L’ « Investissement Grade » se rapproche-t-il de la zone de danger ?

-A +A

par Howard Cunningham, Gérant chez Newton Investment Management (BNY Mellon Investment Management)

Les spreads de crédit des obligations Investment Grade globales se sont largement remis de l’élargissement induit par la pandémie du Covid-19, bien que le secteur des loisirs n’ait pas encore vu les spreads se resserrer, ce qui n’est pas surprenant.

Les marchés sont maintenant confrontés à une baisse généralisée des spreads et des rendements, ainsi qu’à un allongement de la duration. L’examen des risques potentiels et des rendements à venir nous amène à la conclusion que le retour des marchés du crédit sur terre après l’extraordinaire choc économique mondial (qui s’apparente à une guerre) et la réponse monétaire et fiscale à la pandémie sera similaire à l’atterissage d’un avion de chasse sur un porte-avions dans une tempête. Bien que cela soit possible, cela demande une grande habileté et est très dangereux. Et bien que le décollage d’un porte-avions soit assez délicat, l’atterrissage est encore plus difficile.

Alors qu’une reprise économique et un atterrissage en douceur pour le secteur des obligations de qualité Investment Grade sont tout à fait possibles, nous voyons deux risques.

Dans le premier scénario, des dommages économiques plus graves et plus durables pourraient entraîner davantage de baisses de notation et de défauts de paiement, ce qui nécessiterait des spreads de crédit plus importants (entraînant une baisse des prix des obligations d’entreprises).

Dans le deuxième scénario, nous pourrions assister à une reprise plus vigoureuse, entraînant une inflation et la nécessité de mettre fin beaucoup plus rapidement à l’extraordinaire relance monétaire et budgétaire mondiale. Cela entraînera à son tour une hausse des rendements des obligations d’État et des obligations d’entreprises (et donc une baisse des prix des obligations de qualité).

Les trois principaux risques liés aux obligations d’entreprises de qualité Invetsment Grade sont le risque de crédit, la duration et l’illiquidité (par rapport aux obligations d’État, aux actions ou aux marchés des changes, par exemple).

Bien entendu, les obligations à haut rendement comportent un risque de crédit plus élevé et sont encore moins liquides, mais ces obligations ont tendance à avoir une duration plus courte, moins sensibles aux taux d’intérêt, tandis que l’inflation est un ennemi moins important pour elles. Les obligations d’État ont généralement une duration plus longue (et des coupons plus bas, et sont moins capables de se protéger contre les baisses des prix du capital), mais elles ne présentent pas ou peu de risque de crédit et sont beaucoup plus liquides. Par conséquent, même si l’Investment Grade n’est probablement pas la catégorie d’obligations la moins performante dans l’un ou l’autre des scénarios de risque extrême décrits ci-dessus, elle pourrait quand même enregistrer de mauvaises performances en termes absolus dans l’un ou l’autre de ces scénarios.

Marchés Financiers: