Brexit deal or not ? Peu de cicatrices durables pour l'économie britannique

-A +A

par Shamik Dhar, Chef économiste chez BNY Mellon Investment Management

Il semble que les discussions de Brexit soient à mi-chemin, mais des questions sensibles subsistent, telles que la pêche et les aides d'État. En cas d'échec du Brexit et en supposant la découverte d'un vaccin, l'impact sur l'économie britannique devrait se situer entre 5 et 6 % en 2021. Un scénario de sortie sans accord impliquerait donc une croissance du PIB inférieure de 1 à 2 points.

Quoi qu'il en soit, je suis plus optimiste que la plupart des observateurs quant au fait que ni l'aboutissement du Brexit ni le Covid-19 n'entraîneront de cicatrices durables pour l'économie britannique. Je pense que nombre des estimations les plus négatives dépendent du fait que le Brexit aura un impact considérable sur la croissance de la productivité, ce qui est hautement spéculatif. Une fois que nous aurons la certitude d'un "no deal" ou d'un accord "clean", les entreprises britanniques pourront se concentrer à nouveau sur la génération de productivité à long terme. Les développements technologiques signifient que nous pourrions être à l'aube d'une reprise de la productivité et, dans une mesure largement indépendante de l'issue de Brexit.

Si on considère l'économie britannique dans son ensemble, il est probable qu'elle entre dans une "poche d'air" pendant une grande partie du quatrième trimestre et peut-être même du premier trimestre. Mais si les progrès réalisés en matière de vaccins, d'essais et de traitements tiennent leurs promesses, nous pourrions assister à une croissance très rapide au cours des deuxième et troisième trimestres de l'année prochaine. Il est encore tout à fait possible que l'économie britannique retrouve son niveau d'avant la crise au cours du second semestre 2021, bien plus tôt que les autres projections qui prévoient un retour de l'économie à ses niveaux précédents en 2022.

La combinaison d'une forte demande refoulée (et donc d'une épargne élevée) et de mesures de relance budgétaire et monétaire massives signifie que le potentiel d'une très forte reprise l'année prochaine demeure, pour autant que le Royaume-Uni puisse maîtriser la propagation du virus relativement rapidement et que les vaccins soient efficaces.

La bourse britannique pourrait être volatile pendant environ un trimestre, alors que nous naviguons dans cette "poche d'air" et que l'incertitude de Brexit persiste. Mais assez tôt dans la nouvelle année, elle pourrait commencer à progresser de manière significative alors que l'économie mondiale commence à se redresser fortement. La politique budgétaire et monétaire restera favorable et, si nous ne parvenons pas à conclure d'accord, la livre sterling devrait continuer à baisser, ce qui bénéficiera au FTSE-100 par rapport aux indices plus larges des petites capitalisations comme le 250.

Politiques: