Mondialisation

-A +A

Inde : vers une croissance plus modérée

par Edgardo Torija-Zane, économiste chez Natixis

L’Inde est frappée par la crise économique mondiale et les sorties de capitaux. A l’approche des élections parlementaires générales d’avril 2009, le pays fait face à de nombreux défis qui menacent la croissance.

L'Inde est durement frappée par la crise mondiale. Après cinq ans consécutifs d’une croissance vigoureuse de l’ordre de 8-9%, un rythme d’expansion sans précédent dans l’histoire récente du pays, l’Inde connaît un ralentissement marqué. La croissance, qui avait dépassé les 9% au cours l'année 2006-2007 atteignant 10% au quatrième trimestre de l’année 2006/07 (janvier-mars 2007), est retombée à 7,6 % au premier semestre de l’année 2008-2009(1) et devrait continuer de décélérer.

Mondialisation: 

Marchés actions : tout est question de timing

par Ad van Tiggelen, Stratégiste Senior d’ING IM

Lorsqu’il s’agit de faire leur introspection, les Néerlandais évoquent souvent leur héritage calviniste. Beaucoup de leurs traits de caractère s’inscrivent en effet dans la droite ligne de cette doctrine élaborée par le théologien français Jean Calvin (1509–1564), à commencer par la modération. Ils sont supposés être des gens sobres et travailleurs incapables de jouir des bienfaits de la vie sans un sentiment de culpabilité. En réalité, ils ont comme tout autre profité de l’essor économique de ces dernières années. Calvin prêchait la prédestination. Et 500 ans après sa mort, il semble que les marchés étaient prédestinés à payer le prix fort après des années de surconsommation et un train de vie en totale contradiction avec les préceptes de Calvin, du moins sur le plan financier.

Mondialisation: 

Australie : contraction de l’activité et baisse des taux

par Caroline Newhouse-Cohen, économiste chez BNP Paribas

Depuis septembre dernier, la banque centrale australienne RBA s’est associée au mouvement international de baisse des taux et a ramené son taux directeur à 3,25%, son niveau le plus bas en 45 ans, en cinq décisions entre septembre 2008 et février 2009 (respectivement -25 points de base en septembre, -100 pb en octobre, -75 pb en novembre, -100 pb en décembre et 100 pb en février), après avoir culminé à 7,25% l’été dernier, son niveau le plus haut depuis douze ans.

Le dernier communiqué du 3 février (la banque centrale se réunit tous les premiers mardis du mois, sauf en janvier) souligne que les perspectives à court terme de l’économie mondiale n’ont jamais été aussi médiocres depuis plusieurs années. La RBA dispose encore d’importantes marges de manœuvre et opterait pour une pause monétaire après avoir ramené le cash rate (son principal taux directeur) à 2% à la fin du deuxième trimestre.

Mondialisation: 

Le Mexique bascule dans la récession

par Carlos Quenan et Bénédicte Baduel, économistes chez Natixis

Arrimé aux Etats-Unis de par sa proximité géographique et économique, le Mexique a subi de plein fouet les effets de la crise économique internationale et a connu un net ralentissement de l’activité en 2008. Alors que les marges de manœuvre du gouvernement au niveau budgétaire sont relativement étroites, le plan de relance annoncé par le président Calderón ne pourra pas empêcher que le pays bascule dans la récession. La contraction de l’activité économique peut avoir des implications importantes sur le plan politique, en particulier sur les résultats des élections intermédiaires (législatives et de gouverneurs d’Etats) qui auront lieu en 2009.

Mondialisation: 

Les défis de 2009

par Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis Asset Management

Dans la recomposition et la reconstruction qui devront se mettre en place au cours de l'année 2009, l'économie globale devra faire face à 3 défis majeurs. Ils s'inscrivent dans la suite des dysfonctionnements constatés au cours de l'année qui s'achève. Une année qui a été caractérisée par des ruptures importantes, tant sur les comportements financiers que sur la perception des indicateurs économiques.

