Politiques

-A +A

France : la baisse du chômage se poursuit

par Julien Manceaux, Senior economist, et Charlotte de Montpellier, Economist chez ING

Le nombre de chômeurs a continué de baisser en août, témoignant du fait que les travailleurs à temps partiel qui avaient perdu leur poste pendant le confinement retrouvent de l’activité. Il semble que la situation des 2,4 millions encore en chômage partiel en juillet n’ait donc pas basculé vers le chômage au mois d’août. Les derniers indicateurs d’activité font cependant peser le risque d’une reprise moins dynamique au T4, ce qui pourrait changer la donne.

Politiques: 

Le grand retour de l’Etat dans la sphère économique

par Florent Delorme, Stratégiste chez M&G Investments

En 2019 l’OCDE appelait à une augmentation des dépenses des Etats en Europe sans que pour autant l’idée emporte l’adhésion d’une majorité de dirigeants européens et notamment de l’Allemagne. La forte récession provoquée par la crise sanitaire a remis à l’honneur le concept de stimulation budgétaire au point d’en faire dorénavant et pour longtemps l’élément central des politiques économiques. Le retour de la légitimité de l’intervention de l’Etat est une surprise après quarante ans de promotion du laisser-faire dans la sphère économique et de discours libéraux affirmant vouloir limiter l’Etat à ses fonctions régaliennes.

Politiques: 

États-Unis : vers une politique monétaire inclusive

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

La croissance inclusive peut se définir comme « une croissance à la fois durable et générale en termes d’opportunités d’emplois »[1]. Depuis dix ans, les gouvernements, les institutions internationales et, de plus en plus, les entreprises accordent une importance particulière à sa promotion. C’est désormais un sujet de réflexion central pour la Réserve fédérale depuis que Jerome Powell occupe le fauteuil de président. Son introduction, lors de la conférence de presse qui a suivi la dernière réunion du FOMC, illustre parfaitement l’attention centrale accordée à la disparité des situations individuelles : « [Le fardeau] de la crise économique ne pèse pas de la même manière sur tous les Américains.

Politiques: 

Les inégalités économiques, désormais au cœur de l’analyse de la Fed

par Bastien Drut, Stratégiste Senior chez CPR AM

Lors de la conférence de Jackson Hole, Jerome Powell a annoncé des changements importants sur les objectifs de long terme et sur la stratégie de politique monétaire de la Fed. L’un des points importants, même s’il a moins été mis en avant que les autres, est le fait que les inégalités vont désormais constituer un élément central de l’analyse du marché du travail.

La crise de la Covid a exacerbé les inégalités aux Etats-Unis

Comme l’a rappelé le président de la Fed Jerome Powell le 4 septembre, « les inégalités constituent une caractéristique de l’économie américaine qui s’est renforcée depuis un certain temps 1 » .

Politiques: 

Réserve fédérale: un changement du concept de « Forward Guidance » ?

par Sébastien Galy, Strategiste Macro Senior chez Nordea Asset Management

La Réserve fédérale a indiqué mercredi qu'elle maintiendra des taux stables jusqu'en 2023 en actualisant son "dot plot". Elle a précisé que ses prévisions étaient de 2 % d'inflation pour un taux d'emploi maximum à long terme. La banque centrale a assuré de maintenir le statu quo pour ses taux directeurs jusqu’à ce que l’inflation dépasse « modérément » 2% et « pendant un certain temps ». Par conséquent, le débat sur les indications prospectives (ou « forward guidance ») se situe, pour l'instant, au-delà de 2023.

Politiques: 

BCE : il faut préparer le terrain

par John Plassard, Spécialiste en investissement chez Mirabaud

La Banque centrale européenne (BCE) tenait sa réunion de la rentrée hier (10/09) à Frankfurt. Si aucune modification sur les taux ne devait être annoncée, les attentes des investisseurs étaient extrêmement élevées, l’Europe faisant toujours face à un certain nombre d’incertitudes liées à la pandémie de coronavirus. La présidente se devait aussi de répondre à de nombreuses questions sur des sujets tels que :

La progression de l’euro ruine-t-elle les espoirs de retour de la croissance en zone euro ?

Accommodant oui, mais jusqu’à où et jusqu’à quand ?

Quelles sont les nouvelles projections économiques (inflation et croissance) ?

Politiques: 

Les conséquences mondiales de la stratégie d’inflation moyenne de la Réserve fédérale

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

La révision, par la Réserve fédérale, de ses objectifs d’inflation à long terme, annoncée récemment[1], devrait avoir d’importantes répercussions aux États-Unis, mais aussi au niveau mondial. Au plan national, la prolongation d’une politique monétaire très accommodante devrait se traduire par une croissance plus robuste, une baisse du taux de chômage et, en fin de compte, une légère hausse de l’inflation. Les taux des Fed Funds pourraient aussi, de ce fait, atteindre un sommet cyclique plus élevé.

Politiques: 

La remise à zéro des "3 R" : Reprise, résilience, refonte

par Ben Constable-Maxwell, Responsable de l'investissement durable et d'impact chez M&G Investments

En pleine pandémie de coronavirus, il est urgent de revoir notre modèle de croissance. Le bilan humain est lourd, le virus ayant fait près de 750 000 victimes à ce jour. Parallèlement, la contraction prévue de 4,9 % du produit intérieur brut (PIB) mondial en 2020 met en évidence le bilan économique.

Politiques: 

La BCE en mode attente

par Franck Dixmier, Global CIO Fixed Income chez Allianz Global Investor

La Banque centrale européenne ne devrait pas annoncer de nouvelles mesures de politique monétaire lors de sa réunion du 10 septembre, au vu des actions engagées depuis mars et dans un souci de se conserver des marges de manœuvre.

Elle devrait réitérer son message de soutien constant de la politique monétaire, son biais accommodant, et sa capacité à intervenir à tout instant.

Face à une faible inflation, un euro fort et une reprise hésitante, la BCE pourrait toutefois amplifier son action dans les prochains mois, avec notamment des mesures concernant le PEPP et les LTRO.

Politiques: 

Qu’impliquerait l’élection de Joe Biden pour les investissements dans le changement climatique ?

par Simon Weber, Gérant de portefeuille actions européennes chez Schroders

L’accession de Joe Biden à la Maison-Blanche et l’éventuelle prise de contrôle du Sénat par les Démocrates pourraient avoir un impact immédiat sur le thème du changement climatique.

La gestion américaine de l’épidémie de Covid-19 semble vouée à occuper une position centrale dans les débats précédant les élections du mois de novembre. Si l’attention des électeurs est susceptible d’être captée par divers autres thèmes, le changement climatique est généralement moins bien placé dans l’agenda politique américain qu’en Europe.

Toutefois, le résultat des élections sera important pour le changement climatique, tant en termes de politique que d’impact potentiel sur les investissements connexes.

Politiques: 

Pages

Flux RSS