Chine : de bonnes opportunités durant l'année du Rat mais avec sélectivité !

-A +A

par Sean Taylor, CIO APAC chez DWS

L’année du Rat commence en Chine ce samedi. Il est dit que ceux qui sont nés sous le signe de cet animal ont un bon flair pour les affaires. Au cours des douze prochains mois, nous pensons que les marchés de capitaux de la deuxième économie mondiale offriront de bonnes opportunités. La principale raison de notre confiance est l'accord commercial de "phase 1" récemment conclu avec les États-Unis, qui rétablira la confiance dans l'économie nationale. Nous prévoyons également que le taux de change du renminbi restera stable. Toutefois, compte tenu des risques persistants au niveau mondial, il est peu probable que l'Année du Rat soit un succès éclatant. Les investisseurs devront donc analyser très attentivement les fondamentaux et les niveaux de valorisation et adopter une approche sélective et tactique.

Le gouvernement chinois fait passer la qualité avant la quantité dans la croissance

À notre avis, l'évolution de l'économie chinoise dans son ensemble se caractérise par le schéma suivant : bien que la croissance ralentisse d'année en année, la qualité s'améliore continuellement. Cela profite tant aux ménages privés qu'aux entreprises. Nous prévoyons plus précisément un ralentissement de la croissance du produit intérieur brut (PIB), qui passera de 6,2 % l'an dernier à 5,8 % en 2020 et à 5,6 % en 2021. Cela est dû non seulement au changement des pratiques de prêt, mais aussi à l'augmentation des droits de douane qui, malgré l'accord commercial de la "phase 1", affectent toujours le secteur manufacturier. Toutefois, nous ne devons pas nous focaliser sur ce ralentissement, mais sur la manière dont la Chine ajuste la qualité de sa croissance.

Un exemple en est le train de mesures prises depuis le début de l'année, qui consiste en de vastes incitations fiscales et monétaires. Les impôts ont été réduits et la Banque populaire de Chine a abaissé les réserves obligatoires pour les banques commerciales. Le gouvernement chinois poursuit ainsi une politique avec laquelle il entend contribuer à accroître la prospérité des ménages. Et en effet, bien que la croissance du PIB ait ralenti, le revenu par habitant en Chine a été multiplié par dix au cours des dix dernières années. En raison de la taille de la population chinoise, cet effet de prospérité a stimulé la demande mondiale dans les domaines de l'éducation, du tourisme, de l'assurance, de l'automobile et de la consommation.

Le pays travaille en même temps à son indépendance technologique. Parmi les cinq plus grands fournisseurs qui construiront une infrastructure 5G, deux sont chinois. Les entreprises du pays détiennent deux fois plus de brevets importants pour la 5G que leurs homologues aux États-Unis. Mais cette prospérité est susceptible de placer la Chine face aux Etats-Unis, dans une longue bataille pour la domination technologique.

Les profits des entreprises bénéficient de la discipline des coûts et d'un argent moins cher

L'année écoulée sur les marchés boursiers chinois a été marquée par un certain déséquilibre : alors que les actions A ont affiché un bon résultat en 2019, le solde des certificats américains de dépôts (CAD) a été mitigé, et même mauvais pour les titres Hang-Seng et les actions H. Nous nous attendons à une performance plus équilibrée pour l'année du Rat. Les actions A et les CAD sont susceptibles de montrer la voie, car ils sont davantage axés sur les entreprises à forte croissance. Cependant, les titres Hang Seng et les actions H devraient se redresser par rapport à leurs niveaux de sur-vente. Le principal moteur du cours des actions sera la croissance des bénéfices des entreprises. Nous prévoyons que l'indice MSCI Chine augmentera de plus de 12%. L'assouplissement monétaire, tel que la récente réduction des réserves obligatoires pour les banques commerciales, devrait y contribuer, tout comme le remplacement du taux d'intérêt directeur du gouvernement par le "taux préférentiel de prêt", que les banques n'accordaient auparavant qu'à leurs meilleurs clients lors de l'octroi de prêts. La stabilité du taux de change du renminbi devrait également avoir un effet positif.

Nous constatons aussi un réel changement de culture au sein des entreprises chinoises, dont les ventes auront chuté plus fortement que les bénéfices en 2019. Les dirigeants semblent donc vouloir se concentrer sur la réduction des coûts. Cela jetterait les bases d'une amélioration des marges au fur et à mesure de l'augmentation des ventes, favorisant la croissance des bénéfices. Le niveau de valorisation par rapport aux marchés émergents est convaincant. Des opportunités peuvent également naître des introductions en bourse, dont le nombre devrait augmenter grâce à un processus simplifié et à une réserve de candidats bien remplie. Nous pensons que les opérations sur titres financées par le crédit augmenteront à nouveau à mesure que la confiance augmentera, bien qu'à partir d'un faible niveau. En fin de compte, compte tenu de la différenciation de l'économie chinoise, la sélectivité sera probablement la clé du succès des investissements sur les marchés des actions.

Les obligations d'entreprises pourraient combler le vide bancaire

Nous sommes prudemment optimistes quant aux obligations d'entreprises chinoises. Après tout, cette classe d'actifs peut combler le vide créé par le déclin de la banque parallèle. Nous constatons également que le marché est animé par la liquidité ; la recherche du rendement devient de plus en plus frénétique. Les nouvelles émissions nettes de l'année prochaine seront probablement plus faibles et mieux équilibrées entre les obligations de qualité investissement et les obligations à haut rendement qu'en 2019. Les possibilités d'investissement dans les marchés émergents hors d'Asie devenant plus limitées, par exemple en raison des développements en Amérique latine, les titres de créance chinois, comme les obligations High Yield, devraient rester au premier rang des préférences des investisseurs.

Toutefois, nous nous attendons à ce que les autorités tolèrent de plus en plus les défaillances afin d'accroître la discipline du marché. Le cycle de refinancement s'est accéléré ces dernières années, ce qui pourrait mettre sous pression les émetteurs les plus faibles. Nous sommes également préoccupés par la transparence et la liquidité dans certains sous-secteurs, c'est pourquoi nous nous concentrons sur le papier à court terme. Éviter les risques de baisse devrait donc être le moyen le plus sûr d'assurer le succès de l'investissement dans son ensemble.

En résumé, nous prévoyons une croissance chinoise plus faible mais plus stable pour l'Année du Rat, qui devrait être moins risquée que les années précédentes compte tenu de l'accord de "Phase 1". Nous sommes fondamentalement confiants en ce qui concerne les actions et les obligations d'entreprises, mais nous nous concentrons sur une sélection très précise de nos investissements individuels, compte tenu de la différenciation croissante au sein de l'économie et entre les entreprises.

Mondialisation: