Politiques

-A +A

Elections en Italie : un tournant pour la croissance du pays

par Patrice Gautry, Chef économiste à l’Union Bancaire Privée (UBP)

La confiance est primordiale pour la poursuite d’une croissance soutenue. Les principaux moteurs de la reprise économique sont les secteurs domestiques, mais la récente performance du PIB italien (1,5% en 2017) reste au-dessous de la moyenne de l’Union européenne (UE) (2,5%). Un parlement sans majorité ou une coalition fragile pourrait ainsi constituer un réel frein aux performances économiques futures: si le prochain gouvernement décide de stopper les réformes ou d’opérer un véritable retour en arrière, l’Italie aura du mal à se remettre sur les rails d’une croissance plus ferme à moyen terme, mais aussi à participer activement au renouvellement du projet européen, cher à Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Politiques: 

Italie : Le risque n’est pas toujours où l’on croit

par Paola Monperrus-Veroni, Economiste chez Crédit Agricole

À quelques jours des élections générales italiennes, les investisseurs semblent très confiants quant aux résultats possibles.

Trois facteurs semblent rassurer les marchés. En premier lieu, la très faible probabilité que le mouvement antisystème, Mouvement cinq étoiles, accède au pouvoir. Deuxièmement, la tonalité moins « anti- euro » que précédemment du message porté par ce dernier et par la Ligue du Nord. Troisièmement, la probabilité élevée d’une absence de majorité parlementaire à l’issue des élections qui obligerait les partis de la gauche et de la droite traditionnelle, ainsi que du centre, à s’allier pour soutenir un gouvernement qui s’inscrit dans la continuité du programme de réforme récent.

Politiques: 

La FED converge « davantage » vers un scénario de normalisation

par Pierre Pinel, Gero Jung, Valentin Bissat et Arthur Jurus, Economistes chez Mirabaud AM

Le comité de politique monétaire de la FED (FOMC) a diffusé ses dernières Minutes. Le discours est globalement plus optimiste sur l’activité avec de possibles révisions attendues à la hausse sur les perspectives économiques le 21 mars prochain.

Si la FED anticipe trois hausses des taux cette année, les marchés financiers continuent de sous-estimer ce nombre avec des hausses attendues en mars (88% de probabilité) et avant septembre (55%).

Politiques: 

La dynamique de croissance se stabilise à un haut niveau en zone Euro

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

L’activité de la zone Euro, mesurée par l’enquête Markit de février, se stabilise à un niveau élevé. Sa dynamique de croissance n’est pas remise en cause.

On voit sur le premier graphe qu’en dépit du repli de l’indice synthétique, le niveau reste consistent avec une progression rapide du PIB de l’ordre de 0.8% (3.2% en taux annualisé) au premier trimestre 2018 soit une hausse de +0.2% par rapport au dernier trimestre de 2017.

 

Pour la zone Euro et l’Allemagne, le niveau moyen des deux premiers mois de 2018 est encore supérieur à la moyenne du dernier trimestre 2017. Pour la France le chiffre est légèrement plus réduit mais cela est marginal. Le décollage de l’année 2017 a été exceptionnel et la situation se stabilise. C’est plutôt sain.

Politiques: 

Brexit, phase 2

par Catherine Stephan, Economiste chez BNP Paribas

Le Conseil européen a estimé que les discussions entre le Royaume-Uni et la Commission européenne sur les conditions de sortie de ce dernier de l’Union européenne avaient suffisamment avancé pour enclencher une nouvelle phase.

L’accord de retrait définitif devrait inclure les modalités de la phase transitoire ainsi qu’une déclaration politique définissant les contours des futures relations commerciales entre le Royaume-Uni et l’UE.

L’UE souhaite que les contours de l’accord commercial avec le Royaume-Uni soient similaires à ceux de l’accord conclu avec le Canada, en raison du souhait du Royaume- Uni de quitter le marché unique.

Politiques: 

Jay Powell, nouveau président de la Réserve Fédérale

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

Les fluctuations des marchés boursiers ont été fortes au cours de la semaine du 5 février. Le Dow Jones a perdu plus de 1100 points en une séance le 5 février puis 1000 à nouveau le 8. La baisse du 5 est la plus forte en points dans l’histoire du Dow Jones mais le repli n’est que de 4.6% à comparer avec la chute de 22.6% du 19 octobre 1987. La hausse des indices américains avait été spectaculaire depuis le début de l’année et un tel profil n’était pas soutenable. Un changement d’allure était inévitable.

Politiques: 

FED : la politique monétaire pourrait devenir très dépendante de l'estimation du "taux réel neutre"

par Christophe Morel, Chef Economiste et Audrey Cohen, Ingénieur Financier chez Groupama AM

Dans le communiqué publié avant hier (31/01) à la suite de sa réunion de politique monétaire, la Fed a clairement indiqué sa plus grande confiance à la fois dans les perspectives sur la croissance et sur l’inflation :

D’abord, elle constate que la croissance est équilibrée entre consommation et investissement, ce qui signale une reprise conjoncturelle auto-entretenue ;

Ensuite, les banquiers centraux notent la hausse des points-mort d’inflation, ce qui contribue à leur plus grande confiance dans le fait que l'inflation va remonter au cours de l’année.

Politiques: 

Comment le projet de réforme fiscale va influencer les actions américaines

par Vincent Passa, Directeur de Legg Mason France

Les changements apportés au code fiscal américain, en faveur des dépenses d'investissement et du rapatriement des bénéfices détenus à l'étranger devraient donner un coup de fouet à la croissance du PIB et à la productivité des entreprises outre-Atlantique.

Politiques: 

Allemagne : une avancée vers la formation d’un nouveau gouvernement

par Philippe Vilas-Boas, Economiste au Crédit Agricole

Les négociations exploratoires en vue de former une nouvelle grande coalition s’achèvent sur une liste d’engagements validés par les cadres des trois formations politiques concernées, CDU-CSU et SPD. À l’issue de ces premiers accords de principe, ceux-ci se sont montrés confiants quant à la constitution d’une nouvelle grande coalition. Le bilan des négociations semble globalement équilibré entre les conservateurs et le Parti social-démocrate qui obtient la satis- faction de quelques revendications en matière d’éducation et de politique européenne, mais essuie quelques revers en ce qui concerne l’assurance-maladie universelle et l’augmentation de la fiscalité des ménages plus aisés.

Politiques: 

Il est trop tôt pour s’inquiéter de l’aplatissement de la courbe des taux

par Christophe Morel, Chef économiste chez Groupama AM

La courbe des taux américaine s’est fortement aplatie. Or, l’aplatissement de la courbe des taux a pu constituer, dans le passé, un signal avancé de ralentissement conjoncturel. Les banques centrales commencent à s’en inquiéter. Nous pensons que cet aplatissement ne signale pas un retournement cyclique mais résulte justement de l’action des banques centrales qui biaise le contenu informationnel de la structure à terme des taux.

Politiques: 

Pages

Flux RSS