Consensus : un rebond en 2021 mais sans inflation

-A +A

Le confinement imposé pour ralentir la pandémie de coronavirus a provoqué la pire crise économique depuis 75 ans. Combien de temps durera cette crise ? Les investisseurs participant au consensus « buy side » de Globalix anticipent un rebond en 2021 avec une inflation qui demeurera faible.

TABLEAU CONSENSUS MACRO 2020-2021

Pour 2020, ils tablent sur une chute du PIB de 7,9% (médiane) dans la zone euro, dont -8,8% pour la France et -6% pour l’Allemagne. La baisse est attendue à -5,5% aux Etats-Unis tandis que la Chine resterait positive (1,7%).

Pour 2021, le consensus prévoit une croissance de 6% pour la zone euro, dont 6% pour la France et 4,9% pour l’Allemagne. Les Etats-Unis seraient à 4% et la Chine pourrait afficher une croissance de 8,2%.

Pour 2021, la difficulté est l’absence d’inflation alors que la dette explose du fait des engagements des Etats pour contenir les effets sociaux de la crise. Après 0,3% en 2020, l’inflation serait de 1% en 2021 dans la zone euro. C’est loin de l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE), qui souhaite un taux « inférieur mais proche de 2%. »

Il est à noter que cette absence d’inflation est générale puisque les Etats-Unis pourraient se contenter de 1,5% (0,7% en 2020) et la Chine serait à 2% (2,5% en 2020). C’est une évolution structurelle : la mondialisation et les évolutions technologiques compriment les prix.

Les efforts de certains pays pour « relocaliser » certaines activités pourraient-ils favoriser in fine le retour de l’inflation ? On peut l’espérer. Dans l’immédiat, on notera que les entreprises technologiques, qui ne connaissent pas de frontières, ont permis aux indices boursiers de rebondir.

Aux Etats-Unis, le S&P 500, autour de 3.200 points, est revenu à son niveau du début de l’année après être tombé à 2.200 points en mars. Quant au Nasdaq, il affiche un gain de 17% depuis le début de l’année. En Europe, l’indice EuroStoxx50 est en baisse de 10%. Qu’attendre pour le reste de l’année et pour 2021 ? Les investisseurs sont prudents et parient sur une stabilité voire une correction.

TABLEAU CONSESUS EQUITIES 2020-2021

Une baisse des indices est jugée d’autant plus probable que les places boursières ont semblé ignorer l’ampleur de la crise économique. Cette décorrélation entre le monde économique et le monde financier peut-elle durer ? Car, il ne faut pas oublier que la bourse valorise en principe les profits. Or, la récession va faire plonger beaucoup d’entreprises dans le rouge. En outre, il y a une forte incitation à réduire voire à supprimer les dividendes pour conserver des capacités financières. Tout est donc réuni pour que les marchés boursiers se stabilisent ou reculent dans les prochains mois.

Mais cela pourrait être pire. La crise va accroître le nombre des faillites dans le monde et cela devrait avoir un impact fort sur le système bancaire. Au point de provoquer une nouvelle récession ? Nul ne peut le dire à ce jour. Nous savons juste que nous entrons dans un monde plus incertain que jamais…