Shinzo Abe démissionne - qu'est-ce que cela signifie pour les marchés japonais ?

-A +A

par l’équipe Taux de M&G Investments

La santé de Shinzo Abe est un sujet de préoccupation depuis un certain temps déjà. Cette démission est moins soudaine et surprenante que si elle s’opérait brutalement et dans le cadre d’un bouleversement politique inattendu. Nous constatons que les marchés boursiers japonais sont en baisse, que la courbe des JGB (obligations du gouvernement japonais) s'accentue et que le yen est légèrement en hausse par rapport à l'euro et au dollar.

Cela me semble être un bon point d'entrée pour un certain nombre de raisons. La courbe JGB est raide depuis un certain temps maintenant et il semble peu probable que la Banque du Japon (BOJ) tolère un écart important par rapport à ses objectifs de rendement pendant trop longtemps. Depuis cette semaine, elle s'est également engagée à maintenir son rythme actuel d'achat d'obligations tout au long du mois de septembre, ce qui soutient les marchés des taux. En ce qui concerne les actions, les grandes capitalisations japonaises ont des bilans parmi les plus solides au monde, et une déstabilisation significative des marchés des actions à moyen terme semble donc également peu probable.

Une certaine volatilité relativement plus élevée sur les marchés japonais ne serait pas inattendue à moyen terme, alors que le Japon traverse cette phase de transition politique. Toutefois, de grands changements dans la politique monétaire semblent peu probables à l'avenir. Lorsque le Japon s'est lancé dans son ambitieux programme d'assouplissement monétaire et de réforme réglementaire il y a une vingtaine d'années (qui a finalement été baptisé "Abenomics"), le pays s'est positionné comme l'un des rares marchés à faible taux d'intérêt au niveau mondial et est devenu une région de stabilité pendant les périodes d'absence de risque. Aujourd'hui, les taux mondiaux ayant baissé au même rythme que ceux du Japon ("japonisation"), un grand bouleversement des politiques monétaires ou budgétaires semble peu probable, surtout au vu de l'engagement de la BOJ à contrôler la courbe JGB.

La pandémie de COVID-19, qui a déclenché le pire trimestre de contraction économique jamais enregistré (T2 2020) au Japon, a sans aucun doute compliqué la situation. À court terme, il est probable que le successeur d'Abe se concentre sur la manière dont il va gérer l'augmentation des cas de virus des dernières semaines, ce qui a eu un impact négatif sur la cote d'Abe. Il est intéressant de noter que la pandémie a une conséquence positive pour les marchés : en raison du retard de la reprise économique au Japon, le ministre japonais de l'économie, Yasutoshi Nishimura, a annoncé qu'il n'avait pas l'intention d'augmenter davantage les taxes sur les ventes. Il s'agit d'une politique controversée de la part d'Abe, qui a d'abord fait l'objet de vives critiques pour avoir été imposée alors que le Japon semblait être au bord d'une récession, même avant la crise.

Il existe un certain nombre de successeurs possibles auxquels les marchés sont susceptibles de réagir différemment. Ceux issus du cercle restreint d'Abe (par exemple, le chef de cabinet Yoshihide Suga ou le ministre des finances Taro Aso) poursuivraient probablement les politiques que l'administration actuelle a mises en place pour lutter contre la pandémie au cours des troisième et quatrième trimestres. Des options comme le membre du LDP, Fumio Kishida, et l'ancien ministre de la défense, Shigeru Ishiba, sont considérées comme plus perturbatrices pour les marchés en raison de leur position sur l'austérité budgétaire. Dans le cas du ministre de la défense Taro Kono et du ministre des affaires étrangères Toshimitsu Motegi, les marchés réagiraient probablement positivement en raison de leur soutien à une politique fiscale agressive.

Le Yen ne devrait pas se comporter de manière trop différente par rapport aux derniers mois. Maintenant que la liquidité des devises s'est améliorée au niveau mondial et que la volatilité a diminué dans les monnaies des marchés développés, le yen a quelque peu retrouvé son statut de monnaie refuge, après avoir perdu ce titre au profit du dollar pendant un certain temps. Le fait que le yen soit légèrement en hausse aujourd'hui pourrait être dû à l'accentuation du JGB. En revanche, les investisseurs se ne devraient pas se lancer soudainement dans des opérations de portage sur le yen.

Les taux réels ne devraient pas augmenter de manière significative, car il est peu probable que cette hausse se poursuive.

Les marchés des changes japonais ont jusqu'à présent évalué les risques macroéconomiques avec plus de précision que les obligations d'État et les écarts de crédit pendant la crise. L'USD/JPY et l'EUR/JPY devraient donc rester dans une fourchette assez étroite plutôt que de réagir agressivement à d'autres nouvelles. Si le yen devait se déprécier (par exemple si les marchés des actions devaient reprendre), cela pourrait entraîner des flux d'obligations d'État indexées sur l'inflation (JGBI).

Dans l'ensemble, s'il s'agit d'un changement soudain et probablement du début d'une période de transition pour les marchés japonais, ce n'est en réalité pas le plus grand choc de l'année. Il s'agit plutôt d'une occasion de s'exposer à un marché dont les fondamentaux sont relativement solides.

Politiques: