Politiques

-A +A

Opportunités

par Pascale Auclair, directeur général délégué aux gestions de La Française des Placements

Septembre 2008 change indiscutablement la donne dans notre monde financier, avec à mi-mois la faillite de Lehman Brothers, catalyseur d’une accélération fulgurante de cette crise bancaire qui mine nos métiers depuis plus d’un an ! Nous voilà donc à l’aube d’une phase historique de restructuration des banques occidentales, qui nous promet encore de longs mois de doutes, qu’il s’agisse de la visibilité de la future rentabilité de ce secteur en profonde mutation, ou plus largement de l’impact de ce séisme sur l’économie réelle.

Politiques: 

Premiers éléments sur les mesures européennes

Philippe Waechter, Directeur de la Recherche Economique de Natixis Asset Management.

Il aura fallu de longs jours pour que les gouvernements européens se décident à prendre les mesures de garantie et de recapitalisation du système bancaire. Après, l'annonce anglaise de recapitalisation et de garantie d'un prêt bancaire (milieu de semaine), après la déclaration d'intentions des Etats-Unis sur la recapitalisation et la garantie des dettes bancaires, les Européens ont enfin franchi le pas. Ils recapitaliseront si nécessaire et garantiront les prêts interbancaires jusqu'à une durée de 5 ans. Cette garantie sera payante et s'appliquera jusqu'à la fin de l'année 2009. 

Politiques: 

L’Europe va-t-elle attraper la maladie du Japon ?

Par Ad van Tiggelen, Stratégiste Senior chez ING Investment Management

Pour des investisseurs qui détestent l’incertitude, le fait de savoir désormais avec certitude que l’Europe va tomber en récession doit avoir été accueilli avec un certain soulagement. Reste à savoir combien de temps cette récession va durer et quelle en sera l’intensité.

Politiques: 

France : des marges de manoeuvre étroites

par Olivier Bizimana et Olivier Eluère, économistes au Crédit Agricole.

Depuis plus d’un an, les chocs s’accumulent sur les économies européennes. Un pétrole cher, un euro fort et la crise financière ont constitué des freins puissants à la croissance. La demande interne s’est contractée au deuxième trimestre et les indicateurs avancés pointent la poursuite du ralentissement. L’approfondissement de la crise financière depuis le mois de septembre laisse craindre un freinage de l’activité plus profond et durable. Dans ce contexte, se pose la question des mesures de soutien de l’activité en Europe. Parmi les grands pays de la zone euro, la France est l’un de ceux qui dispose des plus faibles marges de manœuvre budgétaires, au regard des exigences du Pacte de Stabilité et de Croissance (PSC).

Politiques: 

Crise financière : par ici la sortie ?

par Jean-Marc Lucas et Eric Vergnaud, économistes chez BNP Paribas
En l’espace de quelques semaines, plusieurs décisions marquantes ont été prises. La mise sous tutelle (ou nationalisation temporaire) des agences hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, procédure qui leur permet de poursuivre leur activité (et donc évite un gel du marché hypothécaire « primaire ») et garantit les placements des nombreux détenteurs d’obligations émises par ces entités. A cette occasion, le gouvernement s’est dit prêt à investir jusqu’à 100 milliards de dollars dans chacune des deux agences, ainsi qu’à acheter des titres adossés aux créances hypothécaires (MBS).

Politiques: 

Quel nouveau Système Monétaire International ?

par Philippe Waechter, Directeur de la Recherche Economique de Natixis Asset Management

La dynamique financière dans laquelle s'inscrit l'économie mondiale est complexe et fragile. Un ordonnancement plus rationnel lui a probablement manqué pour éviter la situation chaotique que nous connaissons actuellement. 

Politiques: 

Etats-Unis : Nouvelle donne

par Philippe Waechter, Directeur de la Recherche Economique de Natixis Asset Management

Le Trésor américain et la Fed ont décidé la création d'une structure qui achèterait les actifs toxiques (non liquides et très dévalorisés) des institutions bancaires et financières à un prix réduit. Les mesures mises en œuvre depuis une semaine n'ont pas été efficaces. Malgré d'importants apports de liquidités de la part de nombreuses banques centrales, le fonctionnement du système financier n'est pas revenu à la normale, ni aux USA, ni ailleurs. 

Politiques: 

L’Etat actionnaire ne fait plus peur, au contraire…

par Gilles Bridier est journaliste.

Il fut un temps où il était de bon ton de fustiger la présence de l’Etat au capital de groupes cotés du secteur concurrentiel, vers la fin des années 1990, lorsque l’actionnaire public n’ouvrait qu’avec parcimonie les portes de ses entreprises au privé comme à Air France, Renault ou France Télécom. Réputé mauvais gestionnaire et plus soucieux de ses intérêts politiques qu’économiques, il était suspecté de faire passer au deuxième rang ceux des autres actionnaires qui, ainsi, n’obtenaient pas la rentabilité souhaitée du capital investi.

Politiques: 

Secteur postal : un marché français statique

Par Paul Champsaur, président de l’Arcep

Dix ans après la première directive européenne postale et 2 ans après la création en France d’un régulateur indépendant, il y a peu ou pas de concurrence sur le marché postal français. C’est avec difficulté qu’émerge la concurrence dans les autres grands pays européens ; mais j’observe toutefois avec préoccupation que l’écart se creuse entre la situation dans certains de ces pays et celle du marché français, qui demeure particulièrement statique. Or, l’ouverture du marché a été voulue « progressive » par la politique européenne, pour permettre aux entreprises de s’adapter sans retard, et sans rupture brutale.

Il y a un enjeu important à ce que les trois courtes années qui nous séparent de 2011 voient enfin :

-  l’émergence de concurrents

-  corrélativement, l’adaptation de l’opérateur historique.

Politiques: 

Hong Kong : un chemin long et sinueux

par Jean Philippe Béja, Joseph Cheng et Jean-François Huchet.
Il y a dix ans, les observateurs étaient divisés en deux camps. Les optimistes pensaient que l’intégration de Hong-Kong à la mère patrie s’effectuerait sans heurts, que l’économie continuerait à prospérer et que la formule « un pays, deux systèmes » fonctionnerait sans aucun problème. Les pessimistes étaient persuadés qu’en l’espace de quelques années, Hong-Kong deviendrait « une ville chinoise comme les autres », rongée par la corruption et dans laquelle les droits fondamentaux auraient peu à peu disparu. Les uns comme les autres avaient tort.

Politiques: 

Pages

Flux RSS