BCE - Changement de personnel, mais pas de politique

-A +A

par Ulrike Kastens, Economiste chez DWS

La date avait été fixée à Bruxelles pour des rendez-vous importants en Europe. Christine Lagarde, ancienne directrice du Fonds monétaire international, deviendra donc la nouvelle présidente de la Banque Centrale Européenne.

Nous ne nous attendons pas à un changement soudain de politique. La politique monétaire accommodante de la BCE devrait se poursuivre si l'inflation se maintient à un faible niveau. En tant qu'administrateur du FMI, Mme Lagarde s'est prononcé très tôt et avec insistance en faveur de l'assouplissement quantitatif - le programme par lequel la BCE achète des obligations.

Comme Mario Draghi, Christine Lagarde souligne également l'importance de la politique fiscale pour soutenir l'économie européenne. Son expertise éprouvée en matière de politique fiscale pourrait l'aider à accroître encore la pression sur les chefs d'État et de gouvernement européens pour qu'ils soutiennent la croissance. Cela pourrait également être le cas pour l'union fiscale ; elle a régulièrement fait campagne en sa faveur.

Comme Mario Draghi, Christine Lagarde se caractérise par un style peu dogmatique, pragmatique. Elle possède également un réseau politique fort. Toutefois, il est probable de noter quelques changements dans son style de leadership. Mario Draghi a fixé l'ordre du jour à plusieurs reprises, la dernière fois lors du Forum de la BCE à Sintra, en présentant à la presse des déclarations qui n'avaient pas encore été approuvées par le Conseil des gouverneurs. Mme Lagarde, par contre, fera probablement plus d'efforts pour aligner ses décisions sur le consensus du conseil. Bien qu'elle apporte avec elle une plus forte "gravité institutionnelle", elle n'est pas une économiste de formation et n'a pas d'expérience en tant que banquière centrale. Cela ne devrait pas seulement renforcer le rôle du Conseil des gouverneurs, mais aussi la position au sein du Directoire de l'économiste en chef récemment nommé, Philip Lane, qui dirigeait auparavant la Banque centrale irlandaise. Il sera ainsi le seul économiste formé au sein du Directoire de la BCE, composé de six membres. Un autre changement au sein de la direction générale interviendra avec le départ de Benoit Coeuré dans le courant de l'année. Nous nous attendons à ce qu'il soit remplacé par un Italien et nous nous attendons à ce que le conseil d'administration garde son inclinaison dovish.

Les marchés ont accueilli favorablement le choix de Lagarde avec de nouvelles baisses des taux d'intérêt, même si la possibilité que Jens Weidmann, moins accommodant, devienne président était moins probable depuis quelque temps. La réaction est la plus évidente dans le cas des obligations d'État italiennes. Les rendements des obligations à 10 ans sont tombés de 2,1 à 1,75 % au cours des trois derniers jours, imitant la baisse du rendement des obligations d'État allemandes, mais réduisant encore l'écart par rapport aux bunds.

Pour l'instant, tout indique donc à nouveau que les taux d'intérêt resteront bas - plus bas pendant plus longtemps - même si nous pensons que cette tendance ralentira rapidement.

Politiques: