Des investisseurs français confiants mais prudents…

-A +A
Les particuliers français pouvant investir au moins 10.000 euros sur les marchés dans les 12 prochains mois sont très ou plutôt confiants sur leur capacité financière pour vivre leur retraite mais ils ont quelques sujets d’inquiétudes, au premier rang desquels une augmentation de la pression fiscale.
 
C’est le tableau qui ressort d’une vaste enquête – 16810 personnes interrogées dans 17 pays - lancée à l’initiative de Legg Mason Global Asset Management. Sur la confiance, les Français se situent dans la moyenne mondiale mais la France n’apparaît qu’au 11è rang des 17 pays concernés par cette étude. Mais elle était 17ème dans la dernière étude.
 
« Il y a plus de confiance dans le système alors que les Français sont ceux qui habituellement ont moins confiance », a expliqué Justin Eede, Responsable de la distribution Europe et Amériques, lors d’un passage à Paris.
 
Est-ce un effet Macron ? Les responsables de Legg Mason soulignent qu’il y a eu un changement après l’élection présidentielle de 2017.
 
Pour autant, les Français estiment qu’ils doivent compter sur eux-mêmes. Ils sont ainsi 70% à estimer que la réforme de la retraite que prépare le gouvernement ne sera pas suffisant pour garantir à chacun une pension confortable et ils sont 68% à investir davantage en partant du principe qu’ils ne pourront pas compter sur le système de base. Notons que 35% ne savaient pas qu’une réforme était en cours…
 
Parmi les sujets d’inquiétudes, si 49% citent l’instabilité économique mondiale, ils sont 48% à redouter un alourdissement du fardeau fiscal.
 
Convaincus de devoir prendre en main leur propre retraite, les investisseurs français sont 62% à être très confiants ou plutôt confiants au sujet de leurs investissements et des opportunités au cours des 12 prochains mois. Ils sont 41% à miser sur l’immobilier (9 points de plus que la moyenne globale), 27% sur les actions domestiques et 27% sur les actions internationales. De manière surprenante, ils sont 21% à considérer que les crypto-monnaies sont une opportunité alors que cette classe d’actifs émerge à peine.