Mondialisation

-A +A

Chine : pressions sur les finances publiques

par Christine Peltier, économiste chez BNP Paribas

• Afin de stimuler la demande intérieure, les autorités poursuivent l’assouplissement prudent de la politique monétaire et élargissent leur champ d’actions sur le plan budgétaire.

• La progression de l’investissement dans les projets d’infrastructure va réaccélérer cette année, notamment grâce au redressement des revenus et des sources de financement des collectivités locales. Des allègements fiscaux devraient soutenir la demande des entreprises et des ménages.

• Les déficits budgétaires se sont accrus ces dernières années et la dette publique a augmenté, sous l’effet du ralentissement économique et de la mise en œuvre de mesures contra-cycliques.

Mondialisation: 

Le Trône de Fer Brésilien

par Juan Carlos Rodado, Yuze Yuan, Nicolas Castex, économistes chez Natixis

La Présidente Dilma Rousseff est sur le point d’être destituée. Le camp du « oui » a remporté la majorité des deux tiers requise à la chambre basse pour que la procédure de destitution soit examinée par le Sénat. Alors que la bataille pour le Trône de Fer continue, nous regardons sur plusieurs questions, dont : qui aura le Trône ? Et pour combien de temps ?

Mondialisation: 

Brésil : reconstruire la confiance pour un nouveau départ

par Sylvain Bellefontaine, économiste chez BNP Paribas

  Le Brésil traverse la pire récession économique de son histoire moderne.

  L’issue de la crise passe d’abord par un changement politique qui serait un premier signal positif pour stabiliser l’économie.

Dans un second temps, des réformes structurelles doivent être annoncées pour redonner une crédibilité à la politique économique, surtout budgétaire, et consolider la confiance et le potentiel de croissance à moyen terme.

Mondialisation: 

Surcapacités d’acier dans le monde : le risque à son plus haut en 2016

par Guillaume Baque, Economiste, et Paul Chollet, Responsable des études sectorielles et défaillances chez Coface

  Après une longue période de croissance de la demande tirée par la Chine dans les années 2000, l’acier souffre de la faible croissance de l’économie mondiale

  Le déséquilibre offre / demande est aussi alimenté par les surcapacités et exportations chinoises

  En février 2016, le gouvernement chinois a annoncé une première réduction des capacités de production de 40 millions de tonnes

•  Le risque de crédit grimpe pour les entreprises sidérurgiques

•  Pas de rééquilibrage du marché attendu avant 2018

Mondialisation: 

Vers un regain des actions émergentes ?

par Antoine Lesné, Head of SPDR ETF Strategy & Research EMEA

Après plusieurs années difficiles - marquées notamment par la sortie de 9 milliards d’euros sur la seule année 2015 - les actions émergentes pourraient connaitre un regain principalement favorisé par une rotation, par des évolutions macroéconomiques et de valorisation.

Comme la plupart des actifs risqués, les actions émergentes ont été liquidées début 2016. Néanmoins, la stabilisation des prix du pétrole et des matières premières en général a ensuite été un puissant catalyseur de la tendance haussière observée sur la classe d'actifs. Compte tenu de l'importance de la Chine dans la performance des économies émergentes et des « commodities », les signes d'amélioration de la conjoncture chinoise ont envoyé un signal positif de stabilisation à court terme.

Mondialisation: 

Marchés émergents: un revirement en 2016 ?

par Bastien Drut, Karine Hervé et Eric Mijot, Stratégie et Recherche économique chez Amundi

Depuis 2011, les marchés émergents sous-performent tendanciellement les marchés développés, surtout les pays exportateurs de matières premières. L’accélération de la baisse des prix des matières premières depuis la mi-2014 a encore accéléré ce processus notamment pour les pays exportateurs de ces produits. Mais depuis le début de l’année 2016, les marchés émergents ont finalement bien résisté aux turbulences liées à la volatilité des prix du pétrole et des inquiétudes au sujet de la Chine.

Ces dernières années, les marchés émergents nous ont habitués à quelques rebonds violents mais qui n’ont pas duré. Qu’en est-il aujourd’hui? Nous proposons dans cette note un état des lieux en abordant à la fois des éléments macroéconomiques et des éléments de marché (devises, actions).

Mondialisation: 

Etats-Unis : Déjà fini ?

par Alexandra Estiot, économiste chez BNP Paribas

•  Le marché du travail confirme son dynamisme : robustesse des créations d’emplois, faiblesse du taux de chômage, rebond du taux d’activité, croissance salariale.

•  Les enquêtes ISM annoncent l’embellie, une amélioration qui semble pouvoir durer, avec des indices “production” et “nouvelles commandes” particulièrement bien orientés.

  Les anticipations de hausses de taux, récemment jugées trop limitées par Eric S. Rosengren, devraient se redresser.

Mondialisation: 

L’économie indienne est sur la bonne voie

par Avinash Vazirani, Gérant du fonds Jupiter India Select chez Jupiter AM

En ces temps troublés aussi bien sur les marchés émergents que sur les marchés développés, les actions indiennes se sont révélées être des valeurs sûres. Et même si la situation économique mondiale continue d’être préoccupante et provoque encore des sentiments très contrastés chez les investisseurs, l’Inde a su apporter une série d’améliorations tant au niveau économique que politique, qui sont, selon nous, à même de créer un environnement favorable aux entreprises.

Mondialisation: 

Pétrole, l'accord de la dernière chance ?

par Christopher Dembik, Economiste chez Saxo Banque

On aurait tort de croire qu’il y ait urgence à obtenir un accord à Doha le 17 avril prochain. Peu importe l’issue de cette réunion, le prix du baril de pétrole ne renouera pas de sitôt avec un niveau suffisant pour équilibrer les finances publiques de la grande majorité des pays producteurs.

Bien que le baril ait lourdement chuté depuis mi-2014, il reste encore légèrement supérieur à sa moyenne de longue durée. De 1861 à nos jours, le prix réel moyen du baril se situe à 33,90 dollars. Une analyse historique nous permet de conclure que l’anomalie n’est en rien la période actuelle mais bien celle de 2011-2014. La rente pétrolière n’est pas un fait constant depuis la première révolution industrielle.

Mondialisation: 

Arabie saoudite : la fin d’un modèle de rente ?

par Olivier Le Cabellec et Margot Palma, économistes au Crédit Agricole

•  Après des années de forte croissance économique assurée par les prix élevés du pétrole, l’évolution du royaume saoudien, une des premières puissances pétrolières mondiales, est l’une des grandes inconnues des années à venir.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS