Politiques

-A +A

Encore des incertitudes politiques en 2020

par Philippe Waechter, Chef économiste chez Ostrum AM

En 2020, les politiques monétaires resteront accommodantes pour compenser l’absence de coordination à l’échelle internationale alors que la croissance restera médiocre.

La croissance globale ne rebondit pas. Pas d’impulsion qui changerait durablement la trajectoire de l’économie globale.

L’inflexion du commerce mondial est là pour durer. Les contraintes posées par la Maison Blanche ne vont pas être inversées rapidement.

Politiques: 
Marchés Financiers: 

Donald Trump : le voile est enfin levé

par John Plassard, Spécialiste en investissement chez Mirabaud

Vous n’êtes pas sans savoir que tous mes commentaires sont apolitiques et que je me focalise seulement sur l’économie, la culture et plus globalement sur le comportement des investisseurs. Lorsque j’ai relevé, la semaine passée, un sondage qui indiquait que Donald Trump n’avait jamais connu une telle popularité aux États-Unis, j’ai reçu plusieurs questions concernant ce fait inédit et indéniable. Je me replonge ainsi dans le cœur de l’Amérique en expliquant ce phénomène que l’on nie en Europe et qui pourrait assurer au président une réélection novembre 2020. Synthèse et analyse.

Politiques: 

Boris Johnson remporte son pari

par César Pérez Ruiz, Responsable des Investissements et CIO chez Pictet Wealth Management

La victoire écrasante remportée aux élections législatives qui se sont déroulées la semaine dernière au Royaume-Uni assure aux conservateurs leur plus forte majorité au Parlement depuis plus de trente ans. Dans le sillage de ce scrutin, les actions britanniques ont rebondi, de même que la livre sterling, les investisseurs se réjouissant de la défaite de Jeremy Corbyn et d’une possible sortie de l’impasse du Brexit. La campagne menée par Boris Johnson sous le slogan «Get Brexit done» a de toute évidence convaincu des électeurs inquiets. Ce résultat nous semble porteur à long terme pour les actions britanniques et européennes, à l’égard desquelles nous sommes plus que jamais positifs.

Politiques: 

Les inégalités économiques : un vrai risque pour l’économie

par Bastien Drut, Stratégiste Senior chez CPR AM

Il est désormais connu de tous que les inégalités de revenus ont progressé dans les pays développés depuis les années 1980, à des degrés divers. La hausse a été particulièrement spectaculaire aux Etats-Unis et au Japon mais aussi dans des pays réputés très égalitaires comme la Suède. Nous revenons dans ce texte sur les risques que ce phénomène peut causer pour l’économie :

Politiques: 

La grève et la conjoncture

Par Philippe Waechter, Chef économiste chez Ostrum AM

Une grève n’a généralement pas un effet persistant sur la conjoncture. Mais dans un environnement international fragile cette conclusion pourrait être remise en cause.

La grève démarrée le 5 décembre semble devoir durer. Ce lundi encore les transports seront très perturbés et l’on ne peut pas attendre d’amélioration avant jeudi puisque Edouard Philippe doit présenter l’architecture du système de retraite mercredi prochain. Si le conflit s’inscrivait dans la durée quels sont les points à observer.

Le premier est que, généralement, le choc d’une grève est temporaire. Le trimestre durant lequel la grève a lieu est pénalisé mais, dès le trimestre suivant, la situation retrouve la dynamique d’avant la grève. Le choc n’est pas permanent. C’est ce qui avait été constaté en 1995 où même au printemps 2018.

Politiques: 

« Best economy ever » : le mensonge Trump

par Alexandre Baradez, Responsable de l’analyse marchés chez IG France

A force de marteler sur Twitter ou lors d’interventions médiatiques que l’économie américaine n’a jamais été aussi performante, on pourrait finir par le croire. Pourtant c’est loin d’être le cas…

Le pic de croissance observé depuis le début de la présidence de Donald Trump est celui du 2ème trimestre 2018 avec un taux de 4.2%. Depuis le début de l’année, les taux de croissance sont les suivants : 3.1% au 1er trimestre, 2.0% au 2ème trimestre et 1.9% pour la première estimation de la croissance au 3ème trimestre. Des performances historiques ? Absolument pas.

Politiques: 

La croissance future liée au retour de l’investissement

par Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas, Gérants associés chez Amplegest, avec la participation de Jean-Michel Mourette, Economiste (Eureka Finance)

Le ralentissement de l’économie mondiale, essentiellement dû au coup de frein de l’investissement, n’est pas le préalable à une prochaine récession. Aux Etats-Unis, la lecture factuelle des statistiques confirme une légère érosion de l’économie. Le PIB du troisième trimestre a été publié à +1,9%, contre + 2% au deuxième trimestre. Il est toutefois supérieur de 0,3% au consensus des prévisionnistes. C’est donc un ralentissement graduel, sans rupture, auquel nous assistons. La consommation reste le socle de cette croissance alors que l’investissement des entreprises est le moteur en panne.

Politiques: 

Halloween, la peur et l’économie

par William de Vijlder, Chef économiste chez BNP Paribas

Halloween est devenue une fête commerciale importante. Selon la fédération nationale américaine du commerce de détail (US National Retail Federation1 ), les consommateurs américains devraient dépenser USD 8,8 mds cette année en costumes, confiserie, décorations et cartes de vœux à cette occasion. Bien que très élevé, ce chiffre n’échappe pas au ralentissement de la croissance économique qui semble toucher les dépenses d’Halloween, en repli cette année, d’après les prévisions, par rapport à l’année dernière (USD 9 mds) et au record établi en 2017 (USD 9,1 mds).

Les personnes interrogées sur leurs intentions d’achat se sont dites préoccupées par la guerre commerciale en cours avec la Chine. Notons toutefois que les marchandises d’Halloween avaient été importées avant la dernière augmentation des droits de douane.

Politiques: 

France : croissance robuste mais peu enthousiasmante

par Philippe Waechter, Chef économiste chez Ostrum AM

La croissance du #PIB en #France est à 0.3% au T3 (0.255% pour être précis) comme à chacun des deux trimestres précédents( 0.28% en T1 et 0.35% en T2). L’acquis est de 1.2%. Si la croissance est à nouveau à 0.3% au dernier trimestre alors le PIB aura progressé de 1.3% en moyenne sur l’ensemble de l’année après 1.7% l’an dernier. Sur le graphe on constate une hausse rapide de l’activité depuis le début de la reprise en 2013 avec une tendance à 1.45%. On remarque aussi le caractère particulier de l’année 2017 durant laquelle l’expansion avait eu un caractère exceptionnel (2.4%). Depuis le dernier trimestre de 2017, la croissance moyenne annualisée n’est que de 1.25%. C’est ce chiffre qui est probablement le plus proche de la capacité de l’économie française.

Politiques: 

Le Royaume-Uni retourne aux urnes et les gilts sont scrutés à la loupe

par David Zahn, Head of European Fixed Income chez Franklin Templeton Fixed Income

Les Britanniques s'apprêtent à retourner aux urnes pour la deuxième élection générale depuis le référendum de 2016, par lequel ils se sont exprimés en faveur de la sortie de l'Union Européenne.

Les investisseurs, en quête d'indices, vont suivre attentivement les sondages d'opinion au cours des six semaines à venir et nous prévoyons de fortes turbulences pour les actifs britanniques.

Selon nous, les gilts seront particulièrement volatils. Quel que soit le résultat de l'élection, nous prévoyons que les rendements des obligations d'État britanniques seront vraisemblablement à la hausse dans l'ensemble, puisque les deux principaux candidats au poste de premier ministre se sont engagés à augmenter les dépenses publiques.

Politiques: 

Pages

Flux RSS