Politiques

-A +A

Elections anticipées au Royaume-Uni : un pari risqué

par Michael Browne, Gérant Martin Currie, filiale de Legg Mason

La première ministre britannique, Theresa May, a convoqué mardi 18 avril des élections anticipées qui pourraient s’avérer stratégiques. Si ce scrutin aboutit au résultat escompté, il pourrait renforcer le mandat des Conservateurs et accélérer les négociations du Brexit avec l’Union européenne.

Les enjeux politiques

En vertu des dernières réformes électorales, le projet de législatives anticipées doit obtenir l’aval du Parlement à la majorité des deux tiers. La première Ministre, Chef du Parti Conservateur, met ainsi au défi les partis d’opposition qui ont remis en cause son mandat et son choix d’orienter le pays vers un « hard Brexit ».

Le redécoupage des circonscriptions, qui devrait bénéficier aux Conservateurs, ne prendra effet qu’en 2018 et ne concernera donc pas ces élections anticipées.

Politiques: 

Royaume-Uni : la solidité de la consommation va-t-elle durer ?

par Slavena Nazarova, Economiste au Crédit Agricole

La solidité de la consommation a été un trait marquant de l’économie britannique dans les mois qui ont suivi le vote en faveur du Brexit, mais cela ne devrait pas durer.

L’érosion des revenus réels due à la remontée de l’inflation et un marché du travail qui s’annonce moins porteur en raison du Brexit devraient conduire à un ralentissement de la consommation des ménages dans les trimestres à venir.

Toutefois, nous pensons que ce ralentisse- ment sera plus graduel et moins prononcé que la dégradation anticipée des revenus réels, dans la mesure où les consommateurs britanniques continueront probablement à amortir la baisse de leur pouvoir d’achat, en réduisant leur taux d’épargne.

Politiques: 

France : hiatus sur la croissance au premier trimestre

par Hélène Baudchon, Economiste chez BNP Paribas

Les enquêtes sur le climat des affaires laissaient entrevoir de nouveau un bon chiffre de croissance au premier trimestre 2017, similaire voire supérieur à celui du quatrième trimestre 2016 (0,4% t/t).

Mais les données mensuelles d’activité, disponibles jusqu’en février, ont été médiocres.

Le risque qui entoure notre prévision de croissance de 0,4% t/t au premier trimestre est désormais à la baisse.

Politiques: 

Présidentielle 2017 : des slogans aux réalités d'une sortie de l'euro…

par Jérôme Tavernier, Directeur de la Gestion Collective pour la Banque Privée 1818

A quelques semaines des échéances électorales françaises, l’incertitude, quant aux résultats et aux orientations économiques qui seront suivies, n'a jamais été aussi forte. Selon le candidat qui sera élu, les politiques menées pourront en effet être radicalement différentes, certaines portant leur lot de doutes, voire, pour celles qui paraissent les plus en rupture, de craintes. Au-delà des annonces programmatiques, l'histoire nous a appris que le retour, plus ou moins tardif, au réel s’impose à tous les Présidents dans un sens souvent très différents des engagements initiaux.

Politiques: 

Italie : les difficultés des entreprises brident l’investissement et le potentiel de croissance

par Danielle Schweisguth, Economiste chez Société Générale

La situation financière des entreprises italiennes a commencé à se dégrader à partir des années 2000, avec la fin des gains de productivité de l’économie italienne. La hausse des coûts salariaux et l’érosion continue de la compétitivité ont fragilisé la situation des entreprises et les rigidités du marché du travail ont fortement contraint leurs capacités d’ajustement. Les taux de marge des entreprises se sont alors sensiblement détériorés.

Politiques: 

Les élections françaises et les marchés : quid du scénario extrême

par Julien-Pierre Nouen, Directeur des études économiques chez Lazard Frères Gestion

Quelle influence les élections présidentielles françaises auront-elles sur les marchés financiers ? Le plus probable est qu’elle soit assez limitée. Tant que les politiques menées restent relativement loin des extrêmes, les marchés financiers réagissent davantage à la conjoncture économique (croissance et inflation) et à l’évolution des perspectives bénéficiaires des entreprises. Au vu des sondages actuels, Marine Le Pen affrontera au second tour Emmanuel Macron, ou, avec une moindre probabilité, Francois Fillon. Ces deux candidats sont à peu près sûrs de battre la candidate du Front National (FN).

Politiques: 

Du mieux partout... ou presque

par Jean-Luc Proutat, Economiste chez BNP Paribas

Les indicateurs d’activité s’améliorent dans la plupart des pays développés.

Proche de 2% par an au premier trimestre de 2017, la croissance en zone euro est plus dynamique.

Elle est aussi mieux répartie, les cycles conjoncturels des Dix-Neuf tendant à s’harmoniser.

Les Etats-Unis enregistrent une reprise des activités liées au pétrole et gaz de schiste ; l’investissement des entreprises devrait y avoir rebondi en début d’année.

Politiques: 

La dernière ligne droite

par Emmanuel Auboyneau, Gérant Associé, et Xavier d'Ornellas, Gérant Associé Pôle Gestion Flexible chez Amplégest avec la participation de Jean-Michel Mourette, Economiste (Eureka Finance)

Ces derniers mois ont été marqués par la confirmation de la reprise économique en Europe, dont le rythme de croissance se rapproche désormais de celui des Etats-Unis. Le retour de la confiance se traduit par des enquêtes d’opinions, chez les particuliers et les industriels, en constante amélioration. Les carnets de commandes se remplissent, le marché du travail se redresse et la distribution de crédit progresse significativement. La BCE reste en appui avec des taux courts très bas et des liquidités abondantes.

Politiques: 

Sur l’inégalité de revenus en France

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

Un papier de recherche de décembre 2016, repris récemment par l’Observatoire des Inégalités (voir ici), donne un éclairage plus complet sur l’évolution des inégalités de revenus en France. Cette question, souvent insuffisamment traitée, bénéficie maintenant de la base de données de Paris School of Economics et de la méthodologie qui y est développée afin de disposer d’un cadre rigoureux.

Au delà des dynamiques de court terme qui, parfois, peuvent être volatiles, on relèvera que la répartition des revenus en France est relativement stable et ne connaît pas les distorsions observées dans les pays anglo-saxons.

Politiques: 

Effet Trump : attention au décalage

par Ariel Bezalel, Responsable de la stratégie taux chez Jupiter Asset Management

Etant donné les récentes bonnes nouvelles économiques (même s’il s’agit pour la plupart d’indicateurs « soft » comme la confiance des ménages) et le maintien de la politique de relance de Trump, les Etats-Unis semblent connaître une croissance effrénée. Néanmoins, mon équipe et moi pensons qu’il est important de garder en tête qu’il y a actuellement trop d’espoir valorisé dans les actifs risqués.

Comme prévu, le 15 mars dernier la Réserve Fédérale a relevé de 0.25% les taux interbancaires, les faisant évoluer entre 0,75 et 1%. Mais les déclarations de la Fed accompagnant cette remontée des taux ont surpris les marchés en réduisant le nombre de hausses des taux à venir cette année de trois à deux. Selon nous, cela pourrait être dû à l’incertitude qui entoure le plan d’actions de Donald Trump.

Politiques: 

Pages

Flux RSS