Opportunités d'investissement dans la pénurie

-A +A

par Silva Deželan, Jessie Bakens, Cornelis Vlooswijk et Jeroen Blokland

Le rapport "Scarcity in abundance : investing in new scarcities" a été publié en janvier. A la demande de Robeco, l'Iris a dégagé quatre tendances dans ce rapport qui devraient entraîner une (nouvelle) raréfaction des ressources à moyen terme, à savoir, la forte croissance démographique, l'accroissement du niveau de richesse, le changement climatique et le vieillissement de la population.

Ces tendances devraient conduire à des pénuries dans les domaines des ressources naturelles, de l'énergie, de l'alimentation, de l'eau, de l'air et de la santé. Nous sommes d'avis que les solutions à ces nouvelles formes de pénurie résident dans des technologies innovantes et le lancement de nouveaux produits par des sociétés. Par conséquent, nous nous attachons principalement à l'étude des moyens mis en oeuvre pour faire face à ces pénuries futures et des opportunités d'investissement intéressantes qui en résultent. 

Tendances à long terme et pénurie 

Selon les estimations des Nations Unies, la population mondiale devrait atteindre les 9 milliards d'habitants en 2050, dont plus de 86% d'entre eux dans les pays émergents et de plus en plus concentrés dans les zones urbaines. Cette année, un record devrait déjà être atteint avec la moitié de la population mondiale, soit 3,3 milliards de personnes, se concentrant dans les zones urbaines. 

Outre l'accroissement considérable de la population mondiale, on constate également une forte hausse de son niveau de richesse en raison du rythme de croissance économique relativement soutenu. La Banque mondiale prévoit une croissance économique annuelle moyenne, respectivement de 2,5% dans les pays développés et de 4,2% dans les pays émergents. En conséquence, outre leur participation accrue à la croissance de la population mondiale, les pays émergents devraient également jouer un rôle grandissant dans l'économie mondiale. 

La croissance économique et démographique devrait conduire à un accroissement exponentiel de la demande de biens de première nécessité, comme l'eau et la nourriture, mais également aussi de la demande d'autres ressources importantes, telles les ressources naturelles et l'énergie. L'épuisement probable des ressources naturelles non renouvelables est l'une des formes les plus tangibles de ce phénomène de pénurie. La surexploitation des ressources naturelles a également des conséquences majeures sur la qualité du sol, de l'air et de l'eau. Des biens à l'origine "gratuits", comme l'air et l'eau, ont désormais un prix. 

Dans le même temps, le changement climatique, amplifié par la croissance de la population mondiale et l'accroissement des besoins qui en découle, exerce une pression sur les terres agricoles, qui se traduit par une pénurie croissante d'eau dans de nombreuses parties du monde. L'augmentation de la demande énergétique et l'augmentation des émissions de CO2 jouent notamment un rôle-clé dans ce débat sur le climat. Si aucun investissement n'est fait pour réduire l'émission de gaz à effet de serre, les coûts économiques du changement climatique pourraient atteindre 20% du PIB (Stern Review, 2006). 

Alors que l'accroissement de la population mondiale est tout particulièrement marqué dans les pays émergents, un autre facteur démographique ayant des conséquences majeures pour la société est en train d'émerger dans les pays développés et dans un certain nombre de pays émergents (comme la Chine et la Russie) : le vieillissement de la population. Il est la conséquence d'une baisse de la fécondité et d'un accroissement de l'espérance de vie. Depuis 1980, l'espérance de vie moyenne dans la zone euro s'est déjà allongée de cinq ans, passant à 76 ans pour les hommes et à 82 ans pour les femmes. Conséquence de cette augmentation du nombre des personnes âgées (en valeurs absolue et relative), les coûts de santé sont en très fort accroissement dans des pays où la population vieillit. Si aucune mesure n'est prise, même les pays riches devraient avoir des difficultés à gérer les conséquences du vieillissement de leur population. 

La Chine est un bon exemple des conséquences des tendances décrites ci-dessus. Si l'industrialisation de la Chine est comparable à celle, par exemple, du Japon et de la Corée du Sud, sa demande énergétique devrait être 14 fois supérieure dans les 30 prochaines années. La demande chinoise de métaux pour l'industrie représente déjà presque un quart de la demande mondiale. En 2003, les coûts liés à la pollution de l'air s'élevaient déjà à 3,8% du produit intérieur brut de la Chine. Les récoltes de produits agricoles devraient également s'accroître de 40 à 50% en Chine dans les 15 prochaines années, alors que 26 des 31 provinces chinoises devraient manquer d'eau en 2010 en l'absence de mesures draconiennes. La Chine est l'un des pays émergents où la population vieillit. 

Opportunités 

Les solutions à la raréfaction de l'énergie, des ressources naturelles, des denrées alimentaires, de l'eau, de l'air et de la santé résident dans l'application de technologies innovantes et de nouveaux produits. Dans les cas de figure mentionnés précédemment, il est vrai que la demande devrait s'accroître considérablement dans les années à venir, alors que l'accroissement de l'offre ne peut être que limité. Une courbe de l'offre relativement inélastique signifie que l'équilibre du marché est essentiellement rétabli par une hausse des prix. Toutefois, un accroissement limité de l'offre et une hausse des prix incitent également à rechercher des solutions de substitution, des technologies innovantes et de nouveaux produits. Ces technologies offrent des opportunités d'investissement intéressantes à moyen et à long terme au même titre que la pénurie. 

Ressources naturelles 

Les opportunités offertes dans le secteur des ressources naturelles résident dans les avancées enregistrées au sein des secteurs des mines, du recyclage et des nanotechnologies. En raison de la demande croissante de ressources naturelles et des possibilités limitées d'accroissement de l'offre, les prix des ressources naturelles devraient atteindre un niveau structurellement plus élevé. Ce qui offre des perspectives d'investissement intéressantes pour le secteur minier et ses fournisseurs. Au cours des cinq dernières années, la capitalisation de marché totale des sociétés minières cotées a plus que doublé, à plus de 800 milliards de dollars. On s'intéresse de plus en plus à l'utilisation plus efficace des techniques d'excavation et des ressources. Par ailleurs, au vu du climat, la pression pour une utilisation plus efficace des techniques d'excavation des ressources naturelles afin de réduire l'émission CO2 et l'impact sur l'environnement devrait également s'accroître. Le rôle du recyclage des ressources naturelles, en particulier des métaux, est encore limité mais devrait prendre de l'importance dans les années à venir. L'aluminium recyclé ne requiert que 5% de la quantité d'énergie nécessaire à la production de l'aluminium de base à partir de la bauxite. Les nanotechnologies, les matériaux et composés alternatifs, à savoir l'association de différents matériaux pour produire un produit final, devraient également occuper un rôle proéminent dans la recherche d'alternatives aux ressources naturelles traditionnelles. 

Sources d'énergie alternatives 

Les biocarburants et les énergies solaire et éolienne sont des marchés prometteurs comme alternative aux énergies fossiles existantes. En raison de la hausse des prix du pétrole, des craintes croissantes liées au climat et des lois et réglementations visant à réduire l'utilisation des énergies fossiles, on peut tabler sur un fort taux d'accroissement du marché des sources d'énergie renouvelables. L'énergie éolienne est généralement considérée comme compétitive en termes de coûts par rapport aux sources d'énergie traditionnelles. Les estimations quant au seuil de compétitivité de l'énergie solaire varient, d'avant 2020 à pas avant 2030. Les biocarburants ont également fait une percée considérable, en raison des politiques gouvernementales. La croissance de ce marché est estimée à 15% par an dans les années à venir. Ce n'est pas l'actuelle génération de biocarburants, basée sur des produits agricoles, mais la seconde génération de ces biocarburants basée sur les déchets organiques, les algues et les copeaux de bois qui devrait offrir la solution de substitution aux énergies fossiles existantes la plus durable à l'avenir.

Denrées alimentaires 

Les possibilités d'accroissement des superficies agricoles afin de faire face à la pénurie alimentaire sont limitées. Des solutions à la pénurie alimentaire croissante et à l'augmentation des prix des denrées alimentaires résident essentiellement au début de la chaîne alimentaire, dans les secteurs de la production et de la transformation. L'amélioration des rendements deviendra de plus en plus importante. La méthode la plus utilisée pour augmenter les rendements est l'utilisation d'engrais et de pesticides afin de réduire les pertes dues aux adventices, aux insectes et aux maladies. L'amélioration des rendements est également de plus en plus obtenue par le recours aux biotechnologies. Les semenciers peuvent, par exemple, produire des graines génétiquement modifiées qui ne sont affectées ni par les virus ni par les moisissures et les bactéries, même sans l'utilisation de pesticides. L'Asie, en particulier, est un marché de croissance pour ces formes de biotechnologies, la protection des récoltes et les pesticides (artificiels). Par exemple, la récolte de blé par acre en 2006 en Chine était presque inférieure de moitié à celle des Etats-Unis et en Inde, la récolte de blé par acre était aux deux tiers inférieure à celle des Etats-Unis. 

Eau 

La raréfaction de l'eau douce et potable peut en partie être maîtrisée par une utilisation plus efficace des ressources d'eau disponibles. La raréfaction de l'eau résulte de l'accroissement de la demande des zones urbaines, de la pollution et du changement climatique. En outre, cette raréfaction ne se reflète pas encore dans le prix de l'eau, ce qui n'incite donc pas à économiser cette ressource. On estime que la demande d'eau douce devrait être multipliée par trois dans les 30 prochaines années. La modernisation et l'extension du réseau hydraulique existant est nécessaire à l'échelle de la planète. Les sociétés opérant dans les secteurs de la distribution, de la gestion et du traitement de l'eau et qui développent des technologies et des produits visant à économiser l'eau offrent donc des perspectives de croissance attractives. La demande d'eau en bouteille s'accroît également, notamment dans les zones où les ressources en eau potable sont insuffisantes ou inexistantes.

Qualité de l'air

Le prix de la pollution de l'air est élevé. Chaque année, plus de deux millions de personnes meurent des suites de maladies causées par la pollution de l'air. Une meilleure gestion de la qualité de l'air et des technologies avancées de purification de l'air offrent plusieurs opportunités d'investissement. Un meilleur entretien des machines et des équipements et des technologies plus propres réduisent, par exemple, l'émission de substances polluantes. La croissance annuelle du marché des techniques de réduction de la pollution de l'air est estimée à 10% pour les années à venir. Au vu du soutien apporté par les gouvernements dans la lutte pour réduire à tout prix les émissions de CO2, les perspectives du marché du stockage du CO2 et de la vente des droits à polluer sont également favorables. 

Santé

Le marché des équipements de diagnostic et les secteurs qui capitalisent sur un mode de vie sain offrent des opportunités aux investisseurs désireux d'exploiter la notion de pénurie dans le secteur de la santé. Les personnes âgées consomment relativement beaucoup de médicaments car ils souffrent souvent de maladies chroniques. On prévoit que dans le monde, en l'absence de nouvelles mesures, 400 millions de personnes devraient mourir de maladies chroniques dans les dix prochaines années. A l'exception de la zone subsaharienne et de l'Asie du sud, les maladies chroniques sont la principale cause de mortalité dans les pays émergents. Il ressort également de diverses études qu'un accroissement du niveau de richesse se traduit par une augmentation proportionnelle du niveau des dépenses de santé. Le vieillissement et l'accroissement du niveau de richesse devraient donc conduire à un accroissement exponentiel des coûts de santé dans les prochaines décennies. D'un point de vue macro-économique, la réduction des facteurs de risque (tabagisme, alcoolisme, consommation de graisses, exercice physique insuffisant) a un impact essentiel sur la prévention et le dépistage précoce des maladies chroniques. La prise de conscience qu'un mode de vie sain est un des principaux facteurs du "mieux vieillir" signifie que ce marché offre des opportunités attractives. On souligne de plus en plus l'importance d'un dépistage précoce des maladies chroniques. On estime que ce marché devrait s'accroître de 250 millions de dollars dans les dix prochaines années. 

Perspectives de croissance 

Les pénuries qui résultent de l'accroissement démographique, de l'accroissement de la richesse, du changement climatique et du vieillissement offrent donc des opportunités aux investisseurs, notamment dans les domaines des technologies visant à une production plus efficace et plus propre des ressources naturelles, des énergies éolienne et solaire, des technologies visant à accroître les rendements agricoles, des technologies d'économie de l'eau, du stockage du CO2 et des produits sains. Les fortes perspectives de croissance des sociétés opérant sur ces marchés ne se reflètent encore que partiellement sur les cours des actions. Toutefois, nous pensons que le marché sous-estime ce potentiel de croissance dans la plupart des cas. 

Les tendances à long terme et l'émergence de nouvelles pénuries évoquées précédemment ont également des conséquences importantes pour le monde financier. Les produits financiers qui capitalisent sur les thèmes mentionnés ci-dessus devraient jouer un rôle de plus en plus important dans la composition des portefeuilles-titres. De nouveaux segments thématiques devraient émerger et reléguer au second plan la classification traditionnelle basée sur un indice de référence. Enfin, les investisseurs devraient surveiller le degré de sensibilité de leurs portefeuilles à l'accroissement des prix de l'énergie, des denrées alimentaires, de l'eau et même du CO2. 

Silva Deželan et Jessie Bakens sont analystes en développement durable et Cornelis Vlooswijk et Jeroen Blokland sont stratèges à l'Institute for Research and Investment Services (IRIS), qui est un centre de recherche indépendant sur les investissements, commun au Groupe Rabobank et au Groupe Robeco.

Innovation & Environnement: