jupiter AM

La Chine lutte contre le ralentissement de sa croissance économique grâce à toute une série de mesures de relance, mais une politique américaine d'endiguement, la montée en puissance de centres manufacturiers concurrents à bas coûts et la diminution de l'excédent du compte courant incitent à la prudence. Dans cet environnement, je préfère limiter mon exposition à la Chine, privilégiant les entreprises privées aux bilans solides, les entreprises liées à la consommation domestique plutôt que les exportateurs, avec une bonne liquidité sur les actions pour pouvoir réagir rapidement aux événements.

Mondialisation: 

Europe : exposition à la Chine et sentiment des exportateurs

par William de Vijlder, Chef économiste de BNP Paribas

En paraphrasant la citation attribuée à Napoléon « lorsque la Chine se réveillera, le monde tremblera », tout laisse à penser que si la Chine s’endormait cela ne passerait pas inaperçu non plus. Après tout, son PIB représente environ 15% du PIB mondial, de sorte qu’une croissance chinoise plus faible devrait affecter beaucoup de pays. L’ampleur de ses effets dépend de la nature du ralentissement (le contenu en importations des composantes d’une demande finale qui freine) et de l’importance de la Chine en tant que partenaire commercial.

Mondialisation: 

2019 sera l’année du Cochon : les marchés des actions chinoises vont-ils être haussiers comme en 2007 ?

par Jian Shi Cortesi,Gérante stratégie actions chinoises et asiatiques chez GAM Investments

Pour les Chinois, l’année du Cochon commence le 5 février 2019. Les données historiques montrent que la performance moyenne des valeurs mobilières au cours des années placées sous le signe du Cochon a tendance à être plutôt bonne. La dernière fois c’était en 2007, année au cours de laquelle l’indice MSCI China a progressé de 66,6%, tandis que l’indice Shanghai Composite gagnait 98,0%.

Mondialisation: 

Chine : pourquoi il ne faut pas surestimer le ralentissement de l’activité

par Gérard Moulin, Gestion Actions Europe Amplegest Pricing Power

Après avoir délaissé l'Europe au second semestre 2018 en raison du ralentissement économique, les marchés semblent vouloir faire de même avec la Chine en 2019.

En ce début d’année, les marchés ne veulent entendre qu’un message : celui du ralentissement supposé de l’économie chinoise. Pourtant, son PIB a progressé de 6,5% en 2018, et bien qu’étant au plus bas depuis 9 ans, on peut considérer qu’avec une hausse de 6,8% au premier trimestre et de 6,7% au deuxième trimestre, nous n’assistons pas à un effondrement en bonne et due forme… Avec 13.000 milliards de dollars de PIB en 2018, la Chine a créé environ 800 milliards de dollars de richesses. C’est un peu comme si la France avait connu une croissance de 39%. Sur le front des créations d’emplois, sait-on que 13,5 millions de Chinois ont trouvé un emploi en milieu urbain en 2018 ? Soit 200.000 de plus que l’année précédente.

Mondialisation: 

2019 : le retour des pays émergents ? Les leçons à tirer de 2018

par Laetitia Baldeschi, Responsable des études et de la stratégie chez CPR AM

L’année 2018 a été particulièrement difficile pour les actifs émergents, notamment pour les actions émergentes. En effet, la forte accélération de la croissance américaine en début d’année, bénéficiant de la réforme fiscale a permis la normalisation graduelle de la politique monétaire de la Fed. Le dollar s’est apprécié, les taux longs américains ont nettement progressé (atteignant 3,23% pour le 10 ans) et le baril de pétrole a dérivé lentement à la hausse jusqu’à l’automne.

Mondialisation: 

2019, vers un accord commercial sino-américain : quels enjeux pour les marchés financiers ?

par Sébastien Galy, Macro-Stratégiste Senior chez Nordea Asset Management

En ce début d’année 2019, de nombreux investisseurs souhaitent tourner la page de l’année 2018. Néanmoins, l’incertitude demeure autour de l’accord commercial (ou la guerre commerciale, selon le point de vue) entre la Chine et les Etats-Unis. L’importance du déficit commercial et l’agressivité du président américain laisse penser que celui-ci réussira probablement à forcer la Chine à conclure un accord commercial. Les négociations ayant conduit au « shutdown » de l’administration américaine sont à l’image des négociations qui auront lieu avec la Chine. Dans les deux cas, le processus nuit à l'activité économique mais in fine Donald Trump obtiendra en partie ce qu'il souhaite.

Mondialisation: 

Un ralentissement mais pas de récession

Emmanuel Auboyneau, Gérant Associé, et Xavier d'Ornellas, Gérant Associé Pôle Gestion Flexible chez Amplégest avec la participation de Jean-Michel Mourette, Economiste (Eureka Finance)

L’accentuation récente de la chute des marchés financiers est liée à des anticipations négatives sur l’économie mondiale. Un ralentissement de la croissance semble désormais acté par les investisseurs. Certains économistes vont plus loin et parlent désormais de récession au cours de l’année prochaine ou, au plus tard, en 2020. Nous ne souscrivons pas à ce scénario. 2019 restera une année de croissance économique, même si les niveaux seront inférieurs à ce que nous anticipions il y a quelques mois.

Mondialisation: 

Les vents contraires sur l’économie et la géopolitique favorisent toujours le dollar

par Norman Villamin, Chief Investment Officer (CIO) Private Banking à l’UBP

La croissance économique globale désynchronisée, combinée à la montée de l’instabilité politique au niveau régional et mondial, devrait continuer à alimenter la volatilité sur les marchés des devises et la vigueur du dollar dans le sillage de 2018.

En 2019, le dollar devrait profiter d’une stabilisation de la croissance économique et de l’écartement des différentiels de taux d’intérêt entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires commerciaux.

Alors que les marchés ne retiennent que deux hausses de taux en 2019, le président de la Fed, Jerome Powell, et les membres du Comité de politique monétaire (FOMC) ont adopté un ton plus ferme lors de leurs diverses communications en fin d’année, suggérant un risque de relèvement de taux plus élevé qu’attendu en 2019.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS