Mondialisation

-A +A

Marchés : faire confiance à la tendance

par Frédéric Buzaré, responsable de la la Gestion Actions chez Dexia AM

En dépit du fait que le rallye a été remarquable depuis les planchers du mois de mars, rien n’est certain pour le moment. Les récentes performances pourraient nécessiter une période de consolidation, ou pourraient prendre la tangente, avant de connaître de nouveaux sommets. Nous conservons notre approche d’achat et aucune correction du marché ne pourra affecter notre opinion positive et constructive des marchés d’actions.

Une fois encore, compte tenu du niveau de valorisation implicite des indices européens, une reprise économique significative n’est pas nécessaire pour justifier une approche positive. Bien qu’il soit désormais largement admis que la fin de la récession est imminente, les investisseurs restent toujours très hésitants quant à la nature de la reprise économique à venir.

Mondialisation: 

Les primes à la casse ont-elles contribué au rebond de la production industrielle ?

par Sylvain Broyer et Costa Brunner, économistes chez Natixis

Le rebond de la production manufacturière que l’on peut observer en Europe coïncide avec une forte hausse des immatriculations de véhicules.

Les chiffres suggèrent que les programmes de prime à la casse ont joué un rôle significatif dans ce rebond. Mais dans quelle mesure ces programmes publics contribuent-ils au redressement de l’activité industrielle ?

Nous avons observé l’évolution de la production du secteur automobile et des principaux secteurs liés à celle-ci en France et en Allemagne depuis que les primes à la casse ont été mises en œuvre :

Mondialisation: 

La récession est finie… mais attention à l’euphorie

par Philippe d’Arvisenet, chef économiste de BNP Paribas

Après une nouvelle contraction, certes limitée du PIB au deuxième trimestre (-1% en rythme annualisé), un net rebond est attendu au troisième, avec un rythme de croissance qui pourrait atteindre les 3,5%. Tel est le message véhiculé par les indicateurs, tel l’ISM manufacturier. A 52,9 en août, ce dernier s’inscrit désormais au-dessus de la frontière des 50 qui sépare expansion et contraction.

La composante production s’est, pour sa part, élevée à 61,9 et la composante nouvelles commandes à 64,9. Cela indique clairement que le déstockage massif observé dans les derniers trimestres est arrivé à son terme et va cesser d’amputer la croissance. Le secteur de la construction résidentielle donne des signes de stabilisation, avec notamment une reprise des mises en chantier à partir, il est vrai, d’un très bas niveau.

Mondialisation: 

Etats-Unis : l’heure du bilan

par Hélène Baudchon et Cécile Duquesnay, économistes au Crédit Agricole

Voilà un an que Lehman Brothers a fait faillite. A cette occasion, MM. Bernanke et Obama dressent, dans deux discours qui se font écho, un tableau de ce qui s’est passé, ce qui a été fait et ce qu’il reste à faire.

Grâce à l’agressivité, la nouveauté et la coordination des actions de l’ensemble des autorités mondiales, le pire a été évité. Mais les signes actuels de reprise ne doivent pas faire oublier l’impératif de la réforme, rappellent-ils à l’unisson. 

Le président Obama a lancé trois appels, à l’attention à la fois du secteur financier, du Congrès et des membres du G20, afin de réformer de manière « énergique » et profonde les règles du système financier mondial.

Mondialisation: 

Que nous apprend la courbe sur le prix d’équilibre du pétrole ?

par Hervé Lievore, stratégiste chez Axa IM

La remontée récente des prix du pétrole soulève un certain nombre d’interrogations, à la fois sur sa nature (la reprise économique est-elle suffisante pour l’expliquer, le marché ne néglige-t-il pas le niveau élevé des capacités inutilisées de l’OPEP ?) et sur ses conséquences (la croissance ne risque-t-elle pas de souffrir d’un pétrole «trop cher»).

Mais quelle est la signification de «cher» et «bon marché» dans le cas spécifique du pétrole ? Pour répondre à cette question, cette note présente une méthode de valorisation de l’or noir ainsi qu’un scénario sur les douze prochains mois.

