La Fed en mode communication

-A +A

par Franck Dixmier, Global CIO Fixed Income chez AllianzGI

Nous n’attendons pas d’annonces de mesures additionnelles lors de la prochaine réunion du FOMC, la Fed ayant déjà déployé une multitude d’outils, pour le moment efficaces. Il sera intéressant d’écouter Jerome Powell présenter les anticipations de la Fed sur la croissance, l’inflation et les taux Fed Funds jusqu’en 2022. Nous estimons que ceux-ci devraient rester à zéro au moins jusqu’en 2021. Les investisseurs, confortés dans leur retour sur le risque, seraient avisés de rester prudents et sélectifs, notamment sur le crédit à haut rendement.

Les minutes de la réunion du comité monétaire de la Reserve Fédérale américaine du 29 avril, publiées mi-mai, ont révélé ses inquiétudes quant aux risques de crise financière et économique. Des inquiétudes réitérées par Jerome Powell devant le Sénat en mai, ainsi que par le Président de la Fed de Boston, Eric Rosengren, qui a prévenu que le taux de chômage pourrait rester à deux chiffres pour l’ensemble de l’année 2020.

Depuis le mois de mars, la Fed a déployé un arsenal vaste et inédit d’outils afin d’éviter la dislocation des marchés financiers et soutenir l’économie :

  • Taux d’intérêts à zéro ;
  • Achats d’actifs sans limite ;
  • Prêts directs aux entreprises ;
  • Soutien du marché inter-bancaire ;
  • Achats de dettes des collectivités locales ;
  • Et prochainement prêts de 600 milliards aux entreprises moyennes (avec un chiffre d’affaire de moins de 5 milliards).

L’action tous azimuts de la Fed a été efficace : les conditions financières se sont améliorées, les spreads se sont resserrés, notamment sur le marché du crédit à haut rendement qui a retrouvé de la liquidité et une moindre volatilité. De plus, l’appétit pour le risque a fait son retour sur les marchés, synonyme d’un regain de confiance des investisseurs.

Par ailleurs, avec la levée graduelle du déconfinement, l’activité a repris, avec un ISM (indice d'activité dans le secteur manufacturier de l'Institute for Supply Management) à 43,1 en mai, contre à 41,5 le mois précédent, et des nouvelles commandes à 41.9 contre 32.9 en avril. L’activité reste en contraction, mais dans une plus faible mesure.

Dans ce contexte de reprise, nous n’attendons pas d’annonces de mesures additionnelles de la part de la Fed au cours d’une réunion qui devrait être essentiellement un exercice de communication. Il sera particulièrement intéressant d’écouter les prévisions économiques des membres du Comité monétaire, ainsi que ses anticipations d’inflation et des taux d'intérêt Fed Funds (dots) jusqu’en 2022. Jerome Powell devrait également se livrer à un exercice d’équilibriste, soulignant l’ampleur de l’action de la Fed, tout en réitérant qu’elle conserve des marges de manœuvre dans un environnement encore incertain, notamment au niveau sanitaire.

La confirmation par la Fed de sa volonté d’accompagner à tout prix la reprise de l’économie va conforter les investisseurs dans leur appétit pour le risque, notamment sur le crédit High Yield. Nous estimons toutefois qu’il faut rester prudent et sélectif, car la vague de défauts, inéluctable, ne s’est pas encore matérialisée.

Politiques: