Mondialisation

-A +A

Songe d’un mois d’été

par Alexandra Estiot, Economiste chez BNP Paribas

Le calendrier économique est peu chargé en août, la croissance au T2 étant connue pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la zone euro. Ne reste plus que le Japon. Les principales données seront américaines (l’emploi) et britanniques (l’emploi encore).

La Banque d’Angleterre sera la seule des grandes banques centrales à se réunir en août, dévoilant les détails d’un assouplissement monétaire annoncé lors de sa réunion de juillet.

L’actualité politique sera plus chargée : campagne présidentielle aux Etats-Unis, suspense autour du prochain gouvernement espagnol, élaboration d’une stratégie britannique en vue du lancement des négociations avec l’Union européenne.

Mondialisation: 

Plus de 7600 îles pour un seul et même grand marché émergent

Par Jason Pidcock, Gérant du fonds Jupiter Asia Pacific Income chez Jupiter AM

Avec son économie en forte croissance, une tendance démographique favorable, un faible niveau de dette et un climat politique plutôt serein, la République des Philippines fait figure d’étoile montante au sein des marchés émergents de la région Asie-Pacifique. Ce cocktail devrait stimuler la consommation domestique et être profitable pour le secteur déjà florissant des services et biens de consommation.

Mondialisation: 

Parler une même langue: un atout économique

par Céline Carrère, Senior Fellow Ferdi, Professeur, et Maria Masood, Doctorante à l’Université de Genève

La francophonie permet de promouvoir les échanges commerciaux, et ainsi la croissance. Elle semble également offrir une meilleure résilience économique en période de crise. Mais quelle leçon pour l'avenir de l'espace francophone? Un ouvrage de la Ferdi intitulé "l'impact économique des langues" offre de nouvelles pistes de réflexions [1].

Dans quelle mesure partager une même langue avec d'autres pays représente-t-il un atout économique? A quel point l'appartenance à un même espace linguistique influence-t-elle nos relations commerciales? Notre richesse?

Mondialisation: 

Les marchés émergents face au Brexit

par Paul McNamara, Investment Director chez GAM

La décision inattendue des britanniques de voter pour une sortie de l’Union Monétaire a touché les marchés émergents de plein fouet. Les obligations libellées en devises locales ont baissé de 3% tandis que les actions ont perdu près de 4.9% depuis le vote (indices JP Morgan GBI-EM Global Div et MSCI EM Equity). Pour nous cet impact ne sera durable qu’à la condition que le vote ait des répercussions fondamentales sur les perspectives économiques mondiales.

Les marchés émergents sont relativement peu exposés au Royaume-Uni de manière directe, dès lors l’impact d’une récession britannique sur les échanges avec les pays émergents serait limité. Le risque le plus important est que l’augmentation de l’incertitude resserre le marché du crédit de la zone Euro et entraîne une récession de la zone Euro.

Mondialisation: 

Les banques centrales prêtes à tout

par Christopher Dembik, Responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank

Les résultats du référendum au Royaume-Uni vont faire augmenter la volatilité dans les semaines à venir sur les marchés financiers et pourraient pénaliser la croissance économique si l’incertitude autour du processus de sortie du Royaume-Uni n’est pas rapidement levée. Les actions rapides et efficaces des banques centrales, notamment de la Banque d’Angleterre et de la Banque Nationale Suisse, ont contribué à stopper la panique dans la foulée du référendum. Cependant, de nouvelles actions seront sûrement requises en cas de volatilité accrue.

Mondialisation: 

La course d’obstacles du TTIP

par Catherine Stephan, Economiste chez BNP Paribas

En juillet 2013, les Etats-Unis et l’Union européenne ont entamé des négociations en vue d’aboutir à la ratification du Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (PTCI ou TTIP, en anglais).

De nombreux points restent en suspens à quelques mois des élections présidentielles américaines.

La Commission européenne et les Etats-Unis ont accéléré le processus des négociations, mais cet empressement inquiète certains dirigeants européens.

La défiance des dirigeants politiques doit toutefois être jaugée à l’aune de celle, croissante, de la population.

Mondialisation: 

S’adapter à un monde dominé par la croissance intérieure

par Christophe Donay, Responsable de l’allocation d’actifs et de la recherche macroéconomique, chef Stratège, Equity Partner chez Pictet

Ces derniers mois, des organismes internationaux tels que le FMI et la Banque mondiale ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance économique. Dans une économie mondiale caractérisée par une croissance atone et après des années d’austérité, les grands pays développés en Europe, aux Etats-Unis et au Japon tentent de stimuler la demande intérieure. Ce stimulus s’avère d'autant plus nécessaire que l’assouplissement quantitatif mis en œuvre par les banques centrales montre ses limites.

Mondialisation: 

Chine : Des statistiques du commerce extérieur encourageantes en mai

par Thuy van Pham, Economiste Marchés émergents chez Groupama AM

Les statistiques du commerce extérieur chinois ont été publiées. Dans l’ensemble, le tableau s’est éclairci, notamment du côté des importations. Celles-ci ont nettement bondi en mai, confirmant la stabilisation de la demande domestique. L’activité à l’exportation a également marqué une amélioration principalement grâce au rebond des ventes sur les marchés asiatiques.

Mondialisation: 

Etats-Unis : quel est le rythme de créations d’emploi « neutres »?

par Christophe Morel, Chef Economiste Groupama AM

En 2015 et au T1-2016, les créations d’emplois aux États-Unis ont été sur un rythme mensuel autour de 230K. Au fur et à mesure que l’économie américaine progresse dans le cycle, ces Rapports emploi n’ont pas vocation à se maintenir sur un rythme aussi élevé. On doit donc s’attendre à un ralentissement tout à fait normal des créations d’emploi.

Nous avons essayé de déterminer le « point- mort » de ces créations d’emploi, à savoir celui qui maintient le taux de chômage sur sa cible de long terme tout en absorbant la hausse de la population civile. On peut montrer que l’emploi est fonction du taux de participation, de la population civile et du taux dechômageselonlaformule :

Emploi = Taux de participation x Population civile
 x (1-taux de chômage)

Mondialisation: 

Hausse des prix du pétrole : soulagement ou source d’inquiétude ?

par William De Vijlder, Chef économiste chez BNP Paribas

•  Le 20 janvier dernier, le baril de Brent touchait un point bas à USD 27,88 (EUR 25,52). Récemment, il a franchi la barre de USD 50.

•  Cette forte hausse a allégé les tensions financières des pays producteurs de pétrole, une évolution saluée par les marchés d’actions et d’obligations d’entreprise.

•  A plus long terme, ce renchérissement du pétrole pourrait être problématique. Il risque en effet de peser sur la croissance des dépenses de consommation et de créer une ambiguïté concernant la politique des banques centrales. De plus, les niveaux actuels restent bien inférieurs aux prix d’équilibre budgétaire des pays producteurs.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS