Politiques

-A +A

Zone euro : trou d’air ou ralentissement durable ?

par Tristan Perrier, Recherche Macroéconomique chez Amundi

Après une longue série de déceptions en 2018, les chiffres économiques de la zone euro sont restés très mitigés début 2019. La situation devrait cependant s’améliorer au cours des prochains trimestres, grâce à la conjonction de la vigueur des revenus des ménages, d’un soutien conséquent des budgets publics et d’une dynamique du commerce mondial un peu moins faible que celle des derniers mois.

La validation de ce léger rebond, qui ne permettra pas un retour aux chiffres de croissance de 2017, nécessite toutefois que ne se déclenchent pas les importants risques que sont un Brexit sans accord et l’imposition de droits de douane américains aux exportations d’automobiles européennes. De plus, la situation politique interne reste volatile dans certains États membres.

Politiques: 

Croissance: le village gaulois résiste

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Ostrum AM

La note de conjoncture de l’INSEE cale de façon plus précise les attentes de l’institut de statistique sur l’allure du premier semestre 2019. L’activité progresserait de 0.4% au premier et au second trimestre. L’INSEE a légèrement révisé à la hausse son chiffre du deuxième trimestre. L’acquis pour 2019 serait ainsi de 1.1% à la fin du premier semestre. Pour atteindre la prévision du gouvernement à 1.4% (indiquée par Bruno Le Maire alors que dans la loi de finance la prévision est à 1.7%) il faut qu’à chaque trimestre la croissance du PIB soit de 0.4%. Ce chiffre est aussi celui publié récemment par la Banque de France.

L’articulation de la prévision de l’INSEE se cale sur deux éléments.

Politiques: 

Redonner du sens à l’épargne pour soutenir notre économie

par Gilles Guez, Directeur général de BFT Investment Managers

Pour inciter les épargnants à financer davantage nos entreprises, sociétés de gestion et distributeurs doivent miser sur des offres de placements lisibles, en lien avec l’économie réelle et généraliser l’investissement socialement responsable.

Politiques: 

Encerclé par l’incertain !

par Gonzague de Varax, Consultant chez Eurogroup Consulting

Le rêve de l’économiste est-il aujourd’hui en train de se réaliser ? La transparence de l’information, troisième loi de la concurrence pure et parfaite nous rend-elle plus homo economicus ? L’accès à la donnée nous mènerait-il finalement à de meilleures décisions ? Il est évident qu’internet nous donne accès à des ressources infiniment riches. Les décimales de pi, le premier film du cinéma, la dernière actualité technologique ; « Ok Google » fait plus que satisfaire notre curiosité. Et d’ici ou là-bas, la connaissance demeure à portée de clic. Mais pourtant, une impression demeure et s’amplifie : nous vivons dans un environnement toujours plus incertain, plus complexe à appréhender. En 2016, la surprise a été générale : Comment la quasi-totalité des enquêtes d’opinion, pourtant grands bénéficiaires du Big Data, n’a-t-elle pas prédit la victoire de Donald Trump ?

Politiques: 

Italie : bilan macroéconomique et bancaire

par Paola Monperrus-Veroni, Ticiano Brunello et Farouz Lemosle, Economistes au Crédit Agricole

Après un repli du PIB de 0,1% sur le trimestre au T3 2018 et au T4 2018, l’Italie est officiellement en récession technique, terme qui désigne une baisse du PIB sur deux trimestres consécutifs. Ainsi, le taux de croissance du PIB sur l’année 2018 aura été de 0,9%, en net ralentissement par rapport au 1,7% enregistré en 2017. Notre scénario central table sur un rebond de l’activité, notamment dans l’industrie, dès le T2 2019 et sur une contribution de la demande intérieure qui redevient positive. Néanmoins, l’acquis de croissance laissé à l’année 2019 par le T4 2018 est négatif (-0,1%) et ne permettra qu’une faible croissance du PIB de 0,1% en moyenne annuelle en 2019.

Politiques: 

Les banques centrales peuvent-elles rester indépendantes ?

par Stewart Robertson, Senior Economist (UK and Europe) chez Aviva Investors

L’indépendance des banques centrales est généralement considérée comme une condition préalable à la réussite de la politique monétaire. Cependant, alors que les économies ont connu des difficultés au cours des dix dernières années et que l’inflation n’est plus considérée comme un problème, cette opinion ne fait pas l’unanimité, estime Stewart Robertson, économiste senior chez Aviva Investors.

Dans les années 1980, les gouvernements du monde entier ont accordé aux banques centrales un plus grand contrôle sur la politique monétaire afin de remédier à l’inflation galopante qui avait frappé leurs économies la décennie précédente. L’incapacité des politiciens à maintenir la discipline monétaire était considérée comme l’une des causes majeures de la perte de contrôle de l’inflation.

Politiques: 

Quelles options pour la BCE en période de croissance faible ?

par Christopher Dembik, Responsable de la recherche macroéconomique de Saxo Bank

Moteur essentiel de l’activité économique, l’impulsion du crédit dans la zone euro, qui est également notre indicateur avancé préféré, est de nouveau en territoire positif, à 0,4% du PIB, après avoir commencé l’année 2018 en territoire négatif. Toutefois, l’impulsion reste très limitée par rapport à la moyenne de 0,8% observée ces quatre dernières années. Une analyse pays par pays révèle un découplage des performances entre les pays du cœur de la zone euro et les pays de l’Europe périphérique.

Politiques: 

Or : les banques centrales de retour à l’achat

par Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM

Les Banques Centrales et les principales instances internationales (FMI, BCE, Banque des Règlements Internationaux...) sont aujourd’hui détenteurs de près de 18 % de tout l’or du monde (sources : FMI, World Gold Council, lire ici) !

L’or a, dès l’Antiquité, été considéré comme une réserve de valeur, du fait de ses qualités intrinsèques. Rare, il est également inaltérable, fongible, très dense et facilement identifiable grâce à des tests simples.

Très vite, ces propriétés en ont fait une base d’échange et une réserve de valeur. Progressivement, se sont développé les monnaies papiers qui présentaient l’avantage d’éviter tout risque de vol, mais aussi de réduction de la masse monétaire du fait de la thésaurisation, ou d’escroquerie (rognage des pièces).

Politiques: 

L’arrêt de la normalisation de la Federal Reserve

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Ostrum AM

La Federal Reserve américaine a décidé l’arrêt de la normalisation de sa politique monétaire lors de sa réunion des 29 et 30 janvier 2019.

Le mouvement de hausse des taux d’intérêt avait démarré en décembre 2015 de façon lente avant de s’accélérer un an plus tard. Les neuf hausses de taux ont fait passer le taux de référence de la banque centrale américaine de 0.25% (haut de fourchette) à 2.5% en décembre 2018. Lors de la conférence de presse, le président de la Fed, à la première question des journalistes, a indiqué que le taux des fed funds était, désormais, dans la zone de neutralité. Il n’y avait plus de biais accommodant et pas de biais restrictif. La confiance que Powell a dans la robustesse de l’économie US suggère que l’arrêt de la normalisation ne peut être perçu comme une pause.

Politiques: 

L’Italie reste attractive…

par Fabrizio Pagani, Responsable mondial de la stratégie économique et des marchés de capitaux chez Muzinich & Co

Les données sur le PIB italien relatif au quatrième trimestre 2018 (-0.2% en glissement trimestriel) nous indique que l’économie italienne est entrée en récession, le PIB 2018 s’évaluant à +0.8 %, contre +1.2 % en moyenne dans la zone euro.

Les raisons de ces résultats décevants résident dans plusieurs facteurs contingents, qui se sont accumulés durant la seconde moitié de l’année passée :

Politiques: 

Pages

Flux RSS