Le premier défi de 2009 sera celui de l'emploi

Au cours de la première partie de l'année 2008, les indicateurs économiques ont reflété une nette inflexion conjoncturelle.

Mondialisation: 

Démographie et croissance après la crise

par Patrick Artus, directeur de la recherche économique de Natixis

Après la crise, la hausse des taux d’endettement ne stimulera plus, très probablement pour une période assez longue de temps, la demande de biens et services et la croissance. Ceci va donner un rôle accru, pour nous, aux évolutions démographiques pour plusieurs raisons :

Mondialisation: 

Etats-Unis : la crise fixera l’agenda présidentiel en 2009

par Jean-Marc Lucas, économiste chez BNP Paribas

Cette année, l’agenda présidentiel en matière économique sera davantage dicté par les circonstances actuelles (crise financière, récession) que par le programme affiché par le candidat Obama avant les élections.

La version initiale du plan de relance, d’un montant global de 825 milliards USD, comprend deux grands volets : des investissements et des aides à des publics ciblés, pour un montant global de 550 milliards, des baisses d’impôts pour un montant global de 275 milliards.

Une fois la récession passée, la tâche de l’administration Obama ne sera pas vraiment plus aisée : il lui faudra concilier la mise en œuvre d’un programme ambitieux et l’assainissement des finances publiques. Des mesures douloureuses devront sans doute être prises.

Mondialisation: 

Marchés actions : les premières lueurs d’espoir?

Par Ad van Tiggelen, Stratégiste Senior chez ING IM

En septembre, octobre et novembre, les marchés d’actions ont été tétanisés par la peur : la peur d’un effondrement du système financier et la peur d’un futur dominé par la déflation et une sévère récession. En décembre, les investisseurs ont toutefois pris le temps de se pencher sur la situation mondiale, ce qui a donné lieu aux premières lueurs d’espoir. Les cours des actions et des obligations d’entreprises ont rebondi fortement par rapport à leurs planchers de fin novembre, tandis que les taux interbancaires qui avaient atteint des niveaux extrêmes se sont clairement contractés. Pour l’instant, le système financier semble sauvé et bien que les données économiques demeurent exécrables, les investisseurs prennent conscience de l’ampleur des mesures budgétaires et monétaires qui ont été prises.

Mondialisation: 

Allemagne : l’économie s’enfonce dans la récession

par Frédérique Cerisier et Eric Vergnaud, économistes chez BNP Paribas

Selon l’estimation préliminaire de l’Office fédéral de statistiques, le taux de croissance du PIB s’est établi à 1,0% en 2008, un chiffre compatible avec un recul du PIB au T4 compris entre -1,6% et -2,0% t/t. La coalition a trouvé un accord pour lancer un deuxième plan de relance, d’un montant de 50 milliards d’euros mis en place sur 2009 et 2010. Malgré ce soutien, l'activité pourrait diminuer de l'ordre de 3% en moyenne cette année.Le déficit public va probablement dépasser 3% cette année et 5% du PIB en 2010, hissant la dette nettement au-dessus de 70% du PIB en 2010.

Selon l’estimation préliminaire de l’Office fédéral de statistiques, le taux de croissance du PIB s’est établi à 1,3 % en 2008, soit 1,0% en données corrigées des jours ouvrables.

Mondialisation: 

Pays émergents : la thèse du découplage passée de mode

par Alexandre Bourgeois, économiste chez Natixis

Jusqu’à l’automne dernier, beaucoup d’économistes défendaient la thèse d’une résistance de la croissance des pays émergents dans un contexte de récession des « pays développés ». Les principaux arguments utilisés alors portaient sur l’énorme potentiel économique de cette zone et le dynamisme interne de ces pays. Pourtant, depuis plusieurs mois, force est de constater que la thèse du découplage a perdu beaucoup de sa crédibilité.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS