UEM : signes de redémarrage mais l’emploi reste en baisse

-A +A

par Olivier Bizimana et Sandrine Boyadjian, économistes au Crédit Agricole

Au deuxième trimestre, la zone euro a continué de détruire des emplois. En Allemagne, le moral des investisseurs se redresse légèrement en septembre. En France, l’inflation a amorcé sa remontée en août.

Au deuxième trimestre 2009, le nombre de personnes ayant un emploi a continué de reculer dans la zone euro, de 0,5 % t/t (après -0,7 % au premier trimestre 2009), soit un recul de 1,8 % en glissement annuel. Tous les secteurs ont enregistré une baisse de l’emploi, à l’exception toutefois du secteur englobant l’administration publique, la santé et l’éducation qui a vu l’emploi progresser de 0,5 % t/t ce trimestre-ci. Ces récentes données sont en ligne avec le message délivré par l’enquête de la PMI. Au vu du solde d’opinion relatif au jugement sur les embauches, la zone euro devrait donc continuer de détruire des emplois au cours du troisième trimestre 2009, mais à un rythme plus modéré qu’au cours des trimestres précédents

  • Le moral des investisseurs allemands s’est légèrement redressé en septembre. L’indice de confiance ZEW est en effet passé de 56,1 à 57,7 points en septembre. Cette hausse s’explique par la poursuite de l’amélioration du sentiment de marché et par la bonne orientation de la plupart des indicateurs d’activité de l’économie allemande depuis cet été. La composante courante a d’ailleurs continué à se redresser (-77,2 à -74). La confiance des investisseurs allemands devrait continuer à s’améliorer au cours des prochains trimestres. En effet, la reconstitution des stocks et le redressement des carnets de commandes annoncés par les enquêtes de confiance dans l’industrie suggèrent un rebond marqué de l’activité au second semestre. Nous tablons sur une hausse du PIB de l’ordre de 0,8 % t/t au T3 et 0,5 % t/t au T4.
  • L’inflation française a amorcé sa remontée en août. Le taux d’inflation est ressorti à -0,2 % en g.a. en août (après -0,7 % en juillet). Sur le mois, l’indice des prix à la consommation a progressé de 0,5 % m/m. Cette augmentation s’explique par le rebond des prix des produits manufacturés (+1,4 % m/m), en particulier des articles d’habillement et chaussures, en lien avec la fin des soldes d’été. Les prix de l’énergie ont également augmenté (+1,9 m/m), sous l’effet de la hausse des prix des produits pétroliers liée à l’augmentation des cours du pétrole. En revanche, les prix des produits alimentaires ont baissé (-0,7 % m/m). Enfin, l’inflation sous-jacente a encore progressé (+2,3 % en g.a.), en lien avec la hausse des produits manufacturés. L’inflation devrait continuer à remonter au cours des prochains mois, du fait des effets de base défavorables et de la hausse des prix de l’énergie.

Retrouvez les études économiques de Crédit Agricole

Politiques: