Mondialisation

-A +A

Allemagne : extension du domaine de la chute

par Frederik Ducrozet, économiste au Crédit Agricole

• L’effondrement du PIB au premier trimestre (-3,8 % t/t) s’explique par un nouveau recul marqué des exportations et de l’investissement.
• Le mouvement en cours de déstockage et de désinvestissement des entreprises pourraient entraîner une nouvelle contraction de l’activité au troisième trimestre.
• Le nécessaire rééquilibrage de la croissance en faveur de la consommation des ménages est menacé par la remontée du chômage. Un retour rapide au potentiel de croissance paraît peu probable avant 2011. 

Mondialisation: 

Est-il trop tard pour investir dans les cycliques ?

par Charles Dautresme et Franz Wenzel, stratégistes chez Axa IM

Après un recul des marchés d’actions américains de près de 60% depuis leur sommet atteint le 9 octobre 2007, les actions ont fortement rebondi. Cette hausse a été alimentée par le fait que le scénario d’une dépression ainsi que le risque de nationalisation du système bancaire américain ont été écartés.

Depuis son point bas en mars, le S&P 500 est remonté de presque 40%, approchant le record historique de 47% lors d’un rally de bear market dans les années 1929-1930. Les investisseurs se demandent s’il s’agit d’un rebond technique ou du début d’un nouveau marché haussier qui pourrait conduire à un rééquilibrage des portefeuilles en faveur de secteurs à bêta élevé.

Mondialisation: 

Les affaires continuent

par Frédéric Buzaré, responsable de la Gestion Actions chez Dexia AM

Les marchés des actions ont enregistré des performances remarquables, soutenues par le rebond des marchés et le revirement du sentiment des investisseurs, passé en l’espace d’un mois de la déprime à l’euphorie. Pâques est parfois un bon moment pour constater une rédemption inespérée après une période de dépression excessive.

Mondialisation: 

Etats-Unis : effondrement de l’investissement

par Laurent Berrebi, directeur des études économiques de Groupama AM

La chute historique de l’investissement privé de près de 50% en rythme annualisé (RA) a fait plonger le PIB de 6,3% en T1 2009 : les dépenses d’investissement des entreprises y ont contribué à hauteur de 5 points et celles des ménages à hauteur de 1,3 point.

Mondialisation: 

Etats-Unis : les distances parcourues sur la route continuent de se replier

par Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis Asset Management

Le graphique ci-dessous représente la variation sur un an de la distance parcourue par l'ensemble des véhicules aux USA. Les données vont jusqu'à mars 2009 et la courbe représente la variation des distances parcourues surles 12 derniers mois par rapport aux 12 mois précédents.

Le premier constat est que les chocs observés s'associent davantage aux 3 chocs pétroliers subis depuis 1974 qu'à la définition stricto-sensu des récessions. Durant les périodes de récession, il y a repli des distances parcourues mais sans l'aspect spectaculaire des chocs pétroliers.

Mondialisation: 

Le consommateur peut-il changer de comportement ?

par Patrick Artus, directeur de la recherche et des études économiques de Natixis

Fondamentalement, la crise vient de l’usage de l’endettement pour accroître la capacité à dépenser des ménages. Bien sûr, l’exigence de rentabilité forte du capital, la confection liée d’actifs financiers complexes jouent un rôle, mais la cause sous-jacente de la crise est bien le désir d’accroître la demande des ménages.

Le besoin de progression de la consommation et des achats de logements est soutenu par les entreprises à la recherche de marchés ; mais il vient aussi des souhaits des consommateurs qui désirent acquérir les biens nouveaux mis sur le marché. Le problème est que, dans beaucoup de pays, les revenus (salaires) seuls ne permettent pas à la dépense des ménages d’avoir la progression souhaitée par les ménages eux-mêmes compte tenu de l’offre de nouveaux biens.

Mondialisation: 

Croissance en zone euro : un point bas au premier trimestre ?

par Jean-Christophe Caffet, économiste chez Natixis

Conformément aux attentes, le PIB de la zone euro a fortement chuté au premier trimestre 2009 (-2,5% T/T), sous l’effet d’une très forte contraction de l’investissement productif et d’une chute sans précédent des exportations, comme au T4 2008. En outre, les entreprises semblent avoir massivement déstocké sur la période (automobile), suggérant une stabilisation de la production à court terme, entretenue à moyen terme par la mise en œuvre des plans de relance à l’échelle mondiale. Le cycle de productivité européen devrait donc avoir atteint son point bas au T1 2009. Les destructions d’emplois pèseront en revanche très fortement sur la demande intérieure (consommation des ménages).

Mondialisation: 

Australie : des signes de stabilisation

par Caroline Newhouse-Cohen, économiste chez BNP Paribas

Après avoir baissé son taux directeur de 25 points de base en avril dernier à 3%, la RBA a opté, en mai, pour le statu quo monétaire.

Bien que la Banque centrale ait révisé à la baisse ses prévisions de croissance et d’inflation, elle reste confiante dans une reprise progressive de l’activité vers la fin de l’année.

L’Australie traverse le huitième épisode de contraction de l’activité, depuis la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, il devrait être moins marqué qu’en 1990-1991 (sept trimestres de croissance négative ou nulle) et, également, que dans les autres pays membres de l’OCDE. En effet, les plans de relance budgétaires1, mis en place dès la fin de l’année dernière et relayés par une importante et rapide baisse des taux d’intérêt (400 points de base en six mois, de 7,25% en septembre à 3,00% en avril), devraient soutenir la demande interne.

Mondialisation: 

L’économie indonésienne résiste à la crise

par Edgardo Torija-Zane, économiste chez Natixis

L’Indonésie a enregistré une croissance supérieure à 4% au début de 2009, une dynamique qui contraste avec la maigre performance des autres économies du Sud-est asiatique. Les progrès en matière de réduction de la vulnérabilité financière externe des dix dernières années et la continuité politique réduisent les risques qui pèsent encore sur la stabilité monétaire du pays. 

Début 2009 : la croissance demeure solide malgré la crise L'économie indonésienne a bien résisté au premier trimestre de 2009 avec une croissance supérieure à 4% sur un an (estimation du Ministère de Finances), ce qui marque le deuxième trimestre consécutif de ralentissement de l’activité (le PIB a augmenté de 6,42% au T3-08 et de 6,40 au T4-08).

La croissance est tout de même largement supérieure à celle des pays voisins.

Mondialisation: 

Etats-Unis : Signes de reprise ?

par Marie-Pierre Ripert et Elsa Dargent, économistes chez Natixis
• Les dernières statistiques publiées suggèrent que la croissance américaine se stabilise après la très forte chute enregistrée depuis l’été dernier : les indicateurs de confiance, traditionnellement considérés comme avancés du cycle, montrent des signes nets d’amélioration mais restent encore en avril à des niveaux compatibles avec une contraction modérée de l’activité.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS