Mondialisation

-A +A

Pas de précipitation

par Eric Vergnaud, économiste chez BNP Paribas 

Les données les plus récentes ont fait état de l’amélioration de la situation économique aux Etats-Unis. En juin, le PMI manufacturier a progressé pour le sixième mois consécutif, en gagnant deux points à 44,8, son plus haut niveau depuis août 2008, la composante production passant même au-dessus de 50 (52,5), le tout suggérant que le repli de l’activité manufacturière devrait cesser.

En juin, si l’activité dans le secteur a reculé pour le septième fois en huit mois (la production manufacturière avait stagné en février), le repli a été limité à 0,6% contre -1,1% le mois précédent, et une baisse moyenne de 1,6% entre novembre et mai.

Mondialisation: 

Turquie : touchée mais résistante

par Sylvain Laclias, économiste au Crédit Agricole

La Turquie s’est relevée de sa crise de 2001, et c’est plus forte qu’elle traverse aujourd’hui le marasme global. Elle est affectée, mais résiste plutôt bien, et en tout cas mieux que bon nombre de ses voisins d’Europe centrale et orientale. Alors que les signes d’amélioration se multiplient, une certaine retenue s’impose toutefois. Le déficit budgétaire se creuse rapidement, les réformes requises pour consolider plus avant les finances publiques piétinent et le gouvernement n’a jusqu’à présent pas vraiment manifesté le désir d’y remédier.

Mondialisation: 

Des entreprises renforcées à l’issue de la crise

par Frédéric Redel, Responsable Gestion Actions Value chez CCR Asset Management

La stabilisation des indicateurs avancés américains constitue rétrospectivement le moteur principal du rebond des actions européennes. Cependant, en l’absence de signes de franche amélioration de l’environnement, les actions sont redevenues vulnérables aux mauvaises nouvelles : c’est ce que l’on a pu constater au cours de ce mois de juin avec les chutes de valeurs dans les secteurs de l’acier ou autres matières premières en réaction à de nouveaux avertissements sur les résultats.

Mondialisation: 

Etats-Unis : sur la voie du retour de la croissance

 

par Laurent Berrebi, directeur des études économiques de Groupama Asset Management

La chute de la production industrielle en mai annonce une contraction du PIB de l’ordre de 4% en T2. Le retour de la croissance au cours du second semestre n’est cependant pas remis en cause, comme l’indique la poursuite de l’amélioration des indicateurs avancés.  Mais, il n’est pas définitivement acquis.

En effet, en dépit de récents signes de stabilisation, une rechute du marché de l’immobilier est d’autant plus probable que les taux ne repassent pas rapidement en-dessous de 5%. De plus, le désendettement de tous les agents du secteur privé face à la crise de solvabilité va continuer à guider leur comportement.

Mondialisation: 

Actions : sources de performances passées et futures

par Charles Dautresme, stratégiste chez Axa IM

 “Stocks for the long run” est le titre d’un célèbre ouvrage de J. Siegel. Malheureusement, les performances désastreuses du marché actions sur les dernières décennies mériteraient un autre titre. Bien que les statistiques ne mentent pas sur cette dure réalité, il est toutefois nécessaire de se pencher sur ce qui s’est passé.

En effet, bien que la croissance économique mondiale ait été relativement stable au cours des 30 dernières années, les marchés actions quant à eux ont été extrêmement volatils. Les cours sont montés au ciel puis se sont écrasés. Tout ceci nous amène à nous demander quel rendement les investisseurs en actions peuvent espérer à l’avenir.

Mondialisation: 

Grippe A : l’état de pandémie est déclaré

par Raymond Van der Putten, économiste chez BNP Paribas

Le 11 juin, l’OMS a relevé le niveau d’alerte de la phase 5 à la phase 6, signifiant qu’une pandémie de grippe est en cours.
Les évaluations des pandémies passées tendent à indiquer que les virus grippaux sont imprévisibles.
Les pays développés préparent leurs populations à la vaccination.
La principale inquiétude de l’OMS concerne la vulnérabilité des pays à faibles revenus face aux pandémies.
Il sera essentiel de renforcer les systèmes de santé des pays pauvres pour stopper la propagation du virus.

Mondialisation: 

Floraison de pousses vertes ?

par Frédéric Buzaré, responsable de la gestion actions chez Dexia AM

Après avoir enregistré une série de gains importants, les titres ont amorcé une phase de correction suite à une franche remontée qui a confronté les indices à une forte résistance (par exemple, moyenne flottante sur 200 jours). D’un point de vue économique, les gains nets des cours sont parvenus à faire échouer le scénario catastrophe, mais pour que d’autres progrès puissent être réalisés, il faut encore que l’amélioration constante de l’économie mondiale ne se confirme.

Le sentiment optimiste est alimenté par les signes précurseurs (quelques pousses vertes) d’une reprise économique. Les idées reçues indiquent qu'avec l’éclosion de ces pousses vertes et l’amorce d’une reprise de l’économie, les banques vont pouvoir lever les capitaux nécessaires sans devoir trop recourir à l’aide publique.

Mondialisation: 

Exportations italiennes : toujours un frein à la croissance ?

par Laurence Chieze Devivier, stratégiste chez Axa IM

Malgré la faiblesse de sa croissance, l’Italie reste la troisième économie de la zone euro, avec un poids quasi stable de 17% du PIB de la région. Pourtant, depuis dix ans, les performances économiques de l’Italie sont inférieures à celles de la zone euro. En 2008 encore, le PIB italien reculait de 1% quand celui de la zone progressait de 0,6%. Pour 2009, nous prévoyons une contraction de l’activité encore plus marquée (-5,3%), supérieure à la moyenne de la zone.

Mondialisation: 

Asie émergente : des signes conflictuels sur la voie de la reprise

par Edgardo Torija-Zane, économiste chez Natixis

Avec la conviction que le pire de la crise mondiale est derrière, les investisseurs internationaux ont retrouvé leur appétit pour le risque. Le marché actions a repris de la vigueur depuis mars, recouvrant en partie ses niveaux d’avant le crack de fin 2008.

Cependant, les signes d’une véritable reprise dans la région restent rares. Si la croissance économique de la plupart des pays reste affectée par la crise financière mondiale, leurs politiques macro-économiques vont se trouver face à de nouveaux défis.

Mondialisation: 

Scenario de marchés

par Roland Lescure, directeur des gestions de Groupama Asset Management

Depuis les points bas de mi-mars 2009, les marchés boursiers ont progressé de près de 40%, effaçant les pertes du début de l’année. Ce rebond exceptionnel par son ampleur suit une baisse tout aussi exceptionnelle entamée à l’été 2007 et accélérée par la faillite de Lehman Brothers.

Il s’est accompagné d’une hausse des taux longs et des matières premières, autant de signes qui indiquent un reflux de l’aversion pour le risque et un timide retour de la confiance. Le mouvement le plus spectaculaire concerne le marché du crédit, dont la détente a amené les écarts de rendements (les « spreads » de crédit) à des niveaux proches de ceux qui prévalaient avant la faillite de Lehman Brothers.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS