Politiques

-A +A

Allemagne : les infrastructures menacées

par Raymond Van der Putten, Economiste chez BNP Paribas

La qualité des infrastructures allemandes se dégrade du fait de l’insuffisance des investissements.

Prises en étau par des dépenses sociales en augmentation et des problèmes financiers, les communes, en particulier, taillent dans leurs investissements.

Les Länder coupent également dans leurs dépenses en capital dans la perspective de l’entrée en vigueur, en 2020, de règles budgétaires plus strictes.

Politiques: 

Etats-Unis : Reflation ?

par Alexandra Estiot, Economiste chez BNP Paribas

Les indicateurs conjoncturels sont très bien orientés. En parallèle, l’inflation rebondit.

Toutefois, ces résultats pourraient n’être dus qu’à des facteurs temporaires...

... et s’interprètent surtout comme un rattrapage, après un trou d’air prolongé.

Politiques: 

Grexit 2 : que nous réserve l’avenir ?

par Daniel Medley, Michael Browne et Steve Frost, Analystes et gérants de Martin Currie, filiale de Legg Mason

Prévue le 20 février, la réunion des ministres des Finances de la zone euro fait ressurgir le spectre de la crise de la dette grecque. En tant que gérants long/short sur les actions européennes et basés au Royaume-Uni, nous avons non seulement une idée claire de la situation, mais nous sommes également bien positionnés pour tirer parti des différents scénarios. Nous présentons ci-dessous les deux trajectoires possibles du problème de la dette grecque.

Scénario 1 : le point de basculement

Ayant remis en cause la stabilité à long terme d’un ratio de dette publique de 180 %, le FMI n’envisagera de compléter les 86 milliards d’euros que la Grèce reçoit des autres membres de la zone euro que si le pays présente un programme de réduction de la dette crédible.

Politiques: 

Sur les déséquilibres en zone Euro

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

Lors de son intervention au Parlement européen, Mario Draghi a été clair quant aux fondements de la politique monétaire. Il s’agit de faciliter le chemin vers une croissance économique plus soutenue avec normalisation de l’inflation.

Il s’est défendu de n’orienter la politique qu’en fonction de l’Allemagne comme cela avait été souligné par Donald Trump et surtout par Peter Navarro le président du Conseil National du Commerce (National Trade Council) qui récemment fustigeait la BCE et la zone Euro pour avoir créer des conditions trop favorables à l’Allemagne.

Il répond aussi à Wolfgang Schauble, le ministre des finances allemand entré en campagne électorale récemment, que l’euro doit bénéficier à tous et que la politique monétaire n’est pas conditionnée par la situation allemande.

Politiques: 

Royaume-Uni : ambition à la limite du réalisme

par Slavena Nazarova, Economiste au Crédit Agricole

Le 17 janvier dernier, la Première ministre britannique, Theresa May, a exposé les grandes lignes du plan de son gouvernement pour le Brexit, sans entrer dans le détail de sa stratégie de négociation. En ligne avec ses annonces précédentes, le Royaume-Uni souhaite quitter le marché unique et, en partie, l’union douanière. Il va chercher à parvenir à un accord de libre-échange (ALE) « audacieux et ambitieux » avec l’Union européenne (UE) et à mettre en place ses propres accords commerciaux avec les pays tiers. Theresa May a également promis un vote du Parlement sur l’accord final avec l’UE.

Politiques: 

Italie : Monte dei Paschi, et maintenant ?

par Thomas Humblot, Economiste chez BNP Paribas

La recapitalisation privée de Monte dei Paschi di Siena (MPS) n’a pas rencontré le succès espéré.

Une nouvelle solution doit être trouvée afin de ramener la banque à une situation plus viable.

Le soutien temporaire de l’Etat italien pourrait démarrer dans les mois à venir tant sur le plan de la solvabilité que sur celui de la liquidité.

Politiques: 

Du sang et des larmes pour créer le Global Britain de Theresa May

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Natixis AM

Discours très politique de Theresa May sur la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne (voir ici). Le référendum sur le Brexit doit se traduire par une dissociation entre le Royaume Uni et l’Union Européenne. La loi britannique doit être votée par les britanniques. Pour éviter toute ambigüité, il n’y aura plus d’accès au marché unique. L’accord de libre-échange négocié avec l’UE sera ratifiée par le Parlement britannique.

Politiques: 

Turbulences à l’horizon pour la Fed 
avec la nouvelle administration américaine

Par Valentine Ainouz et Bastien Drut, Stratégie et Recherche économique chez Amundi

Donald Trump prendra ses fonctions de président des États-Unis le 20 janvier. Avec les républicains du Congrès, qui n’ont pas nécessairement la même façon de penser que lui sur de nombreux sujets, il tentera de mettre en place des réformes radicales, notamment au sujet de la Fed. Nous nous proposons ici de faire le point sur les principaux changements que cela pourrait occasionner pour cette dernière.

Politiques: 

La politique, cet intrus qui réclame la place d’honneur à table

par Edward Bonham Carter, Vice-président du conseil d’administration chez Jupiter Asset Management

Les politiciens ont pris en 2016 la mauvaise habitude de jouer les intrus sur les marchés financiers. La décision britannique de quitter l’Union Européenne et la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines ont fait un peu le même effet à certains d’entre nous que lorsque la porte sonne et qu’on va l’ouvrir pour découvrir quelqu’un qui n’est ni invité ni le bienvenu à une soirée qui se passait très bien sans lui. Et cela devrait durer en 2017.

Politiques: 

Tropismes trumpiens

par Raphaël Gallardo, Stratégiste multi-assets Investissement et Solutions Clients chez Natixis AM

L’élection de Donald Trump a provoqué sur les marchés américains hausse des actions, des taux longs et du dollar, et resserrement des swap spreads. Les marchés ont acheté un tournant résolument keynésien dans la politique budgétaire américaine et un impact positif de ce revirement sur la croissance réelle de l’économie. Cet optimisme est-il justifié ?

Politiques: 

Pages

Flux RSS