Mondialisation: 

Autriche : vers une reprise graduelle

par Catherine Stephan, économiste chez BNP Paribas

L’économie autrichienne a été touchée de plein fouet par l’effondrement de la demande étrangère. Le PIB a reculé de 4,4% en g.a. au T2 2009, après -4,7% au T1.

La faiblesse des exportations et le bas niveau du taux d’utilisation des capacités de production ont dissuadé les entreprises d’investir.

La consommation des ménages est la principale composante de la demande à avoir résisté à l’effondrement de l’activité à partir de l’automne 2008 et à avoir pallié la faiblesse des exportations.

La forte implantation des banques autrichiennes dans les pays d’Europe centrale et orientale fragilise l’économie autrichienne. L’Etat fédéral a adopté diverses mesures afin de soutenir le secteur bancaire. 

Mondialisation: 

L’heure est venue de s’orienter vers les actions eurolandaises

par Franz Wenzel , stratégiste chez Axa IM

Les actions partagent au moins un point commun avec le dernier Championnat du Monde d’Athlétisme : ce ne sont pas les pays développés qui attirent le plus l’attention des médias. En ce qui concerne les actions, les marchés émergents ont gagné la médaille d’or cette année. Au stade, la Jamaïque et les deux fabuleux records du monde d’Usain Bolt ont remporté la victoire médiatique.

Faut-il donc se concentrer uniquement sur les meneurs de jeux et se joindre à la fanfare ou bien… ?

Depuis le début de l’année, la performance des actions de la zone euro a été globalement égale à celle de ses homologues internationaux. Nous estimons que l’heure est à présent venue d’accroître notre exposition aux régions plus cycliques comme l’Eurolande. Dans ce commentaire, nous expliquons pourquoi nous pensons que le temps du changement est venu ?

Mondialisation: 

L’invité surprise ?

par Delphine GEORGES et Ibra WANE, stratégistes chez Crédit Agricole AM

L’été s’achève, la récession s’estompe. Mais l’attention des marchés pourrait désormais se tourner vers une toute autre menace : celle du virus H1N1 qui, si il mute, pourrait bien faire vaciller la reprise…

A ce jour, il s’est montré peu dangereux mais ceci pourrait changer à l’automne. En effet, à l’occasion d’une mutation, le nouveau virus déjouerait les vaccins dérivés des souches précédentes. C’est ce type de mutation qui transforme une banale épidémie en pandémie, comme cela s’est déjà produit avec la grippe espagnole de 1918, la grippe asiatique de 1957 et celle de Hong Kong en 1968.

Mondialisation: 

Chine : la croissance à tout prix

par Christine Peltier, économiste chez BNP Paribas

La croissance chinoise s’est fortement redressée depuis le deuxième trimestre 2009, attestant du succès de l’important plan de relance budgétaire du gouvernement et de sa capacité à mobiliser les ressources financières, les entreprises d’Etat et les banques pour stimuler l’activité

Nous tablons sur une croissance du PIB de 8,0% en 2009.

La croissance cette année est tirée par les investissements soutenus par le gouvernement, les dépenses publiques et la consommation privée.

L’investissement du secteur privé est resté sévèrement contraint par la faiblesse des exportations et la chute des profits des entreprises. Depuis peu, cependant, il montre également des signes de reprise.

Mondialisation: 

Chili : un modèle de développement à l’épreuve de la crise

par Sylvain Bellefontaine, économiste chez BNP Paribas

Vingt ans après la fin du régime militaire, à l’aube de son adhésion probable à l’OCDE et au moment où le monde subit sa plus profonde crise économique depuis la grande dépression des années 1930, il apparaît opportun de revenir sur la trajectoire du Chili, pays considéré comme un modèle de développement économique en Amérique latine voire au-delà, bien que ses dotations et atouts initiaux apparaissaient loin d’être évidents.

En effet, doté d’un marché domestique étroit (16 millions d’habitants), a priori « isolé » des grands centres économiques mondiaux, bénéficiant d’une façade maritime immense mais acculé à la Cordillère des Andes et dont le cuivre constitue l’unique et importante ressource naturelle, le Chili a su démythifier la « fatalité » de la malédiction des matières premières.